Date de publication:

Géologie/physiographie de Gevrey-Chambertin

VOLETS DE CE SEGMENT:
  • Auteur du rapport géologique
  • Carte des climats et données sur Gevrey-Chambertin
  • Géologie
  • Informations physiographiques et géologiques complémentaires
  • Série lithologique (roches) du sous-sol
AUTEUR DU RAPPORT GÉOLOGIQUE

Le contenu de ce Topo est puisé du rapport intitulé ‘GEVREY-CHAMBERTIN : DU SOUS-SOL AU PAYSAGE VITICOLE – ÉTUDE GÉOLOGIQUE ET PHYSIOGRAPHIQUE DE L’APPELLATION ‘ produit par la GÉOLOGUE FRANÇOISE VANNIER en 2010.
Le mandat d’étude fut confié par les trois organismes suivants: ODG (Organisme de Défense et de Gestion) de Gevrey-Chambertin, ODG des Grands Crus de Gevrey-Chambertin et le Syndicat viticole de Gevrey-Chambertin.

Toujours est-il …
… La connaissance de la géologie de La Côte serait-elle simplement pédagogique? Un simple volet d’érudition?
En fait, elle est essentielle à la documentation des sols, donc des terroirs. Les sols, la couche meuble, ‘piochable’, du grand coteau de La Côte sont en certains endroits formés de colluvions ou d’alluvions, mais ils sont surtout formés de l’altération, biologique et chimique, du substrat, du sous-sol en surface. La géologie explique donc en bonne partie les sols des crus, des climats.
Les crus, les climats, sont-ils une conséquence de cette marqueterie géologique?
Oui, parce que l’usage des noms des climats pour identifier les vins traduit définitivement une différenciation, une caractérisation des crus selon les endroits.
Non, parce qu’il est utopique, voire un fantasme, de croire que les anciens ont, par instinct, ou par empirisme, découpé consciencieusement la multitude de climats, plus de mille sur La Côte, en vertu de leurs traits physiographiques et aptitudes vinicoles individuels!
 À lire en préambule

Sur l’intérêt des études au 1/10 000 de Françoise Vannier
Jusqu’à tout récemment, la seule documentation sur la géologie de La Côte tenait aux relevés géologiques à l’échelle de 1/50 000 du BRGM. Cette source d’information n’est toutefois pas adaptée aux conditions de ce milieu dont l’état varie assez systématiquement à l’échelle des climats, en raison de la présence des innombrables failles et des décalages (rejets) des blocs rocheux, des compartiments, le long de ces fractures. En bref, le fabuleux coteau comporte un marqueterie géologique complexe, un extrême morcellement, que les données au 1/50 000 du BRGM compriment pour n’en révéler qu’un schéma très général.
Les études géologiques de Françoise Vannier procurent une information inédite et essentielle sur la documentation de La Côte.

Voir: Les cartes ‘géol’ de Françoise Vannier: un événement

CARTE DES CLIMATS ET QUELQUES DONNÉES SUR GEVREY-CHAMBERTIN

 

GevreyFigure 1. Le vignoble de Gevrey-Chambertin intègre une partie du finage de Brochon, village immédiatement au Nord. Carte produite par Françoise Vannier, géologue spécialiste de La Côte.

  • La partie Sud du finage de Brochon (voisin immédiat au Nord de Gevrey) est intégrée aux AOC de Gevrey-Chambertin.
  • Le vignoble de Gevrey-Chambertin est divisé en deux partie, Nord et Sud, par l’importante Combe de Lavaux, une entaille profonde sur le versant située plus ou moins au centre du finage.
  • De tout l’axe viticole s’étendant de Dijon à Mâcon, la surface totale des aires des appellations (village, 1er Crus et GC) propres à Gevrey-Chambertin, 532 ha, est la deuxième plus vaste après Mercurey, 644 ha, en Côte chalonnaise. La surface de l’aire du vignoble de Gevrey-Chambertin est néanmoins la plus vaste en Côte d’Or, c’est à dire Côte de Nuits et Côte de Beaune réunies.
  • Considérable, l’aire de l’appellation communale ‘Gevrey-Chambertin’ comprend 360 hectares. À titre comparatif, les aires communales des AOC Chambolle-Musigny et Nuits-St-Georges couvrent respectivement 93 ha et 178 ha. Le considérablecône alluvial‘ associé à la Combe de Lavaux en est la principale explication (voir à la suite).
  • Couvrant globalement 87,1 ha, les huit Grands Crus sont tous situés sur le versant Sud du finage, entre le village de Gevre-Chambertin et la lisière avec le finage de Morey-St-Denis. (En fait, neuf GC en distinguant Mazoyères-Chambertin, généralement amalgamé à Charmes-Chambertin).
  • Par ordre de superficie des GC: Charmes-Chambertin (18,6 ha), Clos de Bèze (15,3 ha), Chambertin (12,8 ha), Mazis-Chambertin (9,1 ha), Latricières-Chambertin (7,4 ha), Chapelle-Chambertin (3,7 ha), Ruchottes-Chambertin (3,3 ha) et Griotte-Chambertin (2,7 ha).
  • Les Premiers Crus sont au nombre de 26 et couvrent 85,5 ha. Ils majoritairement situés sur la partie Nord du finage de Gevrey, où se situe le Clos St-Jacques.
GÉOLOGIE DE GEVREY-CHAMBERTIN

Parcourez ‘Le Comte ruine le casino’ pour apprendre ‘sans trop de douleur’ sur la genèse géologique de La Côte.

CARTE GÉOLOGIQUE DE GEVREY-CHAMBERTIN À L’ÉCHELLE 1/10 000
(réalisation en 2010 par Françoise Vannier)

gevrey-geolChambolle-nomenclature-serie-litho

Cliquez sur la carte pour agrandir
Figure 2. Ci-haut, la carte géologique produite à l’échelle 1/10 000 par la géologue Françoise Vannier en 2010. L’information apportée est aussi inédite qu’essentielle sur la documentation de la Côte d’Or. Les cartes de Françoise Vannier font sortir La Côte de ‘l’âge de pierre’ quant à la documentation de sa géologie. (À titre comparatif, voir la carte à l’échelle 1/50 000 du BRGM placée plus bas.)
« Le vignoble repose sur un secteur intensément fracturé, avec de nombreux compartiments délimités par un réseau dense de failles. La direction des failles a guidé la mise en place des grands traits du paysage: le relief de côte entaillé par des vallées sèches (combes), l’agencement des différentes formations et par conséquent la répartition du vignoble. » Françoise Vannier.

PRINCIPALES OBSERVATIONS

  • Le coteau de Gevrey-Chambertin est lié au contexte géologique de La Côte. La fondation de son sous-sol est constitué d’une série nombreuse de strates de calcaire et de marnes, un véritable millefeuille.

gevrey-serie-lithoFigure 3. Une ‘section’ de la série lithologique présente sous le finage de Gevrey-Chambertin, un millefeuille de strates calcaires et marneuses. Cette séquence s’est formée par couche au cours du Jurassique, il y a plus de 150 Ma. Une illustration apparaissant plus bas dans ce texte traite des lithologies une à une. Cette illustration est reprise avec plus de détails à la figure 10.

  • À l’instar des constats récents dégagés des cartes géologiques, aussi à l’échelle 1/10 000, des finages proches de Marsannay et Chambolle-Musigny, le sous-sol du vignoble de Gevrey-Chambertin est intensément fracturé.
  • Un réseau principal de failles est relativement parallèle à l’axe du coteau de Gevrey, grosso modo Nord-Sud. Des failles secondaires transversales, irrégulières, viennent découper le sous-sol en compartiments.
  •  Les compartiments, des blocs, furent décalés les uns des autres par des forces tectoniques, des rejets, suivant les clivages de failles, tel des mouvements irréguliers de pistons.
  • Étant donné la série de lithologies du sous-sol, les rejets dans les clivages de failles ont engendré, après une érosion de millions d’années qui constitua une opération aussi inexorable que formidable de ‘varlopage’, un substratum constituant une marqueterie de formations de calcaires et de marnes.
  • D’autres failles, obliques à La Côte, sont survenues dans les axes des combes, lesquelles failles furent échancrées à l’époque périglaciaire. Certaines de ces failles sont déterminantes, dont celle ayant été à l’origine l’importante Combe de Lavaux à Gevrey. Cette faille sépare les parties Nord et Sud de Gevrey.
  • La faille inscrite dans la Combe de Lavaux, majeure, a produit des agencements lithologiques quelque peu différents entre les partie Nord et Sud, et a aussi causé un désalignement des deux versants; le versant Nord étant décroché  de ±250 mètres vers l’Ouest, ou l’inverse.
  • L’importante extension du vignoble de Gevrey-Chambertin à l’Est de la route Beaune-Dijon, presque dans la plaine, s’explique directement par l’étalement considérable du cône alluvial, ou cône de déjection, lequel origine du délestage des matériaux rocheux charriés dans le couloir de la combe Lavaux par les torrents d’eau de fonte à l’époque périglaciaire. L’aire de l’AOC Gevrey-Chambertin village correspond pour moitié au périmètre du cône alluvial. (Dans un vidéo placé à la suite, Françoise Vannier explique la formation des cônes alluviaux.)
  • Occupant consécutivement la partie haute du coteau méridional de Gevrey, les trois Grands Crus voisins Latricières-Chambertin, Chambertin et Clos de Bèze reposent principalement, de bas en haut, sur une séquence de quatre bandes. Consécutivement du bas au haut du coteau: Calcaire à Entroques, Marnes à Ostrea acuminata, Calcaire argileux et Calcaire de Prémeaux.
  • Logés sous les trois GC nommés ci-devant, les GC Chapelle, Griotte et Charmes sont surtout déposés sur du Calcaire à Entroques, auquel est annexé, au bas, sur Charmes une bande de Calcaire de Comblanchien. Sur ce dernier climat, il importe de souligner le point qui suit:
  • Sur le lieux-dit Mazoyères, amalgamé généralement au GC Charmes, un cône alluvial issu de la Combe Grisard modifie sensiblement la nature géologique de l’endroit.
  • Finalement, le jeu de failles et de compartiments ne coïncide définitivement pas avec le damier des climats, comme il est suggéré dans certains ouvrages.
INFORMATIONS PHYSIOGRAPHIQUES ET GÉOLOGIQUES COMPLÉMENTAIRES

gevrey-paysageCliquez sur l’image pour l’agrandir
Figure 4. Illustration en 3D produite à partir Google Earth. La magistrale Combe de Lavaux divise le vignoble de Gevrey en deux parties. La plupart des finages de la Côte de Nuits sont cisaillés par des combes.
Le périmètre en violet est celui des huit Grands Crus de Gevrey. Les zones délimitées par des traits noirs sont celles des climats en Premiers Crus, tandis que celles découpées en orange sont en appellation village, ‘Gevrey-Chambertin’.
C’est le GC Mazoyères-Chambertin qui est en contact avec la route Dijon-Beaune, laquelle est représentée par le trait gris traversant l’image.

Certains des points soulevés ci-après font l’objet d’illustrations.

  • Tel que déjà mentionné, l’importante Combe (vallée sèche) de Lavaux a détaché et désaligné les deux versants, Nord et Sud; la tectonique à l’origine de combe, une faille, a suscité ce mouvement. (Figure 4).
  • Deux autres combes, mineures, s’observent: la Combe Grisard qui débouche sur le climat Latricières-Chambertin et la Combe de Brochon qui délimite le vignoble de Gevrey au Nord.
  • Les Grands Crus sont tous situés sur le versant Sud, nommé ‘coteau des Grands Crus’, entre le village de Gevrey et la limite avec le finage de Morey-St-Denis. Leur exposition est plein Est.
  • Les GC Latricières-Chambertin et Charmes-Chambertin forment un tandem qui, dans le sens de la pente, occupe tout le coteau jusqu’aux abords de la route Dijon-Beaune (voir l’illustration 5 ci-après). Le seul autre GC de La Côte qui s’étire jusqu’à cette route, donc jusqu’au pied du coteau, est le Clos de Vougeot.
  • Bien que quelques Premiers Crus voisinent le périmètre des GC sur la partie Sud de Gevrey-Chambertin, l’écoumène des Premiers Crus est principalement situé sur la partie Nord.
  • La plupart des Premiers Crus (Clos St-Jacques, Cazetiers, Combe aux Moines, etc) de la partie Nord ont une extrémité altitudinale singulièrement très élevée, atteignant 350 m dans les crus de Clos St-Jacques et Cazetiers, et même 370 m dans Combe aux Moines et Les Évocelles. En fait, nonobstant Blagny en Côte de Beaune, ce sont les extrémités les plus élevées de tous les crus nobles (GC et Premiers Crus) de La Côte. En revanche leur exposition au Sud est très favorable.
  • De façon contrastante avec la partie Nord, les vignes de la partie Sud portant les GC, s’arrêtent à l’altitude de 310 m (330 m sur le Premier Cru Bel Air perché au dessus du Clos de Bèze) et leur exposition est à l’Est.
  • Comparativement aux autres finages de la Côte de Nuit, l’aire de l’AOC communale de Gevrey-Chambertin est considérable. La raison: l’ampleur du cône de déjection, ou cône alluvial, de la Combe de Lavaux  (voir le volet ‘cônes alluviaux’ au bas de ce texte sous ‘série lithologique’); les cônes alluviaux constituent de bons terroirs, sans toutefois égaler ceux de la ‘terre sacrée’ des Premiers et Grands Crus. En fait, l’aire communale se déploie très largement au delà de la route Dijon-Beaune, laquelle constitue généralement la limite orientale de la plupart des aires communales des autres finages de la Côte de Nuits.

gevrey-latri-charmesCliquez su l’image pour agrandir
Figure 5. La coupe ci-haut (selon le trait rouge sur le terrain) traverse les GC Latricières (à gauche sur l’illustration) et Charmes (à droite, en occurrence Mazoyères). Entre 4% et 8%, sauf l’extrémité supérieure qui est assez pentue, la pente parait assez régulière. Une fine convexité s’observe à la frontière des deux climats (sur la vue en coupe, ligne verticale apparaissant à l’altitude 278 m représente cette frontière). Puis une  convexité plus marquée apparait au bas des Charmes; sur ce léger monticule le substrat est formé d’un calcaire très dur, peu érosif, le Calcaire de Comblanchien (voir l’illustration suivante). Par son étirement sur 700 m, la pente de ce tandem de GC est particulièrement longue. Seul le coteau du GC Corton a une pente plus longue, soit ±800 m.
♦ Les vins du lieu-dit Mazoyères-Chambertin sont généralement commercialisés sous Charmes-Chambertin. Mazoyères jouxte Morey-St-Denis.

gevrey-coupe-charmesFigure 6. Coupe géologique selon un axe assez proche de celui de l’illustration précédente (figure 5). Sur le plan de surface du substrat, quatre formations de calcaire se succèdent dans le sens de la pente sur les GC Chambertin et Charmes-Chambertin: deux bandes assez étroites successivement de Calcaire de Prémeaux  et de Calcaire argileux dans la partie supérieure; du milieu au bas successivement deux bandes importantes de Calcaire à Entroques et  de Calcaire de Comblanchien.
Les traits verticaux sont des axes de failles qui déterminent les décalages de compartiments.

gevrey-coupe-bezeFigure 7. Cette autre coupe traverse successivement les climats Clos de Bèze et Griotte-Chambertin (axe du trait rouge sur le terrain). Les altitudes varient de 260 à 310 mètres. Sur cette coupe ‘Clos de Bèze/Griotte’ la pente constatée est légèrement plus forte, soit graduellement de 6% au bas de Griotte-Chambertin à plus de 20% au sommet du Clos de Bèze.

gevrey-stjacquesFigure 8. La coupe est celle du climat Clos St-Jacques (axe du trait rouge sur le terrain) qui occupe en quelque sorte la position de pivot, d’inflexion, entre les climats placés sur le flanc Nord du débouché de la Combe de Lavaux (exposition Sud-Est) et les climats logés dans l’axe du plan principal de la Côte de Nuits (exposition Est). Sa pente concave et son piedmont étalé, en pente douce, produisent un profil typique, qui s’observe en maints endroits sur La Côte.
L’écart défavorable de température engendré, d’une part, par le courant d’air frais de l’Ouest émanant de la combe et, d’autre part, sa position altitudinale particulièrement élevée puisqu’il se situe entre 290 et 350 mètres pourraient expliquer ‘théoriquement’ que ce fameux Premier Cru majeur ne soit pas un Grand Cru. Sa pente très faible en partie basse est une autre handicap. L’exposition au Sud-Est de ce climat est cependant avantageuse.

 

RAPPEL DE LA CARTE GÉOLOGIQUE DE GEVREY-CHAMBERTIN

gevrey-geol

Chambolle-nomenclature-serie-lithoFigure 1 ou 9. À nouveau la carte géologique à l’échelle 1/10 000 de Gevrey-Chambertin. Cette illustration et la suivante sont en mettre en lien.


Un cône alluvial, ou cône de déjection, occupe un très grand périmètre du finage de Gevrey-Chambertin, Françoise Vannier, géologue, auteur de l’étude géologique de Gevrey-Chambertin nous en explique la formation. (Son explication, portant sur le cône alluvial de Chambolle-Musigny s’applique tout autant au cône alluvial de Gevrey-Chambertin.)

NATURE DES ROCHES (LITHOLOGIES) DU SOUS-SOL

RAPPEL
Les photos et les annotations sont tirées du rapport sur la géologie de Gevrey-Chambertin réalisé par la géologue Françoise Vannier.


gevrey-serie-lithoFigure 10. L’espace où se situe la Côte d’Or fut entièrement recouvert par une mer à l’époque jurassique. Pendant des millions d’années, cette mer a eu des épisodes qui ont respectivement donné lieu à la mise en place de dépôts marins distincts qui se sont calcifiés. Ces sédimentations sont aujourd’hui les divers calcaires et marnes qui composent la série lithologique de La Côte. La séquence de l’illustration est en fait la section du forage, carottage, référentiel d’Argilly (à une dizaine de kilomètres à l’Est de Nuits-St-Georges / cet endroit n’a pas été soumis à l’agitation tectonique ayant sévit sur La Côte à l’Oligècène) qui correspond au contexte géologique du finage de Gevrey-Chambertin. Les formations rocheuses les plus âgées se retrouvant bien entendu au dessous.

 

La série de formations rocheuses présentes sur l’aire de Gevrey-Chambertin est la suivante:

Jurassique Inférieur:

  • Marnes sableuses

Jurassique Moyen:

  • Calcaire à Entroques
  • Marnes à Ostrea accuminata
  • Calcaire argileux
  • Calcaire de Prémeaux
  • Oolithe blanche
  • Calcaire comblanchien

Tertiaire et Quaternaire:

  • Conglomérats et marnes oligocènes
  • Marnes de Bresse
  • Formations  superficielles: cônes alluviaux, grèzes litées, …

 

MARNES SABLEUSES:
Constatées sur climats en AOC communale de la partie Nord de Gevrey-Chambertin, particulièrement sur le territoire de la commune de Brochon.

marnes sableusesAffleurement de Marnes sableuses en fond de fosse pédologique. marnes-sableuses-solSol résultant de l’altération de Marnes sableuses.
  • Âge: 183 à 175 Ma / Jurassique Inférieur ou Lias, Toarcien.
  • Épaisseur: 40 mètres.
  • Conditions de dépôts et description: tranche d’eau relativement peu profonde en guise d’environnement marin. / Roche meuble composée en équivalence de calcaire et de marnes (entre 30 et 65%), jaune-vert contenant du sable quartzeux (siliceux) et des micas conférant un aspect brillant.
  • Sol: très riche en argile qui y forme des mottes, peu de pierres. Terrain lourd.

CALCAIRES À ENTROQUES:

Constatés sur les climats en Premiers Crus de la partie Nord, surtout sur Les Cazetiers, Combe au Moine, En Champs, Les Goulots et Les Champeaux. Des sections de tous les Grands Crus, dont la totalité de Griotte et En La Chapelle.

entroquesAffleurement de Calcaire à Entroques.
Bien visibles, les débris d’organismes, des entroques, des micro squelettes en forme d’étoile.
calcaire-entroques-solSol de calcaire à Entroques au Nord de l’appellation.
  • Âge: 172 à 168 Ma / Jurassique Moyen, Bajocien
  • Épaisseur: 55 mètres.
  • Conditions de dépôts et description: environnement marin avec alternance de périodes calmes favorisant le développement de coraux et d’épisodes de tempêtes alors que les colonies de crinoïdes sont déplacées par l’action des vagues. / Calcaire ocre d’aspect massif, constitué de débris d’organismes, les entroques. Certains niveaux sont riches en coraux.
  • Sol: Ocre orangé. Riche en argile et en pierres calcaires, épais en général de 30 à 60 cm sur le versant.

MARNES À OSTREA ACUMINATA:

Constaté en lisière au haut du coteau viticole de la partie Nord (Estournelle, Clos St-Jacques, Cazetiers, etc.). Aussi sur une bande étroite au milieu des GC Clos de Bèze et Chambertin.

OstreaAffleurement aux abords de la Combe au Moine. ostrea-acuminataZoom montrant des petites coquilles d’huitres centimétriques.
  • Âge: 172 à 168 Ma / Jurassique Moyen, Bajocien
  • Épaisseur: 15 mètres.
  • Conditions de dépôts et description: Formation en domaine marin peu profond et forte proportion d’argile. Squelettes d’huîtres en colonies qui s’accumulent en lits successifs sur fonds vaseux remaniés par les vagues occasionnées par les tempêtes. / Marnes jaune-vert à gris-vert souvent riches en coquilles, bien que parfois absentes; parfois des bancs de coquilles cimentées.
  • Sol: Souvent clair, assez riche en argile. Très mince en en haut du coteau des Premiers Crus de la partie nord. De un à deux mètres de sol dans les deux GC.

CALCAIRE ARGILEUX:
Une des quatre formations constatée sur les GC Latricières, Clos de Bèze et Chambertin.

calcaire-argileuxAffleurement de Calcaire argileux au lieu-dit Les Mazis.
  •  Âge: 172-168 à 168-165 Ma / Jurassique Moyen, Bajocien à Bathonien
  • Épaisseur: 15 mètres.
  • Conditions de dépôts et description: Environnement marin relativement plus profond comparativement aux autres formations jurassiques. / Calcaire clair, gris-beige, riche en argile, sans grains visibles et se délitant facilement. Pas toujours aisé de tracer la limite entre cette formation et celle au dessus, le Calcaire de Prémeaux.
  • Sol: assez riche en argile, plutôt sombre avec des pierres claires bien présentes.

CALCAIRE DE PRÉMEAUX:

Constaté en partie supérieure des GC Latricières, Clos de Bèze et Chambertin; totalité des GC Mazis et Ruchotte; omniprésent sur la partie nord de la Combe de Lavaux, dont les PC Corbeaux, Fonteny et Champonnet.

calcaire-premeauxAffleurement de Calcaire de Prémeaux. calcaire-premaux-chaillesDe façon très caractéristique et bien visible, le Calcaire de Prémeaux intègre des chailles, des nodules riche en silice, très durs et résistant même à l’érosion.
  • Âge: 168-165 Ma / Jurassique Moyen, Bathonien
  • Épaisseur: 15 mètres.
  • Conditions de dépôts et description: Milieu marin très calme, par précipitation de microcristaux de carbonate. / Couleur claire, blanche, beige ou rosé, pâte fine, sans grains visibles. Difficile de le différencier du Calcaire de Comblanchien. Parfois, la présence de chailles, des nodules de silice, le distingue.
  • Sol: Riche en pierres calcaires très claires. Épaisseur de moins de 30 cm en haut de versant et de 30 à 60 cm dans les secteurs de bas de versant.

OOLITHE BLANCHE:
Constatée ponctuellement sur les parties supérieures du GC Ruchottes et le Premier Cru Bel-Air.

Oolithe-blancheAffleurement en limite des Ruchottes du Dessus. Oolithe-cristauxOolithe bien visibles.
  •  Âge: 168 à 165 Ma / Jurassique Moyen, Bathonien
  • Épaisseur: 20 à 30 mètres.
  • Conditions de dépôts et description: Environnement marin soumis à une forte action de la houle. Milieu tropical favorable à la précipitation du calcaire sur des débris de coquillages ou des grains de sable. / Calcaire blanc d’aspect assez massif, assez friable, composé de ‘billes’, les oolithes, souvent masqué par des éboulis de Calcaire de Comblanchien.
  • Sol: Riche en pierres claires, peu épais en haut de coteau.

CALCAIRE DE COMBLANCHIEN:
Virtuellement absent sur la partie du coteau exploitée en vignes. Sa position est la plus haute sur le coteau et son sol est infime. Forme l’armature des combes de la Côte d’Or. Conséquence de mouvements tectonotique, cette formation est curieusement présente en bas de versant, recouvert d’un manteau de colluvions, sur les lieux-dits en appellation village Petite Chapelle, aux Ételois et une partie du GC Charmes/Mazoyères.

ComblanchienCorniches de Calcaire de Comblanchien. Formation rocheuse formant l’armature, souvent des falaises, des combes de la Côte de Nuits. comblanchien-cailouxSol de Calcaire de Comblanchien dans les Mazoyères-Chambertin.
  •  Âge: 168 à 165 Ma / Jurassique Moyen, Bathonien
  • Épaisseur: 70 mètres.
  • Conditions de dépôts et description: Environnent de lagon. Formation de boues carbonatées et cristallisation. / Très compact et dur, dont très pur (99% calcaire), gris-blanc, sans grain visible, il forme des corniches, aussi l’armature des combes.
  • Sol: Pauvre et mince.

MARNES DE BRESSE:
Constaté au Sud de l’aire de Gevrey, dans la partie à l’Ouest de la route Dijon-Beaune.

marnes-bressePrésence de Marnes de Bresse de couleur gris-bleu au fond d’une fosse dans le lieu-dit Roncevie en AOC communale. marnes-bresse-solSol sur Marnes de Bresse dans le lieu-dit Billard en AOC communale.
  •  Âge: Plio-quaternaire / environ 1 Ma
  • Épaisseur: quelques décimètres à quelques mètres.
  • Conditions de dépôts et description: dépôts en domaine continental dans un environnement de type lac ou marais. / Argiles gris-bleu, situées dans la plaine et visibles que lors de creusement.
  • Sol: très riche en argiles, sans pierre, peu drainant.

GRÈZES LITÉES:
Présence sur Gevrey seulement dans le GC Latricières. (Aussi sur le climat voisin des Monts Luisants à Morey-St-Denis).

grezesSol de grèzes litées.
  • Âge: environ 22 000 ans, correspondant à la dernière glaciation.
  • Épaisseur: selon les endroits, infime jusqu’à 10 m.
  • Conditions de dépôts et description:  matériaux de colluvionnement originant de la délitation à l’époque péri-glacaire de la corniche de Calcaire de Comblanchien. Les colluvions se répandent et s’accumulent répétitivement sur le coteau selon des gels-dégels (cryoclastie ou gélifraction), répétitifs. Petits graviers de 1 à 2 cm, dans une matrice sablo-argileuse
  • Sol: Assez épais et très drainants. Riches en graviers et pauvre en argile.

CÔNES ALLUVIAUX:
Présence sur ±50% de l’aire de l’appellation communale ‘Gevrey-Chambertin’ et assez importante sur le GC Mazoyères-Chambertin.

conesZone du cône alluvial de la Combe de Lavaux, dans le lieu-dit ‘Billard’.
  • Âge: environ 20 000 années, correspondant à la dernière glaciation. / Quaternaire
  • Épaisseur: mince à quelques mètres.
  • Conditions de dépôts: Depuis les plateaux de l’arrière-pays de La Côte, les torrents d’eau occasionnés par les fontes printanières de l’époque péri-glaciaire empruntent les axes des combes, arrachant et charriant des matériaux rocheux de toutes tailles. La perte de puissance des flots aux débouchés des combes sur La Côte suscite la formation des cônes alluviaux, c’est à dire le délestage des éléments charriés en lobes au pied des coteaux, tel des deltas.
  • Sol: limoneux-argileux, très riches en pierres calcaires, principalement des galets de Calcaire de Comblanchien, souvent recouverts d’encroutements calcaires.
  • Composition d’éléments variables de sables, graviers, galets ou blocs. Épaisseur variable.