Date de publication:

Mise en situation (Corton)

Successivement dans ce segment:

  • Préambule
  • Contexte
  • Notoriété tardive
  • Une fédération de climats: explication

Préambule

Montée qualitative au cours de la dernière décennie
Dans son numéro 46 de juin-juillet 2002, la revue ‘Bourgogne Aujourd’hui’ faisait valoir qu’une montée qualitative des vins du GC Corton était en cours. Il y était souligné: « Hier décriées pour l’hétérogénéité de leur production les appellations de Corton sont en passe de devenir de vraies références qualité. Virage à 180 degrés. » Puis le périodique reprenait des propos semblables dans son édition d’octobre/novembre 2006 (no 72): « …montrée du doigt hier pour l’hétérogénéité de ses vins, la colline des Corton l’est aujourd’hui pour les progrès effectués en une dizaine d’années. Comme partout en Bourgogne, il va maintenant falloir passer à la vitesse supérieure. » Toujours est-il que les Cortons des derniers millésimes, sur les meilleurs climats et issus de producteurs émérites, sont de grands bourgognes, disponibles à des prix moins élevés que ceux de crus de niveau comparable de la Côte de Nuits. À titre d’exemple, un bon Corton Clos du Roi coûte moins cher qu’un bon Clos de la Roche et procure sans doute un plaisir hédoniste assez équivalent. Une des explications est la valeur émotive plus réservée que les amateurs de vins de la Côte attribuent aux Corton. Or, il est bien possible que cette valeur affective consentie, et partant l’intérêt, grandissent dans l’avenir en réponse à la montée qualitative observée. À la suite, quelques explications de l’essor qualitatif des Cortons rouges.

L’apport des producteurs extérieurs
De longue date, la présence de producteurs forains est significative au sein de la communauté des exploitants de la colline de Corton. Cette présence extérieure a même augmenté au cours de la dernière décennie. Entre autres, le Domaine de Montille de Volnay acquérait en 2005 une parcelle du Clos du Roi, en 2008 le Domaine de la Romanée-Conti prenait en fermage les vignes du Prince de Mérode (réponse #1 du quiz). Aussi en 2009 les Domaine des Croix de Beaune et Méo-Camuzet de Vosne-Romanée se partageaient l’acquisition des Corton de l’ex domaine Roger Belland, sur les climats Vigne au Saint, Les Perrières et Les Grèves.

La qualité améliorée des établissements vignerons locaux
L’important domaine du Comte Senard (Clos de Meix, Clos du Roi, Bressandes, Les Paulands et Les Perrières à partir de 2016) produit depuis quelques années des Corton du dessus du panier. Le domaine Follin-Arbelet est devenu une référence du Grand Cru. Entre autres, les maisons D’Ardhuy, Mallard, Capitain-Gagnerot font de meilleurs Corton qu’auparavant.

Les bénéfices de la météo et de l’œnologie actuelle
Pour les vins rouges, la maturité phénolique est aussi importante que la maturité alcoolique. Davantage pour les Cortons, cette maturité des anthocyanes et des tanins doit être aboutie afin d’en atténuer l’âpreté intrinsèque des jus. Or, la météo plus chaude des ±quinze dernières années a favorisé la récolte de raisins plus mûrs. Aussi, l’adoption de méthodes œnologiques visant l’assouplissement des vins a contribué à produire des vins moins sévères. Bref, les Cortons des derniers millésimes sont plus flatteurs.

Un pas vers une meilleure mise en valeur des climats
Les amateurs affectionnent la notion de climat. Le domaine Latour a certes fait un bon coup en isolant, depuis le millésime 2010, ses jus du climat ‘Les Perrières’ pour en produire une cuvée individualisée. Ce climat au bon potentiel est ainsi mieux mis en valeur et, du coup, le GC Corton gagne en notoriété. Ce sera à valider, mais le domaine de la Romanée-Conti individualiserait éventuellement (voir ‘toujours est-il’ à la suite)  les trois climats (Le Clos du Roi, Les Bressandes et Les Renardes) dont les récoltes sont actuellement assemblées en une cuvée générique de ‘Corton’. Cette éventualité valoriserait indubitablement le GC.

Toujours est-il …
… que nous avons rencontré Aubert de Villaine le 20 octobre 2015 au Domaine de la Romanée-Conti.
Il nous informe d’entrée de jeu que sa relation avec la famille de Mérode, propriétaire des vignes des trois climats prises en fermage par la DRC, est nouée depuis un long moment. Il ajoute que le projet sur Corton visait à « entreprendre quelque chose de nouveau », « d’apporter un nouveau challenge à l’équipe ».
Le motif ayant donné lieu à l’assemblage des récoltes des trois crus, Clos du Roi (0,57 ha) / Les Bresssandes  (1,19 ha) / Les Renardes (0,51 ha), est essentiellement pratique. La parcelle du Clos du Roi est constituée pour moitié de vieilles vignes lesquelles ne produisent que l’équivalent d’un seul fût de vin et que les jeunes vignes de l’autre portion n’auraient pas apporté la substance voulue d’un Grand Cru.
Aussi, les vignes des Bressandes furent arrachées et replantées. L’objectif de la DRC est de produire éventuellement des cuvées individualisées des trois crus.

Contexte

Corton contexteCliquez sur la carte pour l’agrandir. Les traits rouges indiquent les limites des trois communes se partageant le vignoble de Corton. Pernand-Vergelesses apparait en haut à gauche. Le statut de Grand Cru a été accordé en 1956 au climat ‘En Charlemagne’ de cette commune (Corton-Charlemagne si blanc, sinon Corton sans droit d’adjonction du nom du climat). Au bas à droite sur l’illustration, la commune de Ladoix-Serigny qui accueille sur son territoire les climats les moins connus du Grand Cru, si ce n’est du réputé climat Le Rognet. Tandis que Pernand et Aloxe sont des villages vignerons, situés littéralement dans les vignes, la commune de Ladoix-Serigny est citadine et son centre est détaché du vignoble par la route Dijon-Beaune, en orange sur l’illustration. Tout le versant de la colline entre les deux traits rouges est sous la juridiction communale d’Aloxe-Corton, qui détient donc la part du lion en Corton rouge.

La superficie de 160,2 ha du Grand Cru Corton se divise ainsi: une quinzaine de climats totalisant 120,5 ha (75%) sur Aloxe-Corton, une dizaine de climats groupant 22,4 ha sur Ladoix-Serigny et un seul climat de 17,3 ha sur Pernand-Vergelesses. Corton est le plus vaste GC de toute La Côte. Il représente à lui seul le tiers de l’aire totale de Grands Crus de la Côte d’Or.

Ladoix-Serigny est le dernier finage septentrional de la Côte de Beaune. Ses communes voisines au Nord, Corgoloin et Comblanchien (vins d’appellation Côte de Nuits-Villages) sont ainsi les deux premières de la Côte de Nuits. L’abaissement du relief de La Côte observable sur ces deux dernières communes constitue en quelque sorte une transition naturelle entre les Côtes de Beaune et de Nuits. Immédiatement au Nord de Corgoloin, à Premeaux-Prissey, le relief de La Côte se relève dans l’aire de l’appellation Nuits-St-Georges. La colline de Corton symbolise un phare à la borne Nord de la Côte Beaunoise.

Aloxe-Corton est le village maître de Corton par son lot de climats formant le Grand Cru, dont les plus réputés. Aloxe détient cependant le plus petit nombre de Premiers Crus de La Côte. Aussi, cette commune est quasiment dépourvue de vins d’appellations régionales en raison de son périmètre restreint. Sur son territoire, seul le village resserré de 200 habitations n’est pas occupé par les vignes. Sa notoriété s’appuie sur la gloire de Corton et la curiosité de ses trois célèbres maisons bourgeoises: le Château Grancey sous la propriété du négociant-éleveur Louis Latour, le Château de Corton-André aux superbes tuiles vernissées, dit Château Jaune (réponse #2 du quiz) et le Château d’Aloxe-Corton à proprement dit.

Pernand-Vergelesses est associé formellement à la colline de Corton depuis 1956, alors que le climat En Charlemagne, entièrement sur son territoire communal, fut intégré au Grand Cru. Il ne s’y produit que des Corton-Charlemagne, bien que la production de Corton rouge soit autorisée. Accroché sur des versants qui seraient autrement occupés par la vigne, Pernand est un petit village bien pittoresque.

Avec son regroupement de 26 climats (réponse #3 du quiz) (pour voir la nomenclature: ‘comprendre les 2 GC‘ ), le Grand Cru Corton est l’antinomie des autres Grands Crus de la Côte d’Or, tous mono climat. C’est l’antithèse de la Romanée-Conti dont la notion est aisée à cerner étant donné sa taille réduite, sa surface simple de rectangle à la topographie uniforme, sa situation individualisée de monopole, son vin unique et sa gloire plébiscitée. Corton est plutôt caractérisé par une multitude de climats et de propriétaires, des expositions variées, un fort dénivelé, une morphologie singulière sur La Côte et une dualité avec le GC Corton Charlemagne.
D’autres Grands Crus sont formés de la réunion de lieux-dits, cependant les noms de ceux-ci s’effacent entièrement sous celui du GC ainsi fédéré, tel le Clos de la Roche.

La dualité entre les dénominations Corton et Corton-Charlemagne embrouille la compréhension de l’un et de l’autre. L’aire du GC Corton est de 160 hectares. De cette aire, des climats précis ou parties de climats, totalisant 71 hectares peuvent engendrer des Corton-Charlemagne (blanc) si en chardonnay, bien entendu. À toute fin utile, l’aire de Corton-Charlemagne est entièrement exploitée comme tel, si bien qu’en pratique l’aire de Corton, en rouge ou en blanc, est de ±90 hectares. Consultez ‘comprendre les 2 GC …’ pour enfin comprendre les nuances inhérentes au nom ‘Corton’.

La préséance du nom porte-drapeau ‘Corton’ sur celui du nom des climats (exemple: Corton Les Bressandes) implique du retrait à chacun de ceux-ci. Si les climats Les Renardes et le Clos du Roi constituaient des Grands Crus par eux-mêmes, leur réputation serait sans nul doute plus considérable. En revanche, sans le dénominateur Corton, certains climats seraient des Grands Crus énigmatiques. Les nivellements s’effectuant généralement vers le bas, les meilleurs crus de Corton sont vendus à des prix constituant de bonnes affaires. Leurs prix sont parfois si attrayants qu’il en deviennent intrigants. Les prix des climats moins bien cotés sont aussi attractifs.

Domaine culte recherché
À toute fin utile, les producteurs hautement renommés de Corton (De Montille et La Pousse d’Or de Volnay, La Romanée-Conti et Méo-Camuzet de Vosne, etc.) sont établis à l’extérieur d’Aloxe et de ses villages voisins. Pour son image, il ne manque à Corton qu’un domaine local qui soit emblématique, à l’exemple de Mugnier ou Roumier pour Chambolle ou encore Coche-Dury ou Roulot pour Meursault. En poursuivant sa remontée pour rejoindre l’élite de La Côte, le domaine du Comte Senard pourrait devenir ce producteur icône, d’autant qu’il est propriétaire sur quatre climats en GC et qu’il exploite deux autres en fermage depuis 2016.

La ‘Montagne’ de Corton: une hyperbole
Plutôt une colline, une butte

combedepernandLes traits plus marqués illustrent les axes des trois combes, trois vallées, qui détachent la colline de Corton du grand versant de la Côte d’Or. Les axes des deux combes définies par des traits noirs sont transversales à La Côte comme la majorité des combes qui sectionnent le grand versant. C’est davantage la combe illustrée en rouge, qui s’inscrit entre les collines de Corton et de Pernand, qui largue quelque peu Corton du reste de La Côte.

combedepernandprisedeuxUne autre perspective de la combe de Pernand.

Jean-François Bazin aborde le sujet de la ‘Montagne’ avec un humour succulent: « Si les bourguignons ont le sens de la litote -‘Tout ce qui est bourguignon est accessoirement universel‘, disait Henri Vincenot – ils savent aussi exagérer un peu. » En effet, l’emploi du terme ‘montagne’ est disproportionné pour désigner ce qui en réalité est une colline.
La colline de Corton est simplement un segment de la Côte qui en a été détaché par trois combes, des vallées sèches, qui sont autant de coupures. Deux d’entre elles sont placées transversalement à La Côte. Elles ont sculpté, d’une part, le versant Nord de la colline sur le territoire de Ladoix (climats Hautes et Basses Mourottes, …) et, d’autre part, le versant Sud, classé surtout en Corton-Charlemagne sur le territoire d’Aloxe-Corton (climats Le Charlemagne, Les Chaumes, …). La troisième combe a curieusement créé une échancrure oblique à La Côte, dans un axe Nord-Est/Sud-Ouest, en retrait, à la frange des Hautes Côtes. C’est celle-ci qui détache la colline de Corton de La Côte. Située sur la commune de Pernand-Vergelesses, cette vallée a sculpté deux coteaux occupés, pour un sur le flanc oriental, par les vignes du climat En Charlemagne (Corton-Charlemagne) et, pour l’autre sur le flanc occidental, par celles du climat ‘En Caradeux’ (Pernand-Vergelesses Premier Cru). Cette combe transversale se distingue assez nettement sur la photo d’accueil du site de l’association ‘Paysages de Corton’ figurant ci-après.

Corton paysage

En outre, la cime de la colline de Corton n’est pas autoritaire dans le paysage. Son élévation de 380 mètres est assez similaire à celle de la corniche du coteau voisin de Savigny-les-Beaune, à 370 mètres. Le terme ‘Montagne’ est une hyperbole. Ou peut-être, la colline se voit-elle grandie par la renommée de ses vins!

Faire le tour de la montage
Le site www.bouger-nature-en-bourgogne propose un ‘tour de la butte de Corton’, une randonnée en boucle de 7km, de niveau facile.


Notoriété tardive

Reconnaissance pluri-séculaire
Éventuellement survenue au 9e siècle, la donation par Charlemagne de deux hectares de vignes à la collégiale St-Andoche de Saulieu est instructive sur la longue renommée de Corton. Louis Latour a écrit en 2012: « Le don de l’empereur a porté en tout cas sur une vigne spécifiquement désignée, donc délimitée, et probablement close… Mais pourquoi un personnage aussi considérable, possédait-il des vignes à Corton? S’il y faisait cultiver un vignoble, c’est qu’il l’avait reçu en héritage ou que ses intendants l’avaient acheté. Le passé viticole d’Aloxe et la qualité de ses vins furent donc ‘reconnus’ sinon par l’empereur lui-même, tout au moins par ses commettants, ce qui prouve qu’à cette époque lointaine il ne s’agissait de terres sans valeur. »
Si la valeur des vignes de Corton est plusieurs fois séculaire, les auteurs contemporains semblent néanmoins convenir que l’acclamation de ses vins est récente, sur le plan de l’histoire bien entendu. Claude Chapuis, le spécialiste d’Aloxe-Corton précise d’ailleurs que « rien n’est acquis au pays des Corton dont la notoriété a subi plusieurs éclipses au cours des âges ».
Le fait est-il réel ou qu’une légende? Le raisonnement de Louis Latour est cohérent. Cependant, la colonisation de La Côte par la vigne en était à ses balbutiements au 9e siècle. Le concept de cru n’existait pas et le processus d’élaboration du vin ne concourrait pas à l’émulation de celui-ci. Il n’y avait pas de tenue d’archives… En un mot, nul ne sait.

Révélation de Corton au 19e siècle
Jean-François Bazin, écrivain contemporain de la Bourgogne, fait ressortir que « le Corton reste discret jusqu’au 18e siècle. Réalise son ascension au 19e. » Auteurs de la fin du 19e siècle, René Danguy et Charles Aubertin, apportent une partie de l’explication en mentionnant « qu’anciennement, la Côte, c’est-à-dire les climats Charlemagne, Pougets, Languettes, Corton, Clos du Roi, Renardes, Bressandes, où on récolte aujourd’hui les vins fins, étaient plantés en blancs (Pinot blanc). Mais lorsqu’on a connu la qualité des vins rouges, les blancs ont disparu de beaucoup et ont été remplacés en pinot rouge. » Dans le plus âgé des écrits connus sur le vin de Bourgogne, ‘Dissertation sur la situation de la Bourgogne’ écrit par Claude Arnoux en 1728, il est d’ailleurs souligné que « … Alôsse en produit aussi d’excellents (vins blancs issus de Pinot blanc et autres cépages) ».

Jean-François Bazin donne l’indice principal pour résoudre l’énigme sur la notoriété tardive des Corton rouges par ce commentaire « La culture de la vigne est demeurée assez inchangée tandis que la vinification a évolué au cours des âges. » En fait, tout au long du Moyen Âge et de l’Époque Moderne, donc jusqu’à la Révolution Française, le vignoble de Corton était destiné à la production de vins blancs et …clairets, sinon rosés! (réponse #4 du quiz.)
En Côte de Beaune, une partie importante des vignes de raisins à peau rouge cultivées par les nobles et les ecclésiastiques était des vins ‘vermeils’. Issus de raisins récoltés à maturité juste, les vins vermeils, aussi nommés vins ‘primeurs’, fermentaient moins de 24 heures en contact avec les peaux et acquéraient ainsi bien peu de couleur. Aussi leur élevage était sommaire. Claude Chapuis signale que « Au Moyen Âge, les critères d’appréciation étaient la faible couleur et l’aptitude à la consommation rapide. » Auparavant, dans son ouvrage publié en 1728, Claude Arnoux avait souligné que « Alôsse est le quatrième vignoble (de la Côte de Beaune) pour les vins de Primeurs. Ce petit village produit des vins d’une extrême délicatesse (sic). » Bref, la vinification des cépages rouges a évolué au cours des âges et ce n’est qu’avec l’avènement vers la fin du 17e siècle des vins assez longuement cuvés que le potentiel en rouge du vignoble de Corton fut en mesure d’être pleinement révélé. Quant à la réputation des vins blancs de la colline, elle a grandi considérablement au début du 20e siècle avec la replantation des coteaux en Chardonnay. Ce cépage fut le véritable révélateur des terroirs du GC Corton Charlemagne.

Arnoux page couv.Le tout premier livre (connu) rédigé sur les vins de La Côte: ‘Dissertation sur la situation de la Bourgogne’ de Claude Arnoux, publié en 1728. Un ouvrage fascinant disponible gratuitement sur internet. Arnoux-rose

Un passage du livre de Claude Arnoux portant la production de vins dits ‘vermeils’, en réalité des ‘clairets’, qui étaient la généralité à l’époque. Ce type de vins a été produit en Côte de Beaune jusqu’au 18e siècle. La production de vins pleinement cuvés avait été entreprise en Côte de Nuits quelques décennies auparavant.

Le livre de Claude Arnoux, disponible sur le site internet de la bibliothèque numérique Gallica, fascine par ses détails du contexte du vin de Bourgogne durant cette période. À la page 28 et suivantes, l’auteur explique la méthode de vinification des ‘vins primeurs’ (voir l’illustration ci-devant) produits en majorité sur la Côte de Beaune au Moyen Age et encore à la Renaissance. Par ailleurs, un autre volet de son livre porte sur les ‘vins de garde’, ceux-ci cuvés plusieurs jours, qui étaient produits en Côte de Nuits depuis le début ou le milieu du 18e siècle.

Une preuve additionnelle de la notoriété tardive des Corton rouges est apportée par Jean-François Bazin: « Les ventes n’ont pas attiré ici (colline de Corton) les grands spéculateurs parisiens. » Ceux-ci furent pourtant très actifs aux encans des Biens Publics (vers 1790) confisqués aux religieux et aux nobles à la Révolution Française.

Notoriété très tardive de Ladoix

De façon étonnante, la couverture de ‘Ladoué’ du livre ‘biblique’ de Jules Lavalle (1855) est laconique: « Ce n’est que pour satisfaire à l’ordre géographique (!) que je signalerai ici le hameau de Buisson et le village de Ladoué… Pourtant, dans les portions qui avoisinent Aloxe-Corton on trouve quelques vignes plantées en pinot donnant des vins qui ne sont pas sans valeur »


Une fédération de climats: explication

Préalable: Genèse des AOC
Au début des années 1900, le Gouvernement français promulgua des Lois pour contrer la production généralisée de vins factices et/ou identifiés faussement à une provenance, une origine. Particulièrement, la Loi du 6 mai 1919 sur la ‘Protection des Appellations d’Origine‘ (non pas celle des Appellation d’Origine Contrôlée qui fut décrétée subséquemment en 1935) fit intervenir les tribunaux afin de fixer des Appellations d’Origine sur la base des ‘usages locaux, loyaux et constants’, bref selon les us et coutumes. Parallèlement, le Parlement français conféra le droit d’ester (capacité de soutenir une action en justice) aux syndicats.
En Bourgogne comme ailleurs, les producteurs se groupèrent en Syndicats de Défense en vue de générer des causes en justice et partant des jugements définissant des Appellations d’Origine. En Côte d’Or, une myriade d’unions se créèrent à l’échelle locale, occasionnant une véritable balkanisation axée sur les intérêts proprement individuels des producteurs. L’Appellation d’Origine ‘Montrachet’ fut la première en 1921 à être plaidée et son aire fixée de façon restrictive devant les Tribunaux. Réunis en Syndicat de Défense, les propriétaires fonciers du lieu-dit Montrachet avaient opportunément confronté en Justice les producteurs de climats voisins sous le motif qu’ils usurpaient le nom Montrachet en déclarant leur production sous cette dénomination. Un même contexte engendra en 1924 un jugement déterminant l’appellation ‘Richebourg’. Par contre, la cause qui visa à isoler le nom Echézeaux fut déboutée en 1925 car les jugent s’appuyèrent concrètement sur les usages commerciaux anciens du nom Echézeaux qui englobaient alors bel et bien les lieux-dits voisins, tels Les Poullaillères, Les Loächausses et Les Treux, qui sont toujours joints au climat Échézeaux.

Le contexte singulier de Corton
À propos des vins de la colline de Corton, les auteurs signalent que c’est l’ensemble des vins des climats de la colline, sinon une large partie de cet ensemble, qui était désigné de façon générique de vins de ‘Corton’ depuis au moins le 18e siècle. Dans son livre d’autorité de 1855, Jules Lavalle écrivit d’ailleurs « que les vins (de la colline de Corton) se vendent ordinairement sous le nom de Corton… Anciennement, on paraît avoir désigné sous le nom de Courton (bel et bien ‘Courton’) tout le vaste climat sur le versant est de la montagne. »
En regard aux us et coutumes passés, donc selon l’esprit de la Loi de 1919, les membres du Syndicat de Défense d’Aloxe-Corton, créé en 1921, furent solidaires à fédérer les climats de vins fins de la colline, mais strictement ceux de la commune d’Aloxe, sous l’appellation Corton (réponse #7 du quiz). Ce syndicat fit ainsi intervenir la Justice pour tenter d’en restreindre le droit. En contre partie, le Syndicat de Défense des producteurs de Ladoix fit valoir qu’une partie du vignoble de la colline, située sur leur commune, se qualifiait aussi à l’appellation Corton puisque les vins qui en étaient issus se vendaient également en Corton de façon coutumière par les négociants de Beaune.

SyndicataloxeAffiche promotionnelle des années 1920 du Syndicat des Viticulteurs d’Aloxe-Corton.

L’élargissement de l’appellation Corton au fil du temps
Dans les années 1920 l’aire de l’Appellation d’Origine Corton fut limitée aux seuls climats d’Aloxe. La justice accorda en1930 le droit d’AO Corton à 29 ha de vignes sur Ladoix. Le syndicat d’Aloxe répliqua en déposant une requête. En appel, seul le climat Le Rognet de Ladoix obtint ce privilège. En 1942, l’administration des AOC confirma le statut de Grand Cru aux lieux-dits Le Rognet et Les Vergennes. Ce n’est toutefois qu’en 1978 que les autres climats de Ladoix furent gradués en GC.

La synthèse de la Côte d’Or?
Si le Corton est le seul GC en rouge de la Côte de Beaune, d’un certain point de vue la colline n’est-elle pas la synthèse de la Côte d’Or puisqu’elle amalgame sur des mêmes terroirs des rouges et des blancs, tous deux en GC.

Quiz ← Onglet précédent     Onglet suivant → Cinq clarifications