Date de publication:

Géologie de Chambolle-Musigny


VOLETS DE CE SEGMENT:
  • À noter
  • Carte des climats et quelques données
  • Géologie du finage
  • Informations physiographiques et géologiques complémentaires
  • Série lithologique (roches) du sous-sol
À NOTER

Le contenu de ce topo est puisé du rapport intitulé ‘CHAMBOLLE-MUSIGNY: DU SOUS-SOL AU PAYSAGE VITICOLE – ÉTUDE GÉOLOGIQUE ET PHYSIOGRAPHIQUE‘ produit par la géologue Françoise Vannier et publié en janvier 2015.

L’étude fut commanditée par l’Organisme de défense et de Gestion de Chambolle-Musigny, donc par les vignerons présents sur ce finage et adhérents au dit organisme.
L’ODG de Chambolle-Musigny est ainsi le cinquième organisme du genre à supporter une telle étude après Marsannay, Maranges, Gevrey-Chambertin et Pommard, cette dernière étude ayant été co-commanditée par le GEST.

Toujours est-il …
Ce mot s’adresse aux nuls, aux nuls en géologie s’entend, et aussi aux désintéressés du sujet.
Vous concevez une certaine incidence de la géologie sur l’univers du vin, mais le sujet vous rebute. La science en question est assommante comme une tonne de roche, si bien que le nombre de navigateurs sur ce topo pourrait bien être infime.
Nous nous interrogeons donc sur le sens de notre implication sur le sujet, d’autant que nous nous échinons à le rendre le plus aisé possible à parcourir.
Toujours est-il que nous ne parvenons pas à renoncer à en traiter. L’amateur immodéré de vins de La Côte devrait comprendre que la géologie apporte une explication capitale au triomphe du concept des climats sur cette ‘terre sainte’.
C’EST QUE SUR ‘LA CÔTE’ LE SOL DANS LEQUEL LES RACINES SE RAMIFIENT ET SE NOURRISSENT ORIGINE EN GRANDE PARTIE DE L’ALTÉRATION DE LA ROCHE SOUS-JACENTE. OR LE SOUS-SOL DE ‘LA CÔTE’ EST UNE VÉRITABLE MARQUETERIE DE CALCAIRES (SURTOUT) ET DE MARNES AUX CARACTÉRISTIQUES DISTINCTES, COMME L’EST LA MOSAÏQUE DES CLIMATS.
Mise en garde aux lecteurs: N’allez surtout pas conclure que la géologie fournit à elle seule l’explication théorique de la complexité des vins de Bourgogne. Les terroirs s’expliquent aussi par d’autres facteurs.
Autre mise en garde en cas de manifestation de crédulité: la mosaïque des climats de La Côte n’est pas la superposition de la marqueterie argilo-calcaire en place!
À lire en préambule

Sur l’intérêt des études au 1/10 000 de Françoise Vannier
Jusqu’à tout récemment, la seule documentation sur la géologie de La Côte tenait aux relevés géologiques à l’échelle du 1/50 000 du BRGM. Cette source d’information n’était pourtant pas adaptée aux conditions de ce milieu viticole dont la situation géologique varie fréquemment à l’échelle, restreinte, des climats en raison de la présence d’innombrables failles et de décalages stratigraphiques le long de celles-ci. En un mot, le fabuleux coteau, La Côte, est constitué d’une marqueterie géologique complexe, un extrême morcellement, que les données au 1/50 000 du BRGM compriment pour n’en révéler qu’un schéma général. Les études géologiques de Françoise Vannier procurent une information inédite et essentielle sur la documentation de La Côte.
La carte du BRGM au 1/50 000 couvrant Chambolle figure plus loin dans le texte.

(Lire le dossier: Les cartes ‘géol’ de Françoise Vannier: un événement)

CARTE DES CLIMATS ET QUELQUES DONNÉES

Chambolle-Musigny-carteCliquez sur la carte pour agrandir.
Figure 1. La limite Sud de Chambolle-Musigny peut être confondante car sa ligne est brisée et aussi parce qu’elle borde deux communes: Flagey-Echézeaux (le long du climat La Combe d’Orveau) et Vougeot (commune qui bien qu’elle englobe le célèbre Clos Vougeot, n’en est pas moins discrète par la petitesse de son village et son nombre restreint de climats).

  • La commune comprend 180 ha en appellations communales, Premiers Crus et Grands Crus.
  • Situés à chaque extrémité du finage de Chambolle-Musigny, les Grands Crus Les Bonnes Mares (15,1 ha) au Nord et Le Musigny (10,9 ha) au Sud, couvrent ensemble 26 ha.
  • Les 26 Premiers Crus couvrent 61,1 ha.
  • L’aire de l’AOC Chambolle-Musigny comprend 93,4 ha.
  • La longueur du coteau de Chambolle-Musigny est un peu plus de 4 km, sachant que La Côte s’étire sur plus de 50 km de Chenôve (AOC Marsannay) à Cheuilly-les-Maranges (AOC Maranges). Les finages voisins sont, au Nord, Morey-St-Denis et, au Sud, ceux de Vougeot (Sud-Est) et de Flagey-Échezeaux (Sud-Ouest).

 

GÉOLOGIE DU FINAGE

CARTE GÉOLOGIQUE DE CHAMBOLLE-MUSIGNY À L’ÉCHELLE 1/10 000 (réalisation en 2015)

chambolle-geologieCliquez sur la carte pour agrandir
Figure 2. Ci-haut, la carte géologique produite à l’échelle 1/10 000 par la géologue Françoise Vannier en 2014. La perspective est zénithale (vue à plat), ainsi ce sont les roches du plan de surface du sous-sol, du substrat, qui y sont illustrées.
L’information apportée est aussi inédite qu’essentielle sur la documentation de la Côte d’Or. Les cartes de Françoise Vannier font sortir La Côte de ‘l’âge de pierre’ quant à la documentation de sa géologie. (Pour la comparaison, voir la carte à l’échelle 1/50 000 du BRGM placée plus bas.)
« Le vignoble repose sur un secteur intensément fracturé, avec de nombreux compartiments délimités par un réseau dense de failles. La direction des failles a guidé la mise en place des grands traits du paysage: le relief de côte entaillé par des vallées sèches (combes), l’agencement des différentes formations et par conséquent la répartition du vignoble. » Françoise Vannier, Étude géologique de Chambolle-Musigny.

PRINCIPALES OBSERVATIONS

  • Le coteau de Chambolle-Musigny est entièrement intégré au contexte géologique de La Côte: logé sur un segment du long versant qu’est La Côte, exposé selon un arc de l’Est au Sud et dont la fondation géologique repose sur une alternance de calcaires, de calcaires argileux et de marnes, un véritable millefeuille.

chambolle-extrait-statiFigure 3. La série lithologique présente sur le finage de Chambolle-Musigny, un millefeuille de strates calcaires et marneuses. Cette séquence s’est établie initialement bien horizontalement, uniformément, pendant la période jurassique, il y a plus de 150 Ma. Cette illustration est reprise à la figure 13 et des descriptions de chaque lithologie y sont adjointes.

  • Le sous-sol du finage de Chambolle-Musigny est intensément fracturé, à l’instar des constats dégagés des études géologiques récentes des finages proches de Marsannay et Gevrey-Chambertin, ayant aussi donné lieu à la production de cartes géologiques à l’échelle 1/10 000.
  • Un réseau de failles principales est assez parallèle à l’axe du coteau de Chambolle-Musigny. Des failles secondaires transversales, irrégulières, ont découpé le substrat géologique du finage en compartiments, en ‘blocs’ irréguliers.

chambolle-extraitFigure 4. Un extrait zoomé de la carte géologique principale placée ci-haut. La perspective est à plat, ainsi se sont les roches du plan de surface du sous-sol qui y sont illustrées. Les traits violacés illustrent des failles, en occurrence un trait large pour la faille majeure présente sur ce périmètre, des traits plus fins pour les failles secondaires et des tiretés pour des failles supposées. Les failles découpent des compartiments, des blocs.

  • Les compartiments, les blocs irréguliers, furent décalés les uns des autres par des glissements le long des failles (des rejets), tel un mouvement irrégulier de pistons de moteur. Des forces tectoniques ont occasionné les rejets en question.
  • Étant donné la série lithologique du sous-sol, les rejets dans les axes de failles ont créé, après une érosion de millions d’années qui constitua une opération majeure de ‘varlopage’, un substratum constituant une marqueterie de calcaires et de marnes.

chambolle-coupechambolle-coupe-bischambolle-echelleFigure 5. Une vue en coupe du coteau de Chambolle-Musigny selon un axe traversant les climats (figurant sur l’illustration précédente, figure 4): Les Bonnes Mares, Les Baudes, Les Sentiers, … Les failles et les décalages le long de celles-ci sont bien visibles. Ainsi, la Route des Grands Crus se situerait à ce lieu sur une faille majeure. À l’Est de celle-ci, vers le bas du coteau, à droite sur la carte, le Calcaire à Entroques qui constituait le socle du GC Les Bonnes Mares est franchement décalé puisque trois autres formations le surmontent à cet endroit. Encore un peu plus à l’Est, une autre faille importante décroche encore davantage le même Calcaire à Entroques.
La nature de la roche en surface change donc constamment sur des distances souvent très courtes, de moins de 100 mètres. Il résulte de cette tectonique une marqueterie de compartiments, de blocs, argilo-calcaires. C’est ce que montre la carte principale (figure 2) plus haut dans ce texte.

  • Deux failles transversales au coteau principal déterminent les deux combes du finage: la Combe Ambin, ou Combe de Chambolle-Musigny, encaissée, coupe assez systématiquement le coteau chambollois en deux parties, dites Nord et Sud; et l’autre est est placée à la limite commune de Chambolle et Flagey-Echézeaux, la Combe d’Orveau.
  • Les parties Nord et Sud du finage présentent des schémas de sous-sol différents. Notamment, le Calcaire à Entroques s’observe surtout sur le versant Nord (Les Bonnes Mares, Les Fuées, Les Cras, …), tandis que le Calcaire de Comblanchien, peu présent au Nord, a une emprise importante sur le coteau Sud (Le Musigny, Les Amoureuses, Les Charmes, …).
entroquesLa couleur attribuée au Calcaire à Entroques comblanchienLa couleur attribuée au Calcaire de Comblanchien

Le Calcaire à Entroques s’observe surtout sur le versant Nord du finage, tandis que le Calcaire de Comblanchien a une forte emprise sur le sous-sol du coteau Sud. En fait, les parties Nord et Sud de Chambolle-Musigny ont été vraisemblablement décrochées (un rejet) l’une de l’autre par la faille majeure apparue transversalement dans l’axe de la combe de Chambolle-Musigny (Combe Ambin). Les deux versants s’appuient ainsi sur des schémas lithologiques assez distincts et cela est certainement ‘une’ explication aux caractères organoleptiques distincts des deux GC du finage, dont rappelons-le, l’un est déposé sur le Calcaire du Comblanchien, Le Musigny, et l’autre sur le Calcaire à Entroques, Les Bonnes Mares.

Françoise Vannier, géologue, auteur de l’étude géologique de Chambolle-Musigny, commente quelques aspects différenciant le Calcaire à Entroques au Calcaire de Comblanchien, en décrivant avec plus de détails le dernier.

  • Dans un contexte péri-glaciaire il y a 20 à 30 milliers d’année, la vallée qu’est la Combe de Chambolle-Musigny fut un couloir dévalé depuis les plateaux par un torrent d’eau de fonte ayant charrié des matériaux de toutes tailles (blocs, cailloux, sables, …), lesquels furent délestés à son débouché sur La Côte. Ces ‘délestages’ en forme de lobes, bien visibles sur la carte géologique (il y en a trois), sont nommés cônes de déjection, ou cônes alluviaux (les cône en question sont désignés ‘Alluvions: cailloutis de cône’ dans le lexique de la figure 2, la carte géologique du finage). En général, ces cônes sont de bonnes assises pour la vigne, sans constituer des terroirs exceptionnels.

IMG_0328Une vue certes saisissante de la Combe de Chambolle-Musigny, ou Combe Ambin, prise sur la route reliant Chambolle-Musigny aux plateaux des Hautes-Côtes. Les parois semblent avoir été érodées par les torrents d’eau de fonte ayant circulé dans ce couloir dans le contexte périglaciaire, voici 20 à 30 milliers d’années. 

cones-de-dLes trois lobes circonscrivent des cônes alluviaux sur le finage de Chambolle-Musigny.
cone
charmesDe forme très irrégulière
le climat Les Charmes
  assemble trois polygones lui conférant une forme globale hétéroclite. Chacun des polygones comporte la mention ‘Les Charmes’.

Figure 6. Une partie du substratum de Chambolle-Musigny circonscrivant les trois cônes alluviaux, tramés en jaune. Placé relativement au centre de l’image de gauche, le climat Les Charmes est ‘géologiquement’ diversifié. Son sous-sol est réparti sur quatre formations différentes, entre autres sur un cône alluvial.

  • À Chambolle-Musigny, le piémont du coteau a une singularité: deux formations datant respectivement de l’Oligocène et du Pliocène (deux périodes géologiques nettement postérieures à celle du Jurassique à laquelle correspondent les lithologies présentes sous le versant de La Côte) occupent deux bandes adjacentes et parallèles à la route Dijon-Beaune qui leur est voisine: la bande occidentale est formée de Conglomérat Saumon (lieux-dits Les Buissières, Les Drazey, Les Fremières, Aux Beaux Bruns, Aux Échanges, Le Clos des Ormes, Les Cras, …); la bande longeant immédiatement la route Dijon-Beaune est constituée de Marnes de Bresse (lieux-dits Les Herbues, Les Athets, Les Mombies, ….). Le périmètre englobant ces deux formations est en AOC communale. Cette spécificité de cette zone de Chambolle est possiblement ‘une’ des explications de la typicité (féminine!) des vins de de l’appellation communale de Chambolle-Musigny. Pour des descriptions des deux formations ‘superficielles’ en question, voir le volet ‘série lithologique’ placé au bas de ce topo.
marnedebresseLe symbole de la formation de ‘Marnes de Bresse » conglomeratLe symbole de la formation de ‘Conglomérat saumon’

Un périmètre considérable en AOC Chambolle-Musigny au bas du coteau comprend un sous-sol de formations de Conglomérat Saumon et de la Marne de Bresse. De façon très contrastante, un périmètre également (très) considérable sur l’aire de l’AOC Gevrey-Chambertin est plutôt déposé sur un sous-sol de type ‘cône alluvial’. La distinction est importante. Elle constitue possiblement ‘une’ explication des styles différents des vins des deux AOC communales.

Description du Conglomérat Saumon par Françoise Vannier, géologue, auteur de l’étude géologique de Chambolle-Musigny.

  • Au nombre de quatre, les grands ensembles du paysage se superposent globalement aux principaux secteurs géologiques: le coteau Nord reposant largement sur le Calcaire à Entroques; le coteau Sud étant déposé en bonne partie sur du Calcaire de Comblanchien; le piémont en appellation communale s’appuyant sur deux formations ‘superficielles’ nommée ci-devant; et le périmètre en forme de cuvette, ou d’amphithéâtre, située immédiatement au Sud du village qui également en AOC communale.
  • Finalement, le jeu de failles et de compartiments  ne coïncide absolument pas avec le damier des climats, comme il est mentionné dans certains ouvrages.
 INFORMATIONS PHYSIOGRAPHIQUES ET GÉOLOGIQUES COMPLÉMENTAIRES

chambolle-paysageAgrandir l’illustration en cliquant sur celle-ci.
Figure 7. L’orientation de cette image diffère de la carte des lieux-dits placée tout au haut. Outre la petite boussole apparaissant discrètement en haut, à droite, l’axe de la route Dijon-Beaune serait un bon repère entre cette carte et celle en introduction de ce segment. Les deux lignes bleues, au Nord et au Sud, sont les limites de la commune. Les périmètres tramés en violet sont ceux des Grands Crus Le Musigny (au gauche, soit au Sud du finage) et des Bonnes Mares (à droite, donc au Nord du finage). Les parcelles délimitées en noir sont celles des Premiers Crus. Les aires aux pourtours orangés sont celles en appellation communale.
Le village de Chambolle-Musigny est resserré au débouché de l’encaissée Combe Ambin, ou Combe de Chambolle-Musigny. Aux abords du village, un morceau semble avoir été arraché au versant Sud, tel une morsure ayant créé une forme en amphithéâtre (ce périmètre est un de ceux délimités par des traits orangés). Étant notamment moins avantagé quant à l’exposition, en occurrence Est-Nord-Est, ce secteur en ‘amphithéâtre’ est classé en AOC communale.
Une autre combe découpe le paysage, la Combe d’Orveau tout au Sud, soit à gauche sur l’illustration.

  • Les vignes sont plantées sur tout le versant du finage jusqu’à approximativement l’altitude de ±325 m.
  • Il n’est pas inusité que le finage de Chambolle-Musigny soit coupé par une imposante combe et que cela définisse en quelque sorte deux parties, Nord et Sud. Tous les finages de la Côte de Nuits sont cisaillés par des combes majeures, sauf Morey-St-Denis dont la combe est assez peu incisive.
  • De façon générale, le coteau de Chambolle-Musigny est exposé en grande partie au Sud-Est, particulièrement les climats en Premiers et Grands Crus;

coupe-nordFigure 8. La vue en coupe (dans l’axe du trait rouge sur le terrain) ci-devant est rattaché au versant de la partie Nord du finage, dans un axe traversant les climats Bonnes Mares-Les Baudes-Les Sentiers-Les Drazey-Les Herbues. Le coteau de vignes y a une forme finement concave, classique du contexte général de La Côte. Sur cet axe, le dénivelé est de 60 mètres, soit de 240 m d’altitude au piémont, aux abords de la route Dijon-Beaune, à 300 m au haut des Bonnes Mares.

chambolle-coupe-nordFigure 9. Interprétation géologique selon le même axe que la vue en coupe placée constituant la figure 8, bien qu’allongé aux extrémités. Le Calcaire à Entroques constitue le substrat dominant sur le GC Bonnes Mares.
La zone correspondant au point d’interrogation (‘?’) placé sous la mention de la RD 974 correspond au fossé Bressan qui est commenté dans le segment Le Comte ruine le casino!

coupe-sudFigure 10. Cette autre coupe (se rapportant au trait rouge sur le terrain) s’inscrit dans un axe traversant Les Musigny et Les Amoureuses, sur le versant de la partie Sud du finage. Là, le coteau a une forme convexe, plus inusitée sur La Côte. Le Calcaire de Comblanchien y constitue la formation en sous-sol.

chambolle-coupe-sudFigure 11. Interprétation géologique selon relativement le même axe que la vue en coupe de la figure précédente (figure 10), bien qu’allongé aux extrémités. Le GC Les Musigny repose sur du Calcaire de Comblanchien. Cette roche très dure, ainsi plus difficilement sujette à l’érosion, serait-elle l’explication de la convexité du terrain?!

 Une ‘parenthèse’ sur la carte géologique du BRGM au 1/50 000

Chambolle-geol-brgmFigure 12. Ci-haut, la carte géologique à l’échelle du 1/50 000 du BRGM couvrant Chambolle-Musigny. C’est flagrant, les cartes géologiques à l’échelle du 1/10 000 produites par Françoise Vannier constituent une évolution dramatique dans la documentation géologique de la Côte d’Or. La couverture géologique de Chambolle-Musigny du BRGM nous renseigne essentiellement sur l’âge des formations en place (Bathonien et Bajocien, voir la nomenclature).

NATURE DES ROCHES (LITHOLOGIE) DU SOUS-SOL

RAPPEL
Les photos et les annotations sont tirées du rapport sur la géologie de Chambolle-Musigny réalisé par la géologue Françoise Vannier pour l’ODG de Chambolle-Musigny.

Chambolle-serie-lithoFigure 13. Le lieu où se situe la Côte d’Or fut entièrement recouvert par une mer à l’époque jurassique. Pendant des millions d’années, cette mer a eu des épisodes qui ont respectivement donné lieu à la mise en place de dépôts marins distincts qui se sont calcifiés. Ces sédimentations sont à l’origine des divers calcaires et marnes qui composent la série lithologique de La Côte. Le forage d’Argilly, réalisé dans la plaine à une dizaine de kilomètres à l’Est de Nuits-St-Georges, constitue une référence, un étalon de la série lithologique de La Côte.
La séquence lithographique de l’illustration est la section du forage référentiel d’Argilly correspondant au contexte géologique du finage de Chambolle-Musigny. Les formations rocheuses les plus âgées se retrouvant bien entendu au dessous.


CALCAIRE À ENTROQUES:

Présence en trois endroits: une forte proportion des Bonnes Mares, le lieu-dit Les Feusselottes et ses alentours et à la source de la Vouge, qui voisine la limite Sud du lieu-dit Les Amoureuses.

calcaire-entroquesCalcaire à Entroques comportant des squelettes de crinoïdes, les entroques, en formes d’étoiles. entroques-chambolleFront de taille d’une ancienne carrière dans le GC Bonnes Mares montrant un banc de Calcaire à Entroques.
  • Age: Jurassique moyen, Bajocien / 172 à 168 Ma
  • Épaisseur: 50 à 55 m
  • Conditions de dépôts/description: milieu marin soumis soit à l’action de fortes tempêtes tropicales (Calcaire à Entroques à litages obliques, soit un environnement très peu profond et calme (coraux). / Calcaire ocre d’aspect massif, constitué de débris d’organismes, les entroques. Certains niveaux sont riches en coraux.
  • Les sols:  brun-rouge, des ‘terres rouges’ fréquemment évoqués pour la partie basse des Bonnes Mares, argilo-limoneux, assez riche en pierres de 5/10 cm de long, d’épaisseur moyenne (40/60 cm).

Françoise Vannier, géologue, auteur de l’étude géologique de Chambolle-Musigny, commente le Calcaire à Entroques.


MARNES À OSTREA ACUMINATA:
Présences: bande supérieure du GC Bonnes Mares et limite inférieure et pentue des Amoureuses.

marnes-ostreaCoquilles de petites huîtres entourées en rose. Un brachiopode entouré en jaune.
  • Age: 172 à 168 Ma / Jurassique Moyen, Bajocien
  • Épaisseur: 10 à 15 m
  • Conditions de dépôts/description: environnement peu favorable à la formation de carbonates. Environnement de type vasière. / Marnes très riches en minuscules coquilles d’huîtres. Elles affleurent peu mais les coquilles sont visibles sur les sols des parcelles.
  • Les sols: argilo-limoneux, brun-jaune, très clairs, peu de pierres mais présence de petites huîtres et coquilles.

CALCAIRE ARGILEUX:

Présence: se constate discrètement à la frontière entre le GC Bonnes Mares et le climat Les Veroilles situé au dessus.

calcaire-argileuxAffleurement de Calcaire argileux se délitant en plaquettes.
  • Age: 172 à 165 Ma
  • Épaisseur: 0 à 15 m
  • Conditions de dépôts/description: sédiments riches en particules fines constituées d’argiles et de micro-cristaux de calcite, s’étant mis en place en milieu marin très calme. / Aussi appelé Calcaire Hydraulique, marnes et calcaires à pâtes fine beige, riche en argile, se délitant en plaquettes. Calcaire très pauvre en fossiles.
  • Sols: clairs, limoneux-argileux et riches en plaquettes calcaires.

CALCAIRE DE PRÉMEAUX:
Présence: les ressauts topographiques formés par ces calcaires sont très nets, cela en raison de leur résistance à l’érosion. Se constate en différents secteurs, surtout en partie haute au Nord, notamment en sous-sol de Les Veroilles, au dessus des Bonnes Mares.

Premeaux-VerouillesAffleurement de Calcaire de Prémeaux au lieu-dit Les Veroilles. calcaire-premaux-chaillesAffleurement de Calcaires de Prémeaux contenant des chailles, des nodules siliceux.
calcaire-premeaux-solSol sur Calcaire de Prémeaux au lieu-dit Les Veroilles, au dessus du GC Bonnes Mares.
  • Age: 172 à 165 Ma
  • Épaisseur: 5 à 15 m
  • Conditions de dépôts/description: les chailles, des nodules de silice, se sont formées postérieurement à la formation du dépôt calcaire. / Calcaires compacts agencés en bancs décimétriques de couleur claire, beige à rosé, à pâte fine avec des niveaux très riches en chailles, des nodules de silice.
  • Sols: jamais d’épaisseur importante (20/50 cm), argileux avec une quantité de pierres claires et assez an anguleuses.

OOLITHE BLANCHE:
Présence: Quelques endroits en partie supérieure de coteau, aussi en contrebas du Musigny et des Amoureuses.

Oolithe-cristauxOolithes, concrétions sphériques, cimentées par du calcite.
  • Age: 168 à 165 Ma
  • Épaisseur: 10 à 20 m
  • Conditions de dépôts/description: petits grains de sables perpétuellement remaniés par la forte houle. / Calcaire blanc très friable, formée par l’accumulation de minuscules grains sphériques, les oolithes.
  • Sols: riches en pierres calcaires claires, contenant fréquemment des éboulis de roches de Calcaire comblanchien.

CALCAIRES DE COMBLANCHIEN:
Présence: très présent sur le finage, entre autres sur plusieurs climats en Premiers Crus, dont Les Sentiers, Les Baudes, Les Charmes, Les Feuselottes, Les Amoureuses et aussi une large partie du GC Musigny. / Forme les falaises qui arment la combe de Chambolle et la combe d’Orveau. Il explique la forme convexe au haut du versant.

calcaire-comblanchienEscarpement de Calcaire de Comblanchien. comblanchien-oolitheSuperposition de strates d’Oolithe Blanche et de Calcaire de Comblanchien dans le climat Les Amoureuses.
  • Age: 168 à 165 Ma
  • Épaisseur: 60 à 70 m
  • Conditions de dépôts / description: lente sédimentation de micro cristaux calcaire en milieu marin très calme et donnant lieu à une calcification sous le poids des sédiment sus-jacents. / De couleur très claire, beige à rosé, calcaire sans grain visible, très compact, dur, pur (99% de carbonate de calcium), utilisé en pierres marbrières exploitées notamment sur la commune éponyme (Comblanchien).
  • Sols: Les sols : les sols qui se développent sur le Calcaire de Comblanchien sont souvent minces, notamment en haut de versant, riches en argile. Les pierres sont abondantes. En bas de versant, le sol peut être plus développé, mais jamais très épais (50 centimètres au maximum).

Présente sur le Grand Cru Musigny, Françoise Vannier, auteur de l’étude géologique de Chambolle-Musigny commente le Calcaire de Comblanchien.


CALCAIRE DE DIJON-CORTON:
Présence: sur la partie haute du coteau sur des aires en AOC Bourgogne-Hautes-Côtes-de-Nuits et Coteaux bourguignons. Aussi ponctuellement au dessus des Musigny.

calcaire-dijon-chambolleAffleurement de Calcaire de Dijon-Corton présentant un fort pendage dans le chemin à l’Ouest du climat Le Musigny.
  • Age: 168 à 161 Ma
  • Épaisseur: 15 m
  • Conditions de dépôts/description: milieu soumis à l’action de vagues et de tempêtes produisant des bancs massifs de calcaires riches en oolithes et en bioclastes (débris de squelettes d’organismes). / Nommé aussi ‘grenu’, constitué de bancs massifs à litages obliques.
  • Sols: sols riches en petites dalles calcaires anguleuses.

MARNES À PHOLADOMYA LINEATA (nommées ‘MARNES ET CALCAIRES EN PLAQUETTES’ sur la légende de la carte géologique au 1/10 000):
Présence: lieu-dit Les Argilières qui voisine Le Musigny et partie supérieure de ce dernier.

marnes-pholodamyaMarnes jaune-vert en plaquettes dans le lieu-dit Les Argilières, voisin du Musigny.

 

  • Age: 161 à 156 Ma / Oxfordien
  • Épaisseur: 35 à 70 m
  • Conditions de dépôts/description: Environnement marin calme dont la tranche d’eau est plus importante que les formations précédentes. / Marnes et calcaires argileux en bancs décimétriques très pauvres en fossiles.
  • Sols: riches en pierres calcaires d’éboulis provenant des formations affleurant immédiatement en amont de la faille immédiatement à l’Ouest du Musigny (faille signalée sur la carte géologique).

CONGLOMÉRAT SAUMON:
Présence: exceptionnellement, comparativement aux autres finages cette formation est bien présente au pied du versant de Chambolle.

conglomerat saumonDans le secteur en appellation communale au pied du versant, lieu-dit Les Bas-Doix, sol sur Conglomérat Saumon. Certain galets sont recouvert de matrice saumon, notamment le gros galet près du marteau.
  • Age: 34 à 23 Ma / Oligocène
  • Épaisseur: peu connue.
  • Conditions de dépôts/description: formation en milieu continental, en climat tropical. Matériaux des galets, issus de l’érosion lors de la formation du coteau et déposés dans la dépression au pied du coteau alors en constitution. / Composés de galets de calcaires jurassiques érodés provenant des plateaux à l’ouest. Les galets sont emballés dans une matrice calcaréo-argileuse de couleur saumon, d’où le nom. Les conglomérats saumon affleurent rarement.
  • Sols: riches en pierres calcaires arrondies.

Présente sur le piémont du versant de Chambolle-Musigny, Françoise Vannier, géologue, auteur de l’étude géologique de Chambolle-Musigny, commente le Conglomérat Saumon.


MARNES DE BRESSE:
Présence: une bande au pied du coteau, immédiatement à l’Ouest de la route Dijon-Beaune. Les lieux-dits concernés sont en AOC communale: Les Herbuts, Les Athets, …

  • Age: Plio-Pléistocène (de 5,3 à 1,4 Ma)
  • Épaisseur: mal connue; remplissage du fossé bressan.
  • Conditions de dépôts/description: mise en place en milieu continental tempéré, contexte de lacs ou marais. / Argiles gris-bleues carbonatées déposées en discordance sur les dépôts précédents.
  • Sols: très argileux et très pauvres en pierres. Ces sols sont décarbonatés.

CÔNES ALLUVIAUX:
Présence: trois lobes dans le prolongement de la combe de Chambolle-Musigny

  • Âge: environ 22 000 années, correspondant au dernier contexte péri-glaciaire. / Quaternaire
  • Épaisseur: mince à quelques mètres.
  • Conditions de dépôts: Depuis les plateaux de l’arrière-pays de La Côte, les torrents d’eau occasionnés par les fontes printanières du contexte péri-glaciaire empruntent les couloirs des combes, arrachant et charriant des matériaux rocheux de toutes tailles. La perte de puissance des flots aux débouchés des combes sur La Côte suscite la formation des cônes alluviaux, c’est à dire le délestage des éléments charriés, en lobes au pied des coteaux, tel des deltas.
  • Sol: limoneux-argileux, très riches en pierres calcaires, principalement des galets de Calcaire de Comblanchien, souvent recouverts d’encroutements calcaires.

Présente sur le piémont du versant de Chambolle-Musigny, Françoise Vannier, géologue, auteur de l’étude géologique de Chambolle-Musigny, explique la formation des cônes alluviaux.


GRÈZES LITÉES:
Présence: ponctuellement, sur le lieu-dit Les Fouchères et une proportion correspondant à environ 20% du lieu-dit Le Musigny.

  • Âge: environ 22 000 ans, correspondant à la dernière glaciation.
  • Épaisseur: selon les endroits, infime jusqu’à 10 m.
  • Conditions de dépôts/description:  matériaux de colluvionnement originant de la délitation de la corniche de Calcaire de Comblanchien à l’époque péri-glaciaire. Les colluvions se répandent et s’accumulent répétitivement sur le coteau selon des gels-dégels (cryoclastie ou gélifraction) répétitifs. / Petits graviers de 1 à 2 cm, dans une matrice sablo-argileuse
  • Sol: Assez épais et très drainants. Riches en graviers et pauvre en argile.