Date de publication:

Premiers Crus: rive gauche

Successivement dans ce segment:

  • Rudiments
  • Vosgros
  • Montmains
  • Vaillons
  • Côte de Léchet
  • Beauroy
  • Vau de Vey
  • Vauligneau
  • Les Beauregards

Chablis-tableau-des-climatsCliquez sur la figure pour la grossir.
Les climats identifiés en vert constituent la réponse à la question #10 du
quiz.
La plupart des Premiers Crus furent homologués en 1967, alors 29 climats réunis en 11‘regroupements’, englobant 580 ha. Une deuxième opération d’homologation fut réalisée en 1978. Les climats alors promus sont désignés par la mention ‘1978’; le climat Côte de Bréchain fut alors adjoint au regroupement Montée de Tonnerre, et celui de Côte de Savant à Beauroy.
Les 11 ‘regroupements’ homologués en 1967 figurent dans la colonne de gauche sa
ns la mention ‘1978’. On remarquera que Mélinots constituait un regroupement à part entière avant d’être fusionné avec Vaillons en 1978; les climats groupés auparavant sous Mélinots nous sont inconnus.

Fusion_premiers_1

La mosaïque des ‘regroupements’ des Premiers Crus de Chablis. Le trait bleu représente le cours du Serein, qui délimite bien entendu les rives droite et gauche.

RUDIMENTS
  • Depuis la commune de Chablis, point central du Chablisien, le rayon de l’aire de l’AOC ‘Chablis’ est de ±8 kilomètres; celui de la zone englobant la plupart des Premiers Crus est plutôt de ±4 kilomètres. Les Premiers Crus sont ainsi situés assez près de Chablis, voire lui étant adjacents pour plusieurs (Côte de Léchet, Montmains, Vaillons, Montée de Tonerre, …)
    De 785 hectares, l’aire délimitée des Premiers Crus est maintenant entièrement exploitée depuis une vingtaine d’années.
  • La désignation des Premiers Crus opère selon un système de télescopage, ou encore de poupées russes. Les 86 lieux-dits cadastrés en Premiers Crus ont été d’abord groupés en 40 climats. Ce nombre, encore élevé, a été comprimé de façon plus pratique (commerciale) en ‘regroupements’ (voir ‘mise au point’ ci-après), portant le nom d’un des climats ( le ‘prête-nom’ en quelque sorte) de leur groupe respectif (exemple: le regroupement ‘Montmains’ qui réunit les climats ‘Butteaux’, ‘Forêts’ et ‘Montmains’). Les vins peuvent néanmoins être identifiés sous le nom de leur climat d’origine (exemple: désignation ‘Butteaux’, plutôt que sous ‘Montmains’). La nomenclature figure dans le tableau qui précède.
  • Quelques climats n’ont pas été réunis à d’autres. Ces climats ‘individuels’ que nous jugeons néanmoins utile de considérer tels des regroupements dans ce texte sont: Mont de Milieu et Vaucoupin sur la rive droite; et Côte de Léchet, Vau de Vey et Vau Ligneau sur la rive gauche.
  • Les climats ‘solos’ lilliputiens (par leur superficie) Chaume de Talvat, Berdiot (1 ha) et Côte de Vaubarousse (2 ha) ne sont pas commercialisés sous leur nom; ils le sont certainement sous l’appellation ‘Chablis Premier Cru’. Ils ne sont  pas considérés dans ce segment.

Mise au point: dans nos segments sur les ‘1ers Crus rive droite’ et ‘1ers Crus rive gauche’, nous désignons sous ‘regroupement’ un ensemble de climats réunis par convention sous un même nom; tel le regroupement ‘Montmains’ (le prête-nom) qui réunit les climats ‘Forêts/Butteaux/Montmains’, ou le regroupement ‘Montée de Tonnerre’ (le prête-nom) qui réunit les climats ‘Côte de Bréchain/Chapelot/Pied d’Aloup/Montée de Tonnerre’.

  • Comprenant huit regroupements (excluant le lilliputien climat ‘solo’ Chaume de Talvat), la rive gauche englobe plus ou moins 70% de la superficie en Premiers Crus.
  • La rive droite compte cinq regroupements (excluant les lilliputiens climats Berdiot et Côte de Vaborousse) couvrant une superficie de  245 ha, près de 30% des Premiers Crus.
  • La plupart des Premiers Crus furent homologués en 1967. Les climats suivants le furent subséquemment, en 1978: Côte de Savant du regroupement Beauroy, Vau Ligneau, Vau de Vey, Les Beauregards et Chaume de Talvat sur la rive gauche; Côte de Bréchain du regroupement Montée de Tonnerre, Côte de Vaubarousse et Berdiot sur la rive droite.

RIVE DROITE

  • Trois regroupements de la rive droite sont situés sur le flanc oriental de la vallée même du Serein, dans les prolongements de part et d’autre du Grand Cru, soit les regroupements Fourchaume, Montée de Tonnerre et Mont de Milieu. L’axe routier Maligny-Tonnerre (D91-D965) longe le piémont de ces climats et bien entendu celui des GC
  • La proximité avec le Serein de ces trois regroupements leur apporte un avantage de régulation climatique.
  • Les autres climats sont placés sur des versants de vallons secondaires à la vallée du Serein, soit le regroupement Les Fourneaux et Vaucoupin.
  • L’exposition des Premiers Crus de la rive droite diffère de celle de la rive gauche, soit dans un arc du Sud à l’Ouest.

RIVE GAUCHE

  • Sur la rive gauche du Serein, cinq vallées rapprochées et relativement latérales accueillent sur leur versant ‘adroit’ (exposition favorable) les vignes classées en ‘Chablis Premiers Crus’, tandis que sur les ‘envers’ les vignes sont classées simplement en ‘Chablis’.
  • Ces cinq vallées confluent vers celle du Serein. Le passage de l’une à l’autre de ces vallées requiert dans maints cas un transit par Chablis.
  • L’exposition des Premiers Crus de la rive gauche varie du Sud au Sud-Est.
  • La géographie de cette rive induit une météo plus fraîche, plus humide et, par voie de conséquence, un ensoleillement occasionnellement masqué.

Le Grand Cru n’est pas royal que par la quintessence de ses vins, il l’est aussi par sa physionomie. Son coteau est en effet le plus majestueux. Il a le dénivelé le plus fort de tous les coteaux de vignes du chablisien, soit jusqu’à 90 mètres, et ses pentes sont parmi les plus impressionnantes, de 15% à 30% dans la plupart de ses parties.
Quelques Premiers Crus sont logés sur des coteaux certes imposants mais sans avoir le panache du GC. Considérant le profil de sa côte, le Premier Cru Côte de Léchet serait le plus saisissant avec son dénivelé de 60 m et sa déclivité de 15% à 25%. Les pentes les plus rudes, jusqu’à 40%, appartiennent cependant à Vau de Vey et Vaulignau.
Il n’est ainsi pas étonnant que ceux-ci n’aient pas été cultivés avant l’arrivée de machinerie viticole.


RIVE GAUCHE: VALLÉES SECONDAIRES À LA VALLÉE PRINCIPALE DU SEREIN

ChablisvalleesrivegaucheCliquez sur l’illustration pour la grossir. Comprendre cette illustration, c’est comprendre du coup une bonne partie de la physionomie du vignoble chablisien. Sur la rive gauche du Serein, les crus sont placés sur des versants adroits, les mieux exposés, de cinq vallées qui débouchent sur la vallée principale du Serein. Les talwegs de ces vallées figurent en rose sur l’illustration. La commune de Chablis est en quelque sorte le point de convergence du vignoble puisque le passage d’une vallée à l’autre implique souvent un repli sur Chablis.
Le point de vue de l’illustration est du Sud-Ouest. Vosgros est exceptionnellement situé sur le versant envers (exposition principalement à l’Ouest) de la première vallée. Montmains est placé en adroit (versant doté d’une exposition favorable au Sud-Est) de la deuxième vallée. Les climats Beauregard et Côte de Jouan sont en coteaux de vallons débouchant sur la deuxième vallée. La troisième vallée, de Valvan, loge le regroupement Vaillons sur son adroit. La quatrième vallée, des Fontenilles, accueille le climat Côte de Léchet en adroit. Tandis que la cinquième vallée accueille le regroupement Beauroy et les climats Vau de Vey et Vau Ligneau placés sur des vaux s’ouvrant sur cette cinquième vallée. Le trait bleu représente le cours du Serein.


VOSGROS (Chichée)

ChablisvosgrosVosgros (prononcez ‘Vossegros’) est situé sur le territoire de la commune de Chichée, comme son vis-à-vis Fourchaume sur l’autre rive du Serein (trait bleu sur l’illustration). De taille assez modeste, 16,5 ha, ce regroupement de deux climats est placé sur la première vallée de la rive gauche. Tandis que les autres Premiers Crus de cette rive sont exposés au Sud-Est, Vosgros est tourné surtout à l’Ouest. Ce handicap d’exposition est certainement atténué par sa situation dans un cirque constituant un véritable solarium. 

VOSGROS
rive gauche
(1re vallée)
Climat  Superficie  Exposition  Dénivelé/altitude et pente
 Vosgros  11,5 ha  cirque
dominante Ouest
25 m / entre 180 et 205 m
pente: 5 à 10%
 Vaugirot  5 ha  Ouest  20 m / entre 180 et 200 m
pente: 5 à 15%

Adjacents, les climats Vosgros et Vaugiraut sont placés sur le coteau exposé à l’Ouest de la première vallée de la rive gauche (voir impérativement l’illustration introduisant ‘LA RIVE GAUCHE’); la route D91, Chablis-Nitry, s’inscrit dans le talweg de cette vallée. Le climat Vosgros est replié dans un amphithéâtre qui le met à l’abri des vents et l’insère dans un four solaire. Les vins seraient solides, nerveux, rustiques et leur minéralité s’individualise de notes iodées et d’humus. Prononcez ‘Vossegros’. Le regroupement compte une dizaine de producteurs.

Toujours est-il …
… Que plusieurs aspects physiographiques, climatologiques et géo-pédologiques apportent des éléments d’explications aux caractères distincts des vins des climats chablisiens:

  • L’altitude est un déterminant de température. Dans le Chablisien, les vignes en Premiers Crus se situent majoritairement sous l’altitude de 230 mètres. Logé entre 220 et 295 mètres, Les Beauregard est le plus élevé des Premiers Crus et ses vins seraient moins complexes en raison notamment de son terroir ‘plus froid’.
  • L’ensoleillement est indispensable à la vigne. Les versants des Premiers Crus ont des expositions variées, dans un spectre de l’Est à l’Ouest. Fourchaume est principalement exposé à l’Ouest-Sud-Ouest, tandis que Vaillons l’est plutôt au Sud-Est. L’exposition confère des caractères différents aux climats. Notamment, Mont de Milieu a une exposition au Sud qui apporte un caractère plus riche et mûr à ses vins.
  • La pente magnifie l’ensoleillement, la trigonométrie l’explique. Par ailleurs, la pente agit directement sur l’important phénomène de colluvionnement observé sur les coteaux chablisiens et conséquemment sur la composition des sols (voir la troisième partie de ‘géologie/pédologie’). Entre autres, étant donné son aspect très pentu, Vau de Vey aurait une typologie de sol bien singulière, comme le GC Blanchot aussi très pentu.
  • Le territoire du Chablisien n’est pas considérable mais sa météo n’en présente pas moins des aspects nuancés d’un endroit à l’autre. Notamment, la proximité du Serein procurerait une régulation de température bénéfique aux climats qui lui sont attenants, notamment ceux de Fourchaume et Montée de Tonnerre.
  • Les éléments de la géologie, du substratum, sont importants. Tout topo sur le Chablisien insiste sur la présence en sous-sol du Kimméridgien supérieur et moyen, avec sa présence des coquillages fossilisés Exogyra virgula. Or, le Kimméridgien a une lithologie inclinée (2o à 3o) et son faciès n’est pas homogène sur son épaisseur de ±80 mètres. En un mot, selon les endroits, les vallées ont entaillé en sous-sol des profils différenciés.
  • La composition du sol des coteaux chablisiens, la couche nourricière de la vigne, a également une incidence considérable. Les sols des Premiers Crus sont en très large partie issus de colluvionnement, c’est à dire d’épandage par gravité de matériaux provenant des parties supérieures des coteaux et des rebords de plateaux. Or la nature du colluvionnement fluctue selon les endroits et détermine ainsi des nuances dans les vins.

MONTMAINS (Chablis et Courgis (climat Butteaux))
et VAILLONS (Chablis)

Vaillons-montmainsLes climats des regroupements Montmains, sur l’adroit de la deuxième vallée de la rive gauche, et Vaillons, sur l’adroit de la troisième vallée (voir l’illustration introduisant la RIVE GAUCHE. Vaillons regroupe huit climats.
Montmains en fédère trois grands, dont plusieurs vins sont commercialisés sous leur nom propre (voir le segment ‘Producteurs tableau synopsis’).

Montsmain.2Les quelques cartes topographiques figurant dans ce topo proviennent du livre ‘Chablis’ de la série Ginestet édité en 1986, lequel livre indique que sa source fut l’INAO de Dijon. Ces cartes sont de loin les meilleures que nous ayons trouvées pour illustrer la géographie des Premiers Crus, en vertu particulièrement des courbes de niveaux aux équidistances de cinq mètres.

MontmainsLa photo est prise depuis le sommet du climat Les Clos dont une partie des vignes est visible au bas de la photo. Les trois climats du regroupement Montmains s’étirent sur le premier plan incliné au delà de la commune de Chablis. Les chemins de terre qui s’écartent un de l’autre délimitent le climat ‘Montmains’ proprement dit. Le bourg de Courgis est bien visible en arrière-plan. À vol d’oiseau, Courgis est à un peu moins de 5 km de Chablis. D’ailleurs Courgis est la commune du climat Butteaux.

MONTMAINS
rive droite
(2e vallée)
Climat Superficie Exposition Dénivelé/altitudes et pente
Montmains 37 ha Sud-Est 30 m / entre 170 à 210 m
pente: 15 à 20%
Forêts 21 ha Sud-Est 55 m / entre 180 à 220 m
pente: 10 à 15%
Butteaux 40 ha Sud-Est 50 m / entre 210 et 265 m
pente: 10 à 25%

Le regroupement Montmains fédère trois grands climats couvrant au total 98 ha: Les Butteaux, Les Forêts et Montmains proprement dit. C’est le troisième regroupement en superficie, après Vaillons (8 climats / 116 ha) et Fourchaume (5 climats / 112 ha). Les climats sont consécutifs sur un même long versant de près de quatre kilomètres, exposé au Sud-Est. Bien que le profil de pente soit assez identique sur les trois climats, il y a cependant un écart d’altitude important entre Butteaux (altitude moyenne de 240 m) et les deux autres climats (altitude moyenne de 195 m); Butteaux serait ainsi un terroir plus froid.
Plusieurs producteurs réalisent des cuvées identifiées au nom même des climats d’origine pour Forêts (les domaines Raveneau, Pinson, Vocoret, Jean-Claude Bessin, Louis Michel) et Butteaux (Louis Michel, Raveneau, Jean-Marc Brocard, Jean Collet, Servin, Raveneau).
Globalement, les vins de ce regroupement se distingueraient par leur bonne charpente, leur chair qui traduit une bonne richesse et le trait de noisette. Cela dit, par sa grande taille qui comporte immanquablement des transitions physiographiques et de faciès de sols, les expressions de vins ne peuvent y être que variées.
Montmains appartient à la trilogie des meilleurs terroirs de la rive gauche; peut-être même le regroupement dont les vins seraient dotés du meilleur mérite.
Montmains compte approximativement 25 exploitants.

VAILLONS
rive gauche
(3e vallée)
Climat Superficie Exposition Dénivelé/altitudes et pente
Les Vaillons 15 ha Sud-Est 60 m / entre 185 à 245 m
pente: 15 à 25%
Le Sécher 11 ha Sud-Est 25 m / entre 185 à 210 m
pente: 18 à 20%
Les Chatains 15 ha Sud-Est 40 m / entre 200 à 240 m
pente: 15à 25%
Les Beugnons 12 ha Sud-Est 45 m / entre 205 à 250 m
pente: 15 à 30%
Les Mélinots 10 ha Sud-Est 10 m / entre 195 à 205 m
pente: 5 à 10%
Les Roncières 19 ha Sud-Est 15 m / entre 185 à 200 m
pente: 5 à 8%
Les Épinottes 22 ha Sud-Est 30 m / entre 160 à 190 m
pente: 10 à 15%
Les Lys 12 ha Nord-Est 45 m / entre 190 à 235 m
pente: 10 à 25%

Le plus considérable regroupement, Vaillons, couvre 116 ha sur huit climats logés sur le coteau ‘adroit’ de la vallée centrale de la rive gauche, soit la troisième vallée, nommée Valvan. Tandis que les climats des autres regroupements importants de cette rive, Montmains et Beauroy, sont placés consécutivement sur un même axe, Vaillons comprend deux bandes de climats dont une superpose l’autre. Les Épinottes, Roncières et Mélinots sont consécutifs sur la partie inférieure du versant, tandis que Sécher, Vaillons, Châtains et Beugnons se succèdent dans le même ordre au dessus, sur la partie supérieure du versant. Le huitième climat, Les Lys, est inusité étant positionné en croupe sur l’isthme où convergent l’adroit de la vallée de Valvant et l’envers de la vallée des Fontenilles. Celui-ci a ainsi une exposition singulière en arc, du Nord à l’Est.
La découverte, par le visiteur, de la vallée de Valvan, accessible depuis Chablis (rue de la vallée de Valvan) par un chemin parcourant son talweg, est certes un lieu d’intérêt lors d’un séjour à Chablis.
Le tableau placé dans lOnglet ‘Producteurs tableau synopsis indique que la majorité des cuvées de Vaillons proviennent de plus d’un climat, souvent de plus de deux.
Peut-on élaborer un portrait-type des vins du regroupement Vaillons? Hum! Disons que les vignes de Vaillons engendrent en général des vins qui sont en quelque sorte la symbiose des premiers crus chablisiens. Ils ont du fond sans être musculaires comme ceux de la Montée de Tonnerre. Il sont nerveux sans être incisifs. Ils ont une texture finement onctueuse sans qu’elle puisse se comparer au gras de Fourchaume ou de Mont de Milieu. Leur fruité, assez intense, est l’essentiel des arômes de fleurs blanches et de fruits jaunes acidulés trouvées dans les vins des deux rives. Vous saisissez?
Plusieurs vins issus essentiellement de l’un ou l’autre des climats Sécher et Les Lys sont commercialisés sous ces noms. Ceux notamment des producteurs Jean Collet, Louis Michel, Vincent Dauvissat, Drouhin-Vaudon pour Sécher. Les vins du climat Sécher sont plausiblement les plus structurés de la rive gauche.

Le climat Les Lys donne lieu à une cuvée individualisée par, entre autres, les domaines William Fèvre, Daniel Dampt, Daniel et Étienne Defaix, Bernard Defaix, Long-Depaquit et La Chablisienne. Puisque ce lieu aurait appartenu à la Royauté, est-ce donc la connotation historique qui explique la pratique fréquente de son individualisation, ou la valeur de son terroir? De vignes de plus de 55 ans, la cuvée Les Lys du Domaine Daniel Dampt est très singulière par son ampleur, sa texture grasse et sa minéralité très affirmée. Son large spectre d’expositions incite à concevoir qu’il y a ‘des’ versions de vins sur ce climat.
Vaillons figure dans le trio élite des regroupements de la rive gauche avec Montmains et Côte de Léchet, logés sur les vallées voisines de part et d’autre.
Le nombre d’exploitants sur le regroupement est approximativement de 30.

Toujours est-il …
… que vous aimeriez connaître le climat d’origine duquel est issu le vin dont l’étiquette indique simplement ‘Fourchaume’, ou ‘Montmains’, ou tout autre regroupement. Vous pouvez consulter le site internet du producteur concerné. Cette approche peut être vaine car peu de producteurs y fournissent cette information. Vous pourriez avoir la réponse dans nos tableaux placés sous l’onglet ‘Producteurs tableaux synopsis’. Sinon, nous vous suggérons d’interroger le producteur par courrier électronique. Il pourrait bien vous répondre. Sinon, téléphonez lui. S’il s’agit d’un vigneron, appelez au tout début de l’heure du déjeuner, disons à 12:15h, ou à la fin de sa journée de travail, entre 18:00 et 19:00h.
Quelques producteurs affichent la localisation de leurs vignes sur leur site internet, nommément: Christian Moreau, Louis Michel, Domaine d’Henri et Laroche.

CÔTE DE LÉCHET (Milly-Chablis),
BEAUROY (Poinchy-Chablis et Beine),
VAU DE VEY et VAU LIGNEAU (Beine)

quatrieme-et-cinquiemeSur l’adroit de la quatrième vallée, des Fontenilles, le regroupement Côte de Léchet par lui-même.
Sur le versant adroit de la cinquième vallée, les trois climats consécutifs du regroupement Beauroy: Beauroy proprement dit qui est le plus près du Serein, Troësme au centre et Côte de Savant qui est en amont, aux abords de village de Beine.
Vau Ligneau et Vau de Vey sont sur les adroits de vallées secondaires à la cinquième vallée.

IMG_0373Une vue sur la Côte de Léchet depuis le Grand Cru. À gauche, le clocher de la Collégiale St-Martin.

CÔTE DE LÉCHET
rive gauche
(4e vallée)
Superficie Exposition Dénivelé/altitudes et pente
37 ha Sud-Est 60 m / entre 150 et 210 m
pente: 15 à 23%

Côte de Léchet est par lui-même un regroupement. Ce climat occupe un versant impressionnant qui est exposé favorablement au Sud-Est. Il est bien visible à la sortie Nord de Chablis. De la dizaine d’exploitants du climat, trois sont reliés à la famille Dampt (père et deux fils) et deux à la famille Defaix. Aucun des exploitants de Côte de Léchet ne figure au sein de l’élite fine désignée dans les importants guides ‘Bettane et Desseauve’ et le ‘Guide des Meilleurs Vins de France’! Au profit de sa notoriété, Côte de Léchet mériterait définitivement de voir son nom figurer à côté de noms tels Raveneau, Dauvissat, William Fèvre, Droin, Billaud-Simon et autres noms admirés du Chablisien. Les dénominateurs des vins de la Côte de Léchet sont mal connus. Moins complexes que ceux des Montmains et des Vaillons, ils formeraient néanmoins le troisième regroupement du trio élite de la rive gauche.

Toujours est-il …
Que les producteurs du Chablisien recueillant les meilleurs cotes dans les deux guides importants pour amateurs de vins, ‘Bettane et Desseauve’ et le ‘Guide des Meilleurs Vins de France’, sont très majoritairement ceux qui détiennent des parcelles sur plusieurs climats du Grand Cru et aussi sur des supers Premiers Crus (Fourchaume, Montée de Tonnerre, Mont de Milieu, …). Il n’y a pas de doute que leur beau patrimoine est un faire-valoir. Il s’avère que les producteurs élevés au rang de producteurs émérites par ces deux guides ne sont virtuellement pas présents sur le climat Côte de Léchet, qui en subit sans doute une forme de préjudice de visibilité et possiblement de reconnaissance.
Une autre perspective à la réalité que les climats réputés sont des faire-valoir: les producteurs surtout présents sur les climats moins reconnus en accusent un handicap de visibilité.

 

BEAUROY
rive droite
(5e vallée)
Climat Superficie Exposition Dénivelé/altitudes et pente
Beauroy 6 ha Est à Sud-Ouest 45 m / entre 155 et 200 m
pente: 10 à 25%
Troëmes 16 ha Sud-Sud-Est 45 m / entre 140 et 185 m
pente: variable selon la section
entre 5 et 23%
Côte de Savant 21 ha Sud-Est 40 m / entre 155 et 195 m
pente: variable selon la section
entre 7 e 32%

Le regroupement Beauroy compte trois climats voisins: Beauroy même sur la commune de Poinchy-Chablis, le plus en aval sur la cinquième vallée, c’est-à-dire le plus près du Serein. Sur le territoire de la commune de Beine, les deux autres climats, Troëmes et Côte de Savant, longent aussi la cinquième vallée sur son adroit. Les vins issus du climat Beauroy même sont de calibre supérieur. Les vins issus de Troësme sont souples, plus rustiques, avec un caractère floral plus marqué. Le climat Côte de Savant a été intégré aux Premeirs Crus en 1978 tout comme Côte de Bréchain (Montée de Tonnerre). En venant de l’A6 ou d’Auxerre (D965), immédiatement après le village de Beine, Côte de Savant et Troësme sont les premiers climats classés en Premiers Crus que le visiteur découvre. Une douzaine d’exploitants sont présents sur Beauroy.

VAU DE VEY
rive gauche
(val affluent de la 5e vallée)
Dénivellé/altitudes et pente
30 ha Est-Sud-Est 55 m / entre 165 à 220 m
10 à 40%

IMG_0607Une prise du Vau de Vey, à gauche, sur l’adroit. Le coteau face au Vau de Vey est classé en Chablis village. Le coteau en arrière-plan est celui de Troësme. Pour se rendre au point où fut prise la photo: à l’aire de repos à la sortie de Beine en direction de Chablis (D965), prendre la route de terre non balisée; à la fourche poursuivre sur le route de gauche jusqu’à un chemin forestier à gauche qui vous y mènera à travers une section forestière.

Localisés sur la commune de Beine, les regroupements ‘solos’ (un seul climat) Vau de Vey et Vau Ligneau sont placés sur des adroits de vallées secondaires à la cinquième et dernière vallée (voir les traits rouges sur l’illustration qui précède et aussi sur celle qui introduit les crus de la rive gauche). Les deux climats furent gradués en Premiers Crus en 1986 à la suite de l’opération de révision majeure des aires du vignoble chablisien. D’entre les premiers et grands crus, ces deux climats ont les expositions les plus tournées à l’Est. Dans certaines parties des deux climats, les pentes sont les plus fortes de tous les premiers crus, soit jusqu’à 45% en certains endroits. Ces fortes déclivités expliquent sans doute que les vignes y aient été absentes pendant de nombreuses décennies après le phylloxéra, alors que le vignoble chablisien traversait une longue crise.
Le vin-type de Vau de Vey n’est pas vraiment fixé. Les vignes les plus vieilles y ont tout au plus 20 à 30 ans. Les vins du Domaine de la Grande Chaume (intégré au nouveau Domaine de l’Enclos à partir de 2016) et du Domaine Laroche sont actuellement de bons témoins du cru. Les corps des deux vins sont souples. Les fruités (fruits blancs) sont discrets et les minéralités sont finement crayeuses.
Moins de cinq exploitants sur le climat. Bref, bien peu de visibilité.

 

VAU LIGNEAU
rive gauche
(val affluent de 5e vallée)
Superficie Exposition Dénivelé/altitudes et pente
17 ha Est-Sud-Est 50 m / entre 180 à 230 m
variable selon la section du cru:
10 à 45%

Localisés sur la commune de Beine, les regroupements individuels (un seul climat) Vau de Vey et Vau Ligneau sont placés sur des adroits de vaux (vallées) secondaires à la cinquième et dernière vallée (voir les traits rouges sur l’illustration qui précède et aussi sur celle qui introduit les crus de la rive gauche). Les deux climats furent gradués en Premiers Crus en 1986 à la suite de l’opération de révision majeure des aires du vignoble chablisien. Des premiers crus, ces deux climats détiennent les expositions les plus tournées à l’Est. Aussi, dans certaines parties des deux climats, les pentes sont les plus fortes de tous les premiers crus, soit jusqu’à 45% en certains endroits. Ces fortes déclivités expliquent sans doute que les vignes y aient été absentes pendant de nombreuses décennies après le phylloxéra, alors que le vignoble chablisien traversait une longue crise. Moins de cinq exploitants sur ce climat. Bref, bien peu de visibilité.


LES BEAUREGARDS ET CÔTE DE JOUAN (Courgis)

Chablis-beauregardsLes traits rouges illustrent les talwegs de la ‘deuxième vallée’ et de ses vallées secondaires (voir impérativement l’illustration plus haut portant sur les cinq vallées de la rive gauche). Le regroupement ‘Les Beauregards’ réunit le climat éponyme et Côte de Cuissy.

LES BEAUREGARDS
(rive gauche
2e vallée)
Climat Superficie Exposition Dénivelé/altitudes et pente
Les Beauregards (Courgis) 22 ha Sud 55 m / entre 235 et 290 m
25 à 30%
Côte de Cuissy (Courgis) 9 ha Sud 75 m / entre 220 et 295 m
10 à 35%

Les coteaux de la commune de Courgis étaient plantés en céréales durant la léthargie de la viticulture chablisienne des sept premières décennies du 20e siècle. C’est dire que les vignes en place sont surtout jeunes.
Le coteau très pentu des Beauregards fait face au Sud. Le terroir des Beauregards y est néanmoins assez froid puisque sa position altitudinale est la plus élevée de tous les Premiers Crus, soit entre 235 et 290 m. Les vins des Beauregard n’ont pas la profondeur des Butteaux, sur la même commune de Courgis. Les vins sont tendres, assez ronds et la minéralité moins affirmée que la plupart des autres Premiers Crus.
Les futés auront remarqué que nous avons associés Les Beauregards à la deuxième vallée. En fait, les coteaux des climats de Beauregards, et aussi ceux de Côte de Jouan (ci-après), sont appuyés à des petites vallées secondaires à la deuxième vallée, c’est-à-dire qui s’ouvrent sur cette dernière.

CÔTE DE JOUAN
(rive gauche
2e vallée)
Climat Superficie Exposition Dénivelé/altitudes et pente
Côte de Jouan (Courgis) 6 ha Sud  60 m / entre 220 et 280 m
15 à 35%

Premiers Crus Rive Droite ← Onglet précédent     Onglet suivant  → Chablis (AOC)