Date de publication:

Les Bressandes

BressandesLes Bressandes au sein de la partie Nord du finage de Beaune. Pour une consultation aisée, il est suggéré de grossir l’illustration en cliquant sur celle-ci. La tâche blanche est une espace non plantée.

 Bressandes-talwegLa pente du coteau est amplifiée sur cette prise à partir de Google Earth. L’œil attentif verra qu’une portion du climat Les Bressandes est placée au débouché d’une petite combe. Le trait rouge représente le talweg de ce vallon. L’illustration suivante affiche une coupe transversale du coteau qui traduit ce vallon. La tâche blanche est une espace non plantée.

Le climat ‘Les Bressandes’ est entouré des climats Les Grèves, Les Fèves, Les Toussaints, Les Cents Vignes et À l’Écu. Un des six climats de plus de quinze hectares du finage, Les Bressandes (16,5 ha) est placé au débouché d’une petite combe qui explique le vallonnement sur sa surface (voir l’illustration qui suit). Du point de vue physiographique, il se divise donc en deux parties: un flanc, très allongé, ayant une exposition Est-Nord-Est, et l’autre, plus court et plus pentu, adossé au climat À l’Écu, ayant une exposition Est-Sud-Est. Le dénivelé du climat est fort, soit 60 mètres, entre les altitudes 240 et 300 mètres.

 

bresandes-coupeLa coupe Nord-Sud ci-devant (trait rose sur la carte), transversale à la pente générale du versant, illustre que Les Bressandes est placé dans un vallon évasé et irrégulier. Ainsi, une portion importante des Bressandes a une inclinaison Est-Nord-Est, légèrement moins favorable. La tâche blanche est une espace non plantée.

Beaune-Bressandes-coupeCette autre vue en coupe illustre le fort dénivelé, Ouest-Est, des Bressandes dans l’axe général du versant beaunois. La pente est de forme classique. Le dénivelé des Bressandes, environ 60 mètres, n’est surpassé sur La Côte que par son voisin Les Grèves. La tâche blanche est une espace non plantée.

Classements

Il est étonnant que Jules Lavalle n’ait pas attribué de classement aux Bresandes. Il figure toutefois en totalité dans la Première Classe du Classement du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’Arrondissement de Beaune de 1860. Pour Camille Rodier (1820), Les Bressandes est l’une des huit ‘Têtes de Cuvée’ de Beaune. Il s’agit donc d’un des climats de bon niveau du finage de Beaune.

Bouchard classementCette ‘classification des vignobles’ est celle affichée par la maison Bouchard Père et Fils à la fin du 19e siècle. Non exhaustive, réalisée très certainement à des fins commerciales, elle n’est est pas assez objective. Ce classement semble ne porter que sur les climats où cette maison possédait des vignes. Sur Les Bressandes, cette dernière détenait-elle à cette époque la même parcelle, assez petite, qu’actuellement? Toujours est-il que son appréciation des Bressandes (Première Cuvée) apparaît réservée.
Producteurs

Les principaux producteurs des Bressandes sont les maisons et domaines suivants: Chanson, Besancenot, des Croix, Henri Germain, Les Hospices de Beaune, Louis Jadot, Albert Morot, Hugues Pavelot, Rapet, Jean-Claude Rateau et Remoissonnet.

Bressandes-proprietairesLes positions des parcelles de certains producteurs du climat Les Bressandes: Domaines Albert Morot, Des Croix, Pavelot, Jean-Claude Rateau, Rapet, Maison Bouchard Père et Fils, Hospices de Beaune, Chanson.

Géologie

Selon la géologue spécialiste de La Côte Françoise Vannier, à l’instar climat « Les Grèves’, Les Bressandes serait constitué d’éboulis calcaires, nommées localement ‘grèzes litées’; ‘grèzes’ désignant des graviers et ‘litées’ étant une référence au mode de mise en place par couches successives. Ces graviers proviennent de l’effritement des parois rocheuses qui dominaient vraisemblablement le coteau au dessus du climat des Bressandes avant l’époque périglaciaire (glaciations quaternaires), il y a une trentaine de milliers d’années. Surtout aux printemps, l’action du gel et du dégel quotidien (expansion de la glace se formant la nuit dans les fissures qui se chargeait d’eau le jour) a effrité la roche qui s’est épandue par éboulis successifs sur le coteau.
La coupe ci-bas a été réalisée Françoise Vannier. Il s’agit de l’interprétation d’une fosse de près d’un mètre creusée sur la parcelle du Domaine des Croix en partie supérieure du coteau. L’horizon de terre arable est de l’ordre de 30/40 cm. L’épaisseur de la formation de ‘grèzes litées’ est au moins de 50 cm. Françoise Vannier a effectué une observation du même type sur la parcelle du Domaine Jean-Claude Rateau.
Des sous-sols semblables se constatent en quelques endroits sur La Côte, notamment sur Le Clos du Roy de Marsannay, Les Rugiens-Hauts de Pommard et sur une petite partie du Musigny.

Bressandes Croix coupeLe profil ci-contre a été réalisé par la géologue Françoise Vannier sur une parcelle placée à une altitude  de 290/300 mètres (dans la partie supérieure du climat et partant du coteau de vignes) détenue par le Domaine des Croix, le requérant de l’expertise géologique. Sous la couche organique de ±35 cm, se trouve l’agrégat de ‘grèzes litées’ dont l’horizon serait supérieur à 0,5 mètre (la profondeur  de la fosse étant d’environ un mètre). Ce colluvionnement (étalement des matériaux provenant de l’effritement de la falaise calcaire qui surmontait le coteau avant la période périglaciaire) est plausiblement répandu sur l’ensemble du climat. Localisée sur le parcellaire foncier montré ci-haut, la parcelle du domaine Jean-Claude Rateau est aussi déposée sur cette même roche-mère.
Bien qu’il s’agisse d’une formation superficielle, un colluvionnement, les pédologues considèrent que les grèses litées constituent la roche-mère.

 

Clos de Mouches ← Onglet précédent     Onglet suivant → Focus Vignerons