Date de publication:

Premiers Crus: rive droite

Successivement dans ce segment:

  • Rudiments
  • Fourchaume
  • Montée de Tonnerre et Mont de Milieu
  • Les Fourneaux et Vaucoupin

Chablis-tableau-des-climatsCliquez sur la figure pour la grossir.
Les climats identifiés en vert fournissent la réponse à la question #10 du
quiz.
La plupart des Premiers Crus furent homologués en 1967, alors 29 climats réunis en 11‘regroupements’, englobant 580 ha. Une deuxième opération d’homologation fut réalisée en 1978. Les climats alors promus sont désignés par la mention ‘1978’; le climat Côte de Bréchain fut alors adjoint au regroupement Montée de Tonnerre, et celui de Côte de Savant à Beauroy.
Les 11 ‘regroupements’ homologués en 1967 figurent dans la colonne de gauche sans la mention ‘1978’. On remarquera que Mélinots constituait un regroupement à part entière avant d’être fusionné avec Vaillons en 1978; les climats groupés auparavant sous Mélinots nous sont inconnus.

 Fusion_premiers_1La mosaïque des ‘regroupements’ des Premiers Crus de Chablis. Le trait bleu représente le cours du Serein, qui délimite bien entendu les rives droite et gauche.

RUDIMENTS
  • Depuis la commune de Chablis, point central du Chablisien, le rayon de l’aire de l’AOC ‘Chablis’ est de ±8 kilomètres; celui de la zone englobant la plupart des Premiers Crus est cependant de ±4 kilomètres. Les Premiers Crus sont ainsi situés assez près de Chablis, voire dans le périmètre communal pour plusieurs (Côte de Léchet, Montmains, Vaillons, Montée de Tonnerre, …)
    De 785 hectares, l’aire délimitée des Premiers Crus est maintenant entièrement exploitée depuis une vingtaine d’années.
  • La désignation des Premiers Crus opère selon un système de télescopage, ou encore de poupées russes. Les 86 lieux-dits cadastrés en Premiers Crus ont été d’abord groupés en 40 climats. Ce nombre, encore élevé, a été subséquemment comprimé de façon plus pratique (commerciale) en ‘regroupements’, portant respectivement le nom d’un des climats, le ‘prête-nom’ en quelque sorte, de leur groupe respectif (exemple: le regroupement ‘Montmains’ qui réunit les climats ‘Butteaux’, ‘Forêts’ et ‘Montmains’). Les vins peuvent néanmoins être identifiés sous le nom de leur climat d’origine (exemple: désignation ‘Butteaux’, plutôt que sous ‘Montmains’). La nomenclature figure dans le tableau qui précède.
  • Quelques climats n’ont pas été réunis à d’autres. Les climats ‘solos’ que nous avons jugé utile de considérer tels des regroupements dans ce texte sont: Mont de Milieu et Vaucoupin de la rive droite; et Côte de Léchet, Vau de Vey et Vau Ligneau de la rive gauche.
  • Les climats ‘solos’ lilliputiens (par leur superficie) Chaume de Talvat, Berdiot (1 ha) et Côte de Vaubarousse (2 ha) ne sont pas commercialisés sous leur nom; ils le sont certainement sous l’appellation ‘Chablis Premier Cru’. Ils ne sont  pas considérés dans ce segment.

Mise au point: dans nos segments sur les ‘1ers Crus rive droite’ et ‘1ers Crus rive gauche’, nous désignons sous ‘regroupement’ un ensemble de climats réunis par convention sous un même nom; tel le regroupement ‘Montmains’ (le prête-nom) qui réunit les climats ‘Forêts/Butteaux/Montmains’, ou le regroupement ‘Montée de Tonnerre’ (le prête-nom) qui réunit les climats ‘Côte de Bréchain/Chapelot/Pied d’Aloup/Montée de Tonnerre’.

  • Comprenant huit regroupements (excluant le lilliputien climat ‘solo’ Chaume de Talvat), la rive gauche englobe plus ou moins 70% de la superficie en Premiers Crus, soit 540 ha.
  • La rive droite compte cinq regroupements (excluant les lilliputiens climats Berdiot et Côte de Vauborousse) couvrant une superficie de  245 ha, près de 30% des Premiers Crus.
  • La plupart des Premiers Crus furent homologués en 1967. Les climats suivants le furent subséquemment, en 1978: Côte de Savant du regroupement Beauroy, Vau Ligneau, Vau de Vey, Les Beauregards et Chaume de Talvat sur la rive gauche; Côte de Bréchain du regroupement Montée de Tonnerre, Côte de Vaubarousse et Berdiot sur la rive droite.

RIVE DROITE

  • Trois regroupements de la rive droite sont situés sur le flanc oriental de la vallée même du Serein, dans les prolongements de part et d’autre du Grand Cru, soit les regroupements Fourchaume, Montée de Tonnerre et Mont de Milieu. L’axe routier Maligny-Tonnerre (D91-D965) longe le piémont de ces climats et bien entendu celui du GC.
  • La proximité de ces trois regroupements avec le Serein leur apporte un avantage de régulation climatique.
  • Les autres climats sont placés sur des versants de vallons secondaires à la vallée du Serein, soit les regroupements Les Fourneaux et Vaucoupin.
  • L’exposition des Premiers Crus de la rive droite diffère de celle de la rive gauche, soit dans un arc du Sud à l’Ouest.

RIVE GAUCHE

  • Sur la rive gauche du Serein, cinq vallées rapprochées et relativement latérales accueillent sur leur versant ‘adroit’ (exposition favorable) les vignes classées en ‘Chablis Premiers Crus’, tandis que sur les ‘envers’ les vignes sont classées simplement en ‘Chablis’.
  • Ces cinq vallées confluent vers celle du Serein. Le passage de l’une à l’autre de ces vallées requiert dans maints cas un transit par Chablis.
  • L’exposition des Premiers Crus de la rive gauche varie du Sud au Sud-Est.
  • La géographie de cette rive induit une météo plus fraîche, plus humide et, par voie de conséquence, un ensoleillement occasionnellement masqué.

Le Grand Cru n’est pas royal que par la quintessence de ses vins, il l’est aussi par sa physionomie. Son coteau est en effet le plus majestueux. Son vignoble a le dénivelé le plus fort de tous les coteaux de vignes du chablisien, soit jusqu’à 90 mètres, et ses pentes sont parmi les plus impressionnantes, de 15% à 30% dans la plupart de ses parties.
Quelques Premiers Crus sont logés sur des coteaux certes imposants mais sans avoir le panache du GC. Considérant le profil de sa côte, le Premier Cru Côte de Léchet serait le plus saisissant avec son dénivelé de vignes de 60m et sa déclivité de 15% à 25%. Les pentes les plus rudes, jusqu’à 40%, appartiennent cependant à Vau de Vey et Vaulignau.
Il n’est ainsi pas étonnant que ceux-ci n’aient pas été cultivés avant l’arrivée de machinerie dans les vignes.


FOURCHAUME

Chablis FourchaumeSur la rive droite du Serein (trait bleu sur l’illustration), réunissant cinq climats, le regroupement Fourchaume est le seul situé au Nord du Grand Cru. Son climat Vaulorent est contigu au GC Les Preuses dont on perçoit la limite au bas de l’illustration ci-haut. À l’exception de son climat Côte de Fontenay, placé sur l’adroit (versant le plus ensoleillé) de la vallée secondaire de Fontenay, les autres climats (Vaulorent, Vaupulent, Fourchaume et L’Homme Mort) sont situés sur la rive orientale de la vallée principale du Serein.

FourchaumeLes quelques cartes topographiques figurant dans ce topo proviennent du livre ‘Chablis’ de la série Ginestet édité en 1986, lequel livre indique que sa source fut l’INAO de Dijon. Ces cartes sont de loin les meilleures que nous ayons trouvées pour illustrer la géographie des Premiers Crus, en vertu particulièrement des courbes de niveaux aux équidistances de cinq mètres.

FOURCHAUME
rive droite
 Climat Superficie
Exposition Dénivelé / altitude et pente
Vaulorent  17 ha  parties: Sud et Nord-Ouest 30 m / entre 165 m et 195 m
pente: 7 à 15%
Vaupulent  9 ha  parties: Sud-Est et Ouest 55 m / entre 140 m et 195 m
pente: 10 à 20%
Côte de Fonteney  12 ha  Sud-Est 40 m / entre 150 m et 190 m
pente: 10 à 25%
Fourchaume  34 ha  Ouest-Sud-Ouest. 45 m / entre125 m et 170 m
pente: 12 à 20%
L’Homme Mort  40 ha  Ouest-Sud-Ouest. 25 m / entre 125 m et 150 m
pente: 8 à 13%

Situé au Nord du Grand Cru, le regroupement Fourchaume est le deuxième plus vaste des deux rives, 112 ha (Côte de Léchet: 116 ha sur la rive gauche). La vallée de Fontenay cisaille le long plan de Fourchaume qui est placé sur un coteau de la vallée du Serein. Au Nord de la vallée de Fontenay, trois climats se succèdent de façon assez continue sur une distance de plus de trois kilomètres: Vaupulent, Fourchaume et L’Homme-Mort, le plus au Nord.
Les climats du regroupement ont deux caractéristiques communes: une exposition générale Ouest-Sud-Ouest (sauf le climat Côte de Fontenay) et des positions altitudinales les plus basses de tous les Premiers Crus, tous les climats étant en totalité sous l’altitude de 200 m. Cette dernière caractéristique et la régulation de la météo apportée par le Serein, tout près, induisent une maturité plus précoce, manifestement un avantage compte tenu de la situation assez septentrionale du Chablisien.

Quatre communes se partagent l’aire de Fourchaume: Chablis (Poinchy), Fontenay-près-Chablis, Maligny et La Chapelle-Vaupelteigne. En regard à la répartition du foncier au sein de Fourchaume, une certaine corrélation s’observe entre le lieu d’établissement des propriétaires et la localisation de leurs parcelles: le Domaine Jean Durup de Maligny est le principal propriétaire de vignes sur L’Homme-Mort de la même commune; le domaine du Colombier de Fontenay-près-Chablis est présent sur le lieu-dit Côte de Fontenay; le domaine Jean-Claude Bessin de La Chapelle Vaupelteigne est détenteur de vignes sur le climat Fourchaume de la même commune; et ainsi de suite.

Fourchaume constitue indéniablement un regroupement élite. Globalement, ses vins sont bien aromatiques et fruités (fruité mûr), denses et complexes. Des partisans le proclament le plus majestueux des Premiers Crus. Les fameux climats Vaupulent et Vaulorent tirent certes la notoriété de ce regroupement vers le haut. L’Homme Mort, le plus vaste des climats du regroupement, et Côte de Fontenay, dans une moindre mesure, livrent cependant des vins d’un niveau inférieur aux deux précédents. En un mot, le niveau des vins du regroupement Fourchaume est inégal.
Le climat Vaulorent, un joyau, est contigu au GC Les Preuses. L’orientation au Nord d’une partie du climat a dû certainement l’écarter du rang de GC. Le domaine William Fèvre désigne sa production issue du Vaulorent sous le nom même du climat. C’est dire la valeur de celui-ci car ce producteur n’individualise que deux climats (aussi Les Lys) de sa large palette de Premiers Crus. La Chablisienne, la maison Brocard et le Domaine Droin (fermage récent) produisent aussi des cuvées identifiées Vaulorent.
Le climat Vaupulent est le deuxième seigneur de Fourchaume. Son curieux nom et sa petite taille (9 ha) expliquent certainement qu’aucun exploitant ne commercialise de cuvée sous ce nom.
Placé au centre du regroupement, le climat ‘prête-nom’, Fourchaume à proprement dit, serait la synthèse des cinq climats.
Le climat Côte de Fontenay s’insère en bonne partie sur le versant adroit d’une vallée secondaire, transversale, au Serein. Au sein du regroupement, son orientation principale au Sud-Est est ainsi singulière. Les vents du Nord du couloir de la vallée de Fontenay lui conféreraient un certain handicap de maturation. Par sa physiographie et la nature de son sol, il est singulier au sein du regroupement.
Quelques producteurs présents sur ‘L’Homme-Mort‘ commercialisent le vin qui en est issu sous le nom même du climat, nommément les domaines de Chantemerle (Boudin), utilisateur de longue date du nom L’Homme Mort (instigateur de l’emploi du nom du climat?), Château de Maligny (Jean Durup), Vocoret, Laroche, d’Henri et La Chablisienne. D’une superficie de 40 ha, c’est le plus septentrional. Considérés inférieurs à ceux des autres climats du regroupement, ses vins sont plus fermes et austères. L’Homme-Mort est à la limite Nord du périmètre où le Kimméridgien moyen et supérieur est exposé par les vallées.


Contextes géo-pédologiques des Premiers Crus, volet A:
Entre son extrémité au Sud, sur Vaulorent près de Chablis, et celle au Nord sur L’Homme-Mort, près de Malagny, soit sur une distance de 3,5 km, la géologie de Fourchaume montre un changement important. Substrat dominant sur Vaulorent, la strate de Marnes et Calcaires à Exogyra virgula (Kimmeridgien) s’enfonce irrémédiablement en direction du Nord-Ouest, vers Malagny, et le Calcaire de Barrois (Portlandien) le substitue graduellement; du coup la délitation de ce calcaire devient le seul rapport de formation des sols de la partie Nord-Ouest du Chablisien. Ce contexte géologique explique, à notre avis, que L’Homme-Mort livre des vins, certes structurés, mais peu crayeux, peu iodés et moins complexes.
L’illustration qui suit est éloquente.

La vue en coupe s’étend, de gauche à droite, de Maligny jusqu’au Grand Cru. Le coteau terminant le GC complètement à droite est celui du climat Blanchot qui s’inscrit dans la vallée de Bréchain (non identifiée). Les positions de la vallée de Fontenay et de la commune de Maligny constituent des repères pour cadrer le Premier Cru Fourchaume. En fait, le climat Vaulorent (non identifié) est immédiatement à droite de la vallée de Fontenay, tandis que le Vaupulent (non identifié) est immédiatement à gauche. Se suivent après Vaupulent vers Maligny, les climats La Fourchaume et L’Homme Mort (la limite au Nord de ce climat serait en quelque part au dessus du mot ‘inclinaison’).
Ceci dit, l’objectif de cette image consiste à démontrer qu’en vertu de l’inclinaison de 2o à 3o des formations rocheuses du Chablisien, le Kimméridgien supérieur et moyen (J8) s’enfonce graduellement à partir de Maligny. Au delà de ce point vers le Nord, cette formation ne figure donc plus en tant que substratum, s’enfonçant irrémédiablement.

Toujours est-il …
… Que plusieurs aspects physiographiques, climatologiques et géo-pédologiques apportent des éléments d’explications aux caractères distincts des vins des climats chablisiens

  • L’altitude est un déterminant de température. Dans le Chablisien, les vignes en Premiers Crus se situent majoritairement sous l’altitude de 230 mètres. Logé entre 220 et 295 mètres, Les Beauregard est le plus élevé des Premiers Crus et ses vins seraient moins complexes en raison notamment de son terroir ‘plus froid’.
  • L’ensoleillement est indispensable à la vigne. Les versants des Premiers Crus ont des expositions variées, dans un spectre de l’Est à l’Ouest. Fourchaume est principalement exposé à l’Ouest-Sud-Ouest, tandis que Vaillons l’est plutôt au Sud-Est. L’exposition confère des caractères différents aux climats. Notamment, Mont de Milieu a une exposition au Sud qui apporte un caractère plus riche et mûr à ses vins.
  • La pente magnifie l’ensoleillement, la trigonométrie l’explique. Par ailleurs, la pente agit directement sur l’important phénomène de colluvionnement observé sur les coteaux chablisiens et conséquemment sur la composition des sols (voir la troisième partie de ‘géologie/pédologie’). Entre autres, étant donné son aspect très pentu, Vau de Vey aurait une typologie de sol bien singulière, comme le GC Blanchot aussi très pentu.
  • Le territoire du Chablisien n’est pas considérable mais sa météo n’en a pas moins des aspects nuancés d’un endroit à l’autre. Notamment, la proximité du Serein procurerait une régulation de température bénéfique aux climats qui lui sont attenants, notamment ceux de Fourchaume et Montée de Tonnerre.
  • Les éléments de la géologie, du substratum, sont importants. Tout topo sur le Chablisien insiste sur la présence en sous-sol du Kimméridigien supérieur et moyen, avec sa présence des coquillages fossilisés Exogyra virgula. Or, le Kimméridgien a une lithologie inclinée (2o à 3o) et son faciès n’est pas homogène sur son épaisseur de ±80 mètres. En un mot, selon les endroits, les vallées ont entaillé en sous-sol des profils différenciés, dont la délitation a induit des sols tout aussi distincts.
  • La composition du sol des coteaux chablisiens, la couche nourricière de la vigne, a également une incidence considérable. Les sols des Premiers Crus sont en très large partie issus de colluvionnement, c’est à dire d’épandage par gravité de matériaux provenant des parties supérieures des coteaux et des rebords de plateaux. Or la nature du colluvionnement fluctue selon les endroits et détermine ainsi des nuances dans les vins.

 MONTÉE DE TONNERRE et MONT DE MILIEU

ChablismonteedetonnerreCliquez sur l’illustration pour la grossir. L’illustration des quatre climats du regroupement Montée de Tonnerre. On y observe assez clairement que Côte de Bréchain est placé sur le versant envers de la vallée de Bréchain. Il est exposé surtout à l’Ouest et il est soumis aux vents frais du Nord circulant dans la vallée, tandis que la forêt qui le surplombe lui projette de la fraîcheur. Théoriquement (la théorie du vin est souvent ironique), les vins issus de ce climat seraient moins intéressants que ceux des trois autres climats. D’ailleurs, il n’était pas inclus dans la première homologation des Premiers Crus en 1967.
Les vignes situées sous les climats Côte de Bréchain, Montée de Tonnerre et Chapelot sont classés en ‘Chablis’.

Mont de milieu.1

MONTÉE DE
TONNERRE

rive droite
 Climat Superficie
Exposition Dénivelé/altitude et pente
Chapelot  20 ha  Sud-Est 40 m / entre 155 m et 195 m
pente: ±13%
Montée de Tonnerre  6 ha  Ouest 50 m / entre 155 m et 205 m
pente: ±12%
Pied d’Aloup  7 ha  Sud-Est à Ouest 35 m / entre 195 m et 230 m
pente: 10 à 25%
Côte de Bréchain  10 ha Ouest-Nord-Ouest 35 m / entre 190 m et 225 m
pente: 15%

Voisin du GC, le regroupement Montée de Tonnerre est placé en gros sur les versants de trois vallées: les climats Montée de Tonnerre et Chapelot le sont sur un flanc de la vallée même du Serein; Côte de Bréchain sur un versant de la vallée secondaire de Bréchain; et  Pied d’Aloup sur celui de la vallée de Vauvillien. Sa forme est ainsi celle d’une croupe, impressionnante car son dénivelé de 75 mètres est le plus fort de tous les Premiers Crus.
D’assez petite taille, 43 ha, le regroupement Montée de Tonnerre rivalise avec Fourchaume pour la suprématie des Premiers Crus. La meilleure homogénéité de son terroir lui confère un avantage sur Fourchaume. Ses vins sont riches et d’expressions minérales très affirmées (pierre à fusil et trait iodé s’accentuant avec l’âge). Leur fruité est toutefois plus discret que Fourchaume. Il ne faut pas craindre de les conserver de dix à douze ans en cave sur les bonnes années.

Chapelot et Montée de Tonnerre constituent les meilleurs terroirs du regroupement. Le réputé Domaine Raveneau individualise une cuvée provenant des vignes détenues sur Chapelot.
Le climat Pied d’Aloup soutiendrait la notoriété du regroupement.
Le climat La Côte de Bréchain est surtout orienté à l’Ouest sur le versant ‘envers’ de la vallée de Bréchain et il est adossé au boisé situé sur le plateau. Les vins y sont plus vifs et plausiblement moins aboutis.
La Montée de Tonnerre jouit d’une grande visibilité grâce aux nombreux producteurs réputés qui y sont propriétaires de parcelles.

Contextes géo-pédologiques des Premiers Crus, volet B:

Au cœur du Chablisien, Montée de Tonnerre voisine le Grand Cru et partage son contexte géo-pédologique: Les versants y sont recouverts d’une ‘formation superficielle’ de Calcaire de Barrois en vertu d’un phénomène important de colluvionnement que nous expliquons dans le segment ‘géologie-pédologie’.
Nous postulons que cette situation, un substrat(1) de Marnes et Calcaires à Exogyra virgula masqué par une formation supercielle(2) de Calcaire de Barrois de 30 à 100 cm d’épaisseur, explique que les vins de ces climats soient les plus structurés et complexes du Chablisien.

(1) Substrat: en géologie, socle rocheux de contact.
(2) Formation superficielle: en occurrence la couche de colluvionnement de Calcaire de Barrois dont l’épaisseur varie grosso modo de 30 à 100 cm

Toujours est-il …
…que vous aimeriez connaître le lieu-dit duquel est issu le vin dont l’étiquette indique simplement ‘Fourchaume’, ou ‘Montée de Tonnerre’, ou tout autre regroupement. Vous pouvez consulter le site internet du producteur concerné. Cette approche peut être vaine car peu de producteur y fournissent cette information. Vous pourriez avoir la réponse dans nos tableaux placés sous l’onglet ‘Producteurs tableaux synopsis’. Sinon, nous vous suggérons d’interroger le producteur par courrier électronique. Il pourrait bien vous répondre. Sinon, téléphonez-lui. S’il s’agit d’un vigneron, appelez au tout début de l’heure du déjeuner, disons à 12:15 h, ou à la fin de sa journée de travail, entre 18:00 et 19:00 h.
Quelques producteurs affichent la localisation de leurs vignes sur leur site internet, nommément: Christian Moreau, Louis Michel, Domaine d’Henri et Laroche.

IMG_0391La section du Mont de Milieu située sur la commune de Fleys. L’autre section est dans le territoire de Fyé/Chablis.

MONT DE
MILIEU
rive droite
Superficie Exposition Dénivelé/altitude et pente (±)
34 ha Sud 60 m / entre 170 à 230 m
pente: 10 à 20%

Mont de Milieu est séparé de la Montée de Tonnerre par la vallée de Vauvillien. En forme d’arc, ce climat est logé presque entièrement sur le versant oriental de la vallée du Serein. L’autre vallée secondaire qui le découpe est celle de Chigou, qui accueille deux climats du regroupement Les Fourneaux. Son exposition oscille de plein Sud, côté Chablis, à Sud-Est, côté Fleys.
La dénomination Mont de Milieu (34 ha) tient à sa position de démarcation au Moyen-Age entre les duchés de Bourgogne et de Champagne, lesquels duchés se partageaient jadis le territoire du Chablisien. C’est le troisième du trio élite de Premiers Crus. Ses vins ont une bonne stature, un trait riche et mûr, de la texture et un spectre aromatique tant floral que fruité, qui résulte sans doute de son exposition en bonne partie au Sud. Son expression minérale iodée est prononcée, toutefois moins stricte, moins ciselée, que celle de son voisin Montée de Tonnerre. Bien que ses vins aient certainement moins de charme que Fourchaume (outre L’Homme Mort qui peut être assez strict) et moins de puissance que La Montée de Tonnerre, l’écart de mérite est mince entre les bons vins de Mont de Milieu et ceux des deux regroupements ci-devant nommés.
Étant de plus petite taille que Fourchaume (112 ha) et Montée de Tonnerre (43 ha) et ayant un plan relativement uniforme, Mont de Milieu serait-il un terroir plus homogène? Ses vins auraient théoriquement moins de disparités.
Sa notoriété est supportée par la présence sur celui-ci de nombreux producteurs renommés.

Contextes géo-pédologiques des Premiers Crus, volet C:

En décrivant par ordre Fourchaume, Montée de Tonnerre, puis Mont de Milieu, nous suivions un parcours qui remonte le Serein du Nord au Sud. À partir de Mont de Milieu et de façon encore plus concrète sur l’aire du climat Les Fourneaux, laquelle suit vers le Sud, le colluvionnement de Calcaire de Barrois s’amenuise graduellement. La délitation de la formation des Marnes et Calcaires à Exogyra virgula devient du coup le principal rapport de formation des sols. Cet autre contexte géo-pédogique explique, à notre avis, que les vins de ce secteur sont moins structurés, à fortiori sur Les Fourneaux. Les notes d’iode et le caractère crayeux marquent davantage les vins. Encore, voir ‘géologie-pédologie’.



LES FOURNEAUX et VAUCOUPIN

ChablisVaucoupinfourneauxCliquez sur la photo pour l’agrandir. Si les regroupements Fourchaume, Montée de Tonnerre et Mont de Milieu sont surtout situés sur le coteau même, oriental, de la vallée du Serein, Les Fourneaux (réunion de trois climats) et le Vaucoupin (‘solo’ comme Mont de Milieu) sont plutôt placés sur des versants de vallées secondaires à celle du Serein, à l’instar de tous les climats de la rive gauche. En retrait du Serein, Les Fourneaux de la commune de Fleys est exposé favorablement au Sud. Le climat Vaucoupin de la commune de Chichée a une géographie très singulière tant par sa forme irrégulière que le déploiement de sa pente qui contraste avec celles des autres Premiers Crus.

Vaucoupin.1Les Fourneaux est rattaché à la commune de Fleys, tandis que Vaucoupin est placé sur la commune de Chichée.

IMG_0392La photo est prise depuis Fleys, à la sortie du village, côté Tonnerre. Au premier plan, le climat Côtes des Prés-Girots. À l’arrière-plan, à 500 mètres des Pré-Girots et placé quelque peu à l’oblique, le climat Les Fourneaux, ‘prête-nom’ du regroupement, cela malgré qu’il soit le plus petit de taille.

LES
FOURNEAUX
rive droite
Climat Superficie Exposition Dénivellé/altitude et pente (±)
Les Fourneaux 2 ha Sud-Est 45 m / entre 180 et 225 m
pente: 10 à 28%
Morein 5 ha Sud-Est  40 m / entre 185 et 225 m
pente: 10 à 35%
Côtes des Prés-Girots 7 ha Sud  40 m / entre 190 et 230 m
pente: 10 à 35%

Localisé sur la commune de Fleys, le regroupement Les Fourneaux est moins connu en raison de sa taille restreinte de 14 hectares et également parce que sa ‘visibilité’ est moindre puisque les producteurs les plus médiatisés du Chablisien, implantés pour la plupart sur la commune même de Chablis, n’y détiennent à peu près pas de parcelles. En raison de la bonne exposition du climat et son contexte géo-pédologie brièvement commentée dans le paragraphe mis en rouges ci-haut, sous la couverture de Mont de Milieu, les vins des Fourneaux seraient les Premiers Crus de la rive droite les moins structurés, cependant les plus iodés et  marqués de notes de mousseron et de pierre à fusil.

VAUCOUPIN
rive droite
Superficie Exposition Dénivelé/altitude et pente (±)
42 ha parties: Sud et Sud-Ouest selon la section du cru:
dénivelés et pentes très variables

IMG_0169La photo montre une partie du climat Vaucoupin, soit sa section linéaire qui comporte une pente accentuée en partie inférieure du versant et un quasi-plateau en partie supérieure. La frange droite de la photo montre l’amorce de la section en amphithéâtre que l’image topographique placée plus haut fait ressortir avec ses lignes de niveaux. Accessibles que par chemins de vignobles, bien entendu non balisés, il n’est pas aisé pour l’amateur curieux d’accéder au Vaucoupin.

Il est ‘solo’, c’est à dire qu’il est son propre regroupement. Comme Vosgros sur l’autre rive du Serein, le Vaucoupin, 42 ha, est situé sur la commune de Chichée. Il a une géographie hétéroclite. Son plan se divise en deux parties: côté occidental, une partie assez linéaire regardant au Sud et, côté oriental, une partie placée dans un amphithéâtre au spectre d’exposition du Sud au Nord. Aussi, sa pente est contraire au profil de la plupart des autres coteaux chablisiens car la section la plus forte de sa pente, entre 20% à 30%, est plutôt dans la partie basse du coteau.
La topographie singulière de Vaucoupin complique la détermination de son vin-type; en fait il faut certainement évoquer des expressions-types de vins pour le Vaucoupin. Aussi, étant situé en périphérie Sud-Est du périmètre des Premiers Crus, sa pédo-géologie est manifestement singulière. Cette distinction de terroir procure certainement un caractère spécifique aux vins de Vaucoupin.
Les dénominateurs communs des vins de Vaucoupin seraient sa minéralité singulière, bien crayeuse, et un fruité mûr. Au sein des Premiers Crus, leur stature est moyenne.

 

Le grand Cru: Zoom ← Onglet précédent     Onglet suivant  →Pemiers Crus Rive Gauche