Date de publication:

(Un) classement historique des lieux-dits

Publié en mars 2019

La mention du lieu-dit d’origine figurera de plus en plus sur les étiquettes de vins des Crus du Beaujolais issus d’un seul lieu-dit. Cette disposition s’observe passablement partout, sur tous les Crus, bien que de façon plus déterminée là où l’homologation future de premiers crus est envisagée, comme sur Moulin-à-Vent et Fleurie.

Mise en situation

Au milieu du 19e siècle, deux classements des crus de la Côte d’Or ont été produits: un en 1855 par un personnage, une autorité, de Dijon, Jules Lavalle; et l’autre, en 1860, par une organisation, aussi une autorité, le Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’arrondissement de Beaune (au sujet de ces deux classements, voir ici) Ces deux classements ont constitué des références majeures à l’établissement de la hiérarchie actuelle des crus de la Bourgogne.
Un peu à la même période, précisément en 1874, Antoine Budker réalisa un classement consciencieux des lieux-dits de la grande région du Beaujolais. Budker exerçait alors une profession, ‘conducteur principal des ponts et chaussées’, qui l’amenait à parcourir l’ensemble de la région. Un recueil important réalisé à la fin du 19e siècle par Victor Vermorel et René Danguy — ‘Les vins du Beaujolais, Maconnais et Chalonnais, Étude et Classement par ordre de mérite’, (voir) / René Danguy a également co-écrit un ouvrage du même type sur les vins de la Côte d’Or— vint ajouter de la notoriété au classement de Budker en mettant en évidence l’intégralité du classement de ce dernier: « La classification de A. Budker qui nous a paru la plus complète, est celle que nous reproduisons. »

L’œnophile aguerri aux vins des crus du Beaujolais y verra un travail fiable, une référence intéressante, pertinente.

Le Classement historique (1874) de Antoine Budker

NOTES AFFÉRENTES AU TABLEAU: Antoine Budker a réalisé un classement en cinq classes; les trois premières étant assez exclusives au secteur des crus du Beaujolais et les quatrième et cinquième au Beaujolais méridional. / Les cotes de Budker citées par Vermorel et Danguy (‘Les vins du Beaujolais, Maconnais et Chalonnais, Étude et Classement par ordre de mérite’, de Victor Vermorel et René Danguy, édité vers la fin du 19e siècle (voir)) ne couvrent cependant pas la totalité des lieux-dits, considérant que Antoine Buckner lui-même n’a possiblement pas répertorié et coté tous les lieux-dits. Les lieux-dits figurant en caractères gras dans le tableau qui suit sont ceux qui, selon notre examen, existent encore actuellement sous le même nom, bien que leur orthographe soit quelque peu modifiée dans maints cas. Aussi, il apparait que certaines communes ont été sommairement répertoriées; c’est manifestement le cas de Villié-Morgon.

Produite par Antoine Budker, carte nous renseignant notamment sur la profession (Conducteur Principal des Ponts et Chaussées) que celui-ci exerçait et l’amenait à parcourir la région beaujolaise.

Selon ce classement, plusieurs lieux-dits placés sur le coteau de l’aire de Moulin-à-Vent forment un périmètre remarquable en ‘première classe’, nommément Les Caves, Rochegrès, La Rochelle, Les Vérillats, Le Moulin-à-Vent, Carquelin, Les Thorins… Il s’agit sans aucun doute de l’essaim de lieux-dits le plus estimable au sein des Crus du Beaujolais.

En greffant à ce noyau les lieux-dits de l’aire de Fleurie qui lui sont immédiatement contigus et qui figurent également en ‘première classe’, nommément Les Garrant, Poncié, La Roilette et Les Morriers, il devient évident à la lumière du classement de Budker, et certainement de l’avis général, que ce périmètre forme le cœur de la région des Crus du Beaujolais.