Date de publication:

Meursault

CLASSEMENTS

(Il est particulièrement utile de lire les notes sous le tableau)
NOTES AFFÉRENTES AU TABLEAU:
Les climats en Premiers Crus du finage de Meursault exploités autrefois et encore actuellement en vins rouges, nommément Santenots et Santenots-du-Milieu, figurent dans la couverture de Volnay Premiers Crus, l’appellation qui leur est spécifiquement attribuée. (Les climats Santenots Blancs et Les Plures sont repliés sous ‘Santenots’.)
Les classements de Jules Lavalle (1855) et Camille Rodier (1920) comportent des nomenclatures distinctes selon les productions privilégiées, vin blanc ou rouge, à l’époque de leur réalisation; chaque lieu-dit étant associé à une seule couleur de vin dans ces classements. Lavalle et Rodier ont ainsi inscrits les climats portant le nom de Santenots dans la nomenclature des vins rouges, déjà la production privilégiée sur ceux-ci au milieu du 19e siècle. Pour ces deux classements, le tableau ci-haut ne retient que les nomenclatures des climats exploités en blanc.
Les vins blancs, que blancs, produits sur le hameau de Blagny, un petit vignoble accroché au haut du versant du secteur limitrophe de Meursault et Puligny, sont rattachés aux appellations Meursault (sur cinq lieux-dits) et Puligny-Montachet (sur quatre lieux-dits). Quatre lieux-dits de Blagny sont homologués en Meursault Premier Cru (La Pièce Sous le Bois, La Jeunelotte, Sous le Dos d’Ane et Sous Blagny). Les vins rouges du hameau de Blagny sont désignés pour leur part sous l’appellation ‘Blagny’.

Carte produite par Sylvain Pitiot et Jean-Charles Servant.

Classement de Jules Lavalle (1855)

Le Dr Jules Lavalle a rédigé ‘Histoire et Statistique de la Vigne et des Grands Vins de la Côte d’Or’ en 1855. L’ouvrage est une référence majeure car il contient le premier essai de classement complet des climats de la Côte d’Or. Ce classement est réalisé par commune, par finage. La catégorisation comprend cinq surtout classes: ‘Tête de Cuvée’, ‘Première’, ‘Seconde’, ‘Troisième’ et ‘Quatrième Cuvée’. Jules Lavalle utilise aussi la mention ‘Hors Ligne’ en certains endroits, particulièrement pour le Clos de Vougeot, Corton et sur Prémeaux-Prissey). Il indique en page 92 de son ouvrage que les ‘têtes de cuvée‘ et les ‘hors ligne‘ sont dans la même classe, sans toutefois mentionner les particularités ou circonstances associées aux attributions de la cote ‘hors ligne’. Sur un aspect délicat de son classement, celui de l’éventuelle comparaison de classes identiques d’un finage à l’autre (exemple: les climats en ‘Première Cuvée’ sur Gevrey par rapport aux ‘Première Cuvée’ sur Beaune), Jules Lavalle a écrit « Je n’ai étudié les vins de chacune des communes de la Côte comme si les autres communes n’eussent pas existé et la classification que j’ai donnée n’est vraie que pour chacune d’elles prises isolément. » Le monumental travail de Jules Lavalle contient aussi le premier exercice, rigoureux, de cartographie de La Côte.

Classement du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’Arrondissement de Beaune (1860)

Le Classement de 1860 du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’Arrondissement de Beaune fut produit pour la promotion des vins de Bourgogne lors de l’exposition universelle de Londres de 1862. L’arrondissement de Beaune est un des cinq arrondissements du département de la Côte d’Or. Voici quelques extraits des notices liées audit classement: « Non seulement chaque commune, mais encore chaque climat, et souvent chaque parcelle a été l’objet d’un examen consciencieux de la part de cette Commission qui a puisé ses renseignements aux meilleures sources. De plus, avant d’être définitivement arrêté, le classement de chaque commune a été soumis à une enquête publique par M. le Préfet de la Côte-d’Or. / Les observations recueillies dans les diverses localités ont été l’objet d’un nouvel examen très approfondi et le classement a été modifié en vertu des observations qui ont été reconnues fondées. Nous osons donc le dire, le plan que nous publions présente toutes les garanties désirables de sincérité et d’exactitude. / La première classe comprend les vignes qui ont paru réunir à un haut degré toutes les conditions voulues pour produire un vin de choix; ce qu’on appelle ordinairement les têtes de cuvées et premières cuvées. La seconde classe (vulgairement nommée secondes cuvées) comprend les vignes placées dans des conditions un peu moins favorables, par rapport à la nature du sol, à son exposition, à son inclinaison. La troisième classe (troisièmes cuvées) les vignes qui, tout en produisant des vins dignes d’être classés parmi les vins fins, se trouvent placées sur l’extrême limite des bons climats. »
L’arrondissement de Beaune regroupe les finages de Santenay à Vougeot; l’arrondissement de Dijon comprend les finages de La Côte situés au Nord de Vougeot, soit de Chambolle-Musigny jusqu’à Marsannay-la-Côte.

 

La section de Meursault de la planche cartographique (produite en 1861) du classement de 1860 du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’arrondissement de Beaune.Première classe en rose / deuxième classe en jaune / troisième classe en vert.

Classement de Camille Rodier (1920)

Dans son ouvrage important ‘Le Vin de Bourgogne’, Camille Rodier, co-fondateur, avec Georges Faiveley, de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, écrit « Nous tenons à ce qu’il soit établi que nous n’avons pas cherché à faire un classement nouveau, mais que le travail que nous présentons aux lecteurs résultent de deux classements faisant autorité à des titres différents, savoir … » et il nomme les classements de Jules Lavalle (1855) et du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’arrondissement de Beaune de 1860. Il n’en adapte pas moins de temps à autre ces deux classements, avec justesse(1), d’autant que les valeurs des climats étaient certainement mieux connues quelques décennies après ceux nommés.
Après les classements historiques de Jules Lavalle et du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’arrondissement de Beaune de 18650, le classement de Camille Rodier doit également être considéré tel une référence majeure.

(1) Au sein des Premières Cuvées de son classement, Camille Rodier utilise des majuscules pour faire valoir, sobrement, les climats qu’il considère exceptionnels, ses ‘Têtes de Cuvées’ en quelque sorte; nommément, sur Meursault, les climats Les Les Santenots-du-Dessus (voir Volnay) et Les Perrièrres.

Classement de Jasper Morris (2010)

Dans son livre ‘Inside Burgundy’, Jasper Morris attribue un classement à tous les climats homologués en Grands Crus et en Premiers Crus. Si de façon générale il soutient leur rang formel, il apporte çà et là des ajustements. Sur Meursault, il accole le superlatif ‘exceptionnel’ à quelques climats.

Monthélie, Auxey-Duresses  ← Onglet précédent   Onglet suivant  → Puligny-Montrachet