Date de publication:

Portrait du vignoble

Cartographie utile
  • Une ‘carte interactive des terroirs‘ est disponible sur le site du syndicat viticole de Beaune. En plus d’illustrer les climats, celle-ci fournit la superficie et le dénivelé de chaque climat et nomme leurs exploitants respectifs, à l’exception des non-membres dudit syndicat.
  • L’application Google Earth permet la visualisation du vignoble en 3D, cela en cliquant répétitivement sur le symbole graphique correspondant à la position ‘Nord’ de la boussole logée dans la partie supérieure droite de l’image. Celui qui n’a jamais visité La Côte peut ainsi s’en faire une idée.

BEAUNE-modif-1ercru-CyrotChaudronLe finage de Beaune selon une carte produite par Sylvain Pitiot et Jean-Charles Servant.

MarconnetsCliquez sur la carte pour la grossir. Des climats au nom de ‘Les Marconnets’ sont sur les finages de Beaune et de Savigny-les-Beaune. L’autoroute A-6, ‘Autouroute du Soleil’ les séparent. (réponse #4 du quiz)

Superficies:

Dépourvu de Grands Crus, Beaune a un vignoble d’une superficie totale de près de 470 hectares. Beaune rivalise sur La Côte avec Gevrey-Chambertin et Meursault pour le premier rang en terme de surface.
La répartition des aires est comme suit:
♦ 335 ha en Premiers Crus;
♦ 106 ha en appellation communale ‘Beaune’;
♦ 25 ha en AOC également communale au nom de ‘Côte de Beaune’ (réponse #5 du quiz) (vignoble logé sur le plateau situé au dessus du versant Nord des Premiers Crus, nommé localement ‘La Montagne’.)

Il est à souligner que l’aire théorique de l’appellation communale Beaune est plus étendue puisque le tissu urbain occupe une partie de celui-ci.

Les Beaune blancs représentent moins de 10% des vins produits sur l’appellation. Cette proportion est toutefois en voie d’augmentation depuis quelques années. Ce dossier ne s’intéresse pas aux Beaune blancs.

Le décret d’appellation et l’atlas des climats et lieux-dit (2012) de Sylvain Pitiot énumèrent 42 climats en Premiers Crus de Beaune (réponse #3 du quiz). Les vins d’une dizaine de petits climats sont rarement commercialisés sous le nom de leur climat d’origine.

Plusieurs climats ont des superficies considérables, particulièrement Les Grèves (31,3 ha) (réponse #6 du quiz), Clos des Mouches (25,2 ha), Les Cents Vignes (23,5 ha), Les Teurons (21 ha), Les Aigrots (18,7 ha), Champs Pimont (18,2 ha) et Les Bressandes (17,1 ha).
Les ‘Cents Vignes’ selon Climats et lieux-dits des Grands Vignobles de Bourgogne (2012) de Sylvain Pitiot; les ‘Cents Vignes’ selon le Classement du Comité de Viticulture et d’Agriculture de Beaune de 1860; ‘les Sanvignes’ selon Histoire et Statistique de la Vigne et des Grands Vins de la Côte d’Or de Jules Lavalle (1855).

Aussi, une dizaine d’autres ont des superficies supérieures à huit hectares. La remarque suivante de Jules Lavalle s’applique très particulièrement à ces vastes crus: « les climats (de Beaune) ont des qualités différentes dans leurs parties différentes. »

Profil et expositions:

Parmi les plus longs de la Côte d’Or, le coteau de Beaune s’allonge sur quatre kilomètres, entièrement sur la commune, entre Savigny-les-Beaune au Nord et Pommard au Sud.
Le coteau a du mouvement. Quatre combes, des vallées sèches, induisent des micro-climats en raison des inflexions d’expositions sur leurs flancs, leurs devers, et des flux d’air frais aiguillés dans leur couloir.
Par son importante concavité placée au centre du coteau de Beaune, la combe de Bouze sépare celui-ci en deux parties, dites Nord et Sud.
Au Nord, du côté de Savigny-les-Beaune, une combe s’ouvre sur Les Bressandes.
Sur le versant Sud, du côté de Pommard, deux combes de bonne envergure débouchent pour une sur ‘Champs Pimont’ et ‘Les Aigrots’ et pour l’autre sur ‘Les Montrevenots’ à l’extrémité Sud.

Beaune-combesCliquez sur l’image pour la grossir. Les axes des quatre combes (vallées sèches) du vignoble de Beaune sont illustrés par des traits rouges sur cette illustration réalisée à partir Google Earth. La principale combe, de Bouze, la troisième à partir de la gauche, divise les deux parties, Nord et Sud, du finage. La moins entaillée d’entre elles débouche sur le climat Les Bressandes (à droite sur l’illustration) et lui détermine deux flancs qui apportent du mouvement à la physionomie de ce climat (voir le volet ‘Les Bressandes’ pour plus de détails). Bref, ces vallées sèches induisent des micro-climats en raison des inflexions d’expositions sur leurs devers et des flux d’airs aiguillés dans leur couloir.

Assez généralement concave (une exception est illustrée à la suite), la topographie du coteau est typique de La Côte: la pente de la partie haute du versant de vignes, entre ±250 et ±300 mètres d’altitude, est assez forte; ensuite dans la partie médiane la pente s’adoucit en forme finement concave jusqu’à ± 230 mètres d’altitude; puis la partie basse du coteau est longuement étalée selon une très faible déclivité. L’altitude de douze Premiers Crus du bas du versant s’abaisse jusqu’à ±220 mètres d’altitude, voire 210 mètres pour le climat Les Sceaux. Pour des Premiers Crus, c’est là le plus bas niveau de toute La Côte (voir le segment ‘mise au point’). Ces derniers climats ont des sols surtout argileux et alluvionnaires.


beaune-greves-coupeSur la partie Nord du finage, voici une coupe selon l’axe du trait rouge au sein du climat Les Grèves, lequel s’étend entièrement de bas en haut du coteau, une situation unique sur La Côte. Entre les altitudes 222 et 300 m, son dénivelé est ainsi de près de 80 m. La forme concave de la pente est classique: d’abord forte en partie supérieure, elle s’adoucit à mi-coteau, puis elle s’étire jusqu’au bas du coteau. Le point mentionnant l’altitude ‘235 m’ se situe au cœur du cru ‘Vigne de l’Enfant Jésus’ sous la propriété de la maison Bouchard Père et Fils. (Les traits de couleur rose délimitent les parcelles de certains producteurs. Celles-ci sont attribuées dans le segment portant spécifiquement sur le climats ‘Les Grèves’. / La mention ‘Sur les Grèves’ qui est figée sur Google Earth y est mal localisée.)

beaune-coupe-mouchesLa coupe ci-devant montre la morphologie de la section la plus méridionale du coteau beaunois. Elle traverse de haut en bas les climats Les Montrevenots, Le Clos des Mouches (périmètre délimité en bleu) et Les Boucherottes. La courbe du versant occupé par les vignes y est singulièrement de type ‘convexo-concave’ puisque nettement plus bombée dans sa partie supérieure et médiane. Une telle forme convexe dans la partie haute des vignes ne s’observe qu’en très peu d’endroits sur La Côte. Cela est intriguant, d’autant que le fameux Clos des Mouches occupe le cœur de ce tertre. (Les traits de couleur rose délimitent les parcelles de producteurs présents sur le climat Clos des Mouches. Celles-ci sont attribuées dans le segment portant spécifiquement sur ce climat: ‘Clos des Mouches’.

 Multitude d’ex-carrières

Le versant Beaunois a été manifestement grugé par de nombreuses carrières dont l’extraction de roches a notamment dû servir à la construction de Beaune. Certaines ex-carrières sont évidentes, d’autres moins. Ces dernières se devinent par des concavités ou des replats insolites. Sur le climat ‘En Genêt’, le creusage d’une ancienne carrière a même engendré un talus quelque peu contraire à celui de grand coteau! En fait, la présence de carrières est un phénomène qui se constate sur toute La Côte d’Or. Il importe de le souligner, les carrières sont, çà et là, des enclaves de bons terroirs.

IMG_0223Le front d’une ex-carrière adossée à la route de Bouze dans le climat Champs Pimont. Les carrières sont, çà et là, des enclaves de bons terroirs.

Géologie-pédologie

Propos préalable sur la couche superficielle, mais essentielle
Grosso modo, les sols de surface du grand coteau de La Côte dans lequel s’enfoncent les racines des ceps sont formés variablement de deux ou trois des éléments suivants:

  1. la matière de l’altération (désagrégation) de la couche sous-jacente de roche, en occurrence du calcaire ou de la marne;
  2. de matériaux d’éboulis, des colluvions provenant de paliers supérieurs au coteau de vignes (voir les segments portant sur les climats Les Grèves et Les Bressandes);
  3. de sédiments laissés dans la partie basse du coteau par d’anciens lits de cours d’eau, en occurrence sur le piémont de la partie Nord du finage de Beaune qui a déjà été occupé en partie par le lit du Rhoin (traversant actuellement la commune voisine de Savigny-les-Beaune). Généralement, les sols des parties hautes des coteaux sont surtout maigres, tandis que ceux des parties basses sont plus profonds, étant davantage chargés de matériaux de colluvions et de solifluxion, dont des limons et des argiles.

Géologie / pédologie
La carte du Bureau de Recherche Géologique et Minière (BRGM) couvrant Beaune, à l’échelle de 1/50 000, est présentement la seule source formelle disponible renseignant sur la géologie de l’aire entière de Beaune. Celle-ci s’avère plus ou moins utile car une telle échelle comprime les informations et escamote ainsi les spécificités des climats, lesquels sont certainement fort différenciées.
Les cartes géologiques récentes réalisées à l’échelle 1/10 000 par Françoise Vannier sur les vignobles de Marsannay, Gevrey, Pommard et Maranges démontrent d’ailleurs l’impressionnante diversité lithologie (nature des roches) des sous-sols de ces finages et il en est certainement ainsi sur celui de Beaune.
Les cartes géologiques du BRGM sont disponibles sur le site de l’organisme Info Terre.
Les divers ouvrages qui décrivent le vignoble de Beaune comportent des descriptions vagues sur la géologie et soulignent des généralités relatives surtout à la pédologie. Le ‘Grand Atlas des vignobles de France’ (2002) de Benoit France entretient notre curiosité en mentionnant: « Les Premiers Crus reposent sur des sols qui semblent assez homogènes mais qui n’ont pas tous les mêmes dispositions naturelles à produire des grands vins. »
Benoit France signale toutefois, avec justesse, que le coteau est revêtu d’éboulis et qu’en raison de son épaisseur « la vigne peut monter à plus de 300 mètres ». Les segments portant sur les topos des climats Les Grèves et Les Bressandes commentent la présence des ces éboulis.

La géologie de certains climats de Beaune est néanmoins assez connue. C’est le cas aussi de quelques climats contigus à Pommard puisque la carte géologique à l’échelle de 1/10 000 de cette dernière commune, réalisée par la géologue Françoise Vannier à l’initiative du Groupement d’Étude et de Suivi des Terroirs, le GEST, recouvre aussi la frange méridionale du vignoble de Beaune, nommément Les Épenottes, Les Boucherottes, Vignes Franches (partiellement), Les Montrevenots (partiellement) et le Clos des Mouches. La carte géologique en question est disponible sur le site de l’organisme.
Les climats Les Grèves, Les Bressandes et Pertuisots ont donné lieu à des analyses ponctuelles réalisées aussi par la géologue Françoise Vannier. Les observations sur ces climats sont rapportées dans les topos respectifs.

Mise en situation ← Onglet précédent     Onglet suivant → Mise au point