Date de publication:

Fixin: physiographie/géologie

Mis en ligne en janvier 2020.

Dans ce topo:
1. Source documentaire de ce topo
2. Sur l’intérêt de la géologie, pédologie et physiographie
3. Physiographie de Fixin
4. Géologie de La Côte: genèse en capsules
5. Géologie de Fixin: contexte général
6. Aperçu des trois secteurs géologiques

1 ⇒ Source documentaire de ce topo

Le rapport ‘Caractérisation physiographique, pédologique et géologique du vignoble de Fixin et du Nord de Brochon‘ (nommé ‘rapport ADAMA’ tout au long de ce topo) réalisé en 2017 par la société ADAMA (Françoise Vannier, géologue et Emmanuel Chevigny, pédologue) est la source documentaire dominante de cette couverture. Nous remercions l’ODG (Organisme de Défense et de Gestion des producteurs) de Fixin pour l’autorisation d’utilisation du document qui nous a été accordée.
Les illustrations tirées de ce document sont désignées sous ‘extrait du rapport ADAMA’.

Voir ‘Les cartes ‘geol’ de Françoise Vannier: un événement

2 ⇒ Sur l’intérêt de la géologie, pédologie et physiographie

Il y a différents groupes et sous-groupes d’amateurs de vin. Les intéressés par la géologie, aussi la pédologie et la physiographie, forment le sous-groupe des curieux; presque une ‘espèce’. Notre ‘clientèle’ pour ce genre de couverture est plutôt restreinte. Nous le savons et nous nous échinons néanmoins à développer sur ces thèmes.

Tout vin fin renferme des ‘gènes’ de la géo-pédologie de son terroir, de même que la physiographie influe indubitablement sur son potentiel. Entre autres:
√ Le sol résulte généralement de l’altération (dégradation) du substrat sous-jacent – granite, calcaire, marne et autres − et les propriétés de chaque sol marquent le caractère du vin. Aussi, la roche intervient dans le comportement de la vigne via l’enracinement.
√ Sur un même versant, schématiquement, le profil pédologique varie selon la position – haut de versant, milieu de versant ou pied de versant –, conséquemment les profils des vins sont respectivement bien nuancés. Notamment, les Grands Crus, se situent au haut ou au milieu du versant − plus souvent au haut du versant −, les vin d’appellations communales généralement au pied du versant et les vins de l’appellation régionale toujours à l’aval du versant.
√ Une orientation moins favorable et/ou une position sur un dévers de combe où circule un courant plus frais, sont, entre autres, des paramètres physiographiques qui influent défavorablement sur le potentiel d’un terroir et, du coup, sur son classement. Notamment, tout les Grands Crus en vins rouges de La Côte sont immanquablement en retrait des combes et jamais tourné vers l’Ouest.

⇒ 3. Physiographie de Fixin

Vue en 3D

Illustration A. Vue en 3D extraite du rapport ADAMA. L’aire d’appellation régionale ‘Bourgogne’ en couleur sable. L’aire d’appellation communale ‘Fixin’ en couleur mandarine. L’aire des Premiers Crus de Fixin en rouge. L’aire en appellation communale ‘Côte de Nuits-village’ sur la commune voisine de Brochon en couleur jaune orangé.

Une caractéristique déterminante: trois combes

Illustration B, extraite du rapport ADAMA. Trois combes – Combe de Brochon, Combe de Fixin et Combe Laveau – des vallées sèches, découpent le vignoble de Fixin et sa contiguïté sur Brochon. Particulièrement rapprochées, celles-ci marquent le paysage de l’endroit comme aucun autre en Côte de Nuits. Du coup, la géologie du terroir en est substantiellement modifiée (voir à la suite: ‘Géologie: globalement trois secteurs’).

 

→ Le profil du versant

Illustration C. Une vue en coupe du versant de Fixin afférente au trait bleuté traversant le vignoble depuis la route Dijon-Beaune à l’extrémité Est de l’aire communale (annotation d’altitude: ‘264 mètres’, accompagnée d’une flèche rouge) jusqu’à la limite supérieur, à l’altitude 345 mètres, du Premier Cru Les Harvelets (comprenant trois lieux-dits délimités par des traits de couleur orange).

Le profil concave du versant de Fixin est assez typique à la Côte de Nuits.

Illustration D. En guise de référence pour les cartes montrées à la suite: carte du vignoble de Fixin et du Nord de celui de Brochon (en appellation ‘Côte de Nuits-villages’).Rappel: L’aire en appellation communale en couleur mandarine. L’aire des Premiers Crus en rouge. L’aire voisine, sur Brochon, en appellation ‘Côte de Nuits-village’ en couleur jaune orangé.

→ Les pentes

Illustrations E et F. Les pentes observées respectivement dans les aires de l’AOP communale et des Premiers Crus sont assez analogues aux aires correspondantes partout en Côte de Nuits.

Les pentes varient globalement de 3% à 5% en pied de coteau, en appellation communale;  de 10% à 20% au haut du versant du vignoble, dans les Premiers Crus.

→ Les Expositions

Les Illustration G et H montrent que le versant de Fixin est exposé globalement dans le spectre de l’Est au Sud-Est, ce qui est assez conforme à l’ensemble de la Côte de Nuits.

⇒ 4. Géologie de La Côte: genèse en capsules

Genèse géologique de La Côte / 1er épisode:
Bien succinctement, La Côte repose sur un ‘sous-sol’ formé d’une série lithologique – une séquence de strates calcaires et marneuses – qui s’est constituée en milieu marin au Jurassique, il y a entre ±150 millions et ±200 millions d’années. En fait, une mer recouvrait à cette époque la presque totalité de la France, dont le relief était bien peu marquée. Certains endroits, dont la Bourgogne, se trouvaient en eau peu profonde, en milieu tropical, ainsi propices à l’accumulation de dépôts marins. Des dépôts de différentes natures – débris de coraux et animaliers, micro-organismes, algues calcaires, etc. – s’y sont superposés et générés autant de couches rocheuses au fil des millions d’années, tel un mille-feuille. L’illustration I à la suite montre la série lithologique sous le vignoble de Fixin.

Genèse géologique de La Côte / 2ème épisode:

Il y a entre ±33 et ±23 millions d’années, à l’Oligocène, bien après que la mer tropicale se fut retirée (à la fin du Crétacé), un étirement majeur de la croûte terrestre à travers la France causa un effondrement, un fossé gigantesque, et un enchaînement de failles inhérentes. Dans le département de la Côte d’Or, le clivage occidental de ce fossé(1) se situe au pied de La Côte − sur l‘illustration J ci-dessus, la route D974 correspond en quelque sorte à l’axe ce clivage et La Côte y apparait selon 4ème épisode achevé − Aussi, un réseau de failles fragmenta le ‘couloir’ étroit qu’est le versant de La Côte. Les compartiments rocheux découpés par le réseau de failles se décalèrent les unes des autres le long des fissures en vertu des forces tectoniques. Un ‘marqueterie’ argilo-calcaire en découlera au 3ème épisode.
(1) Le fossé gigantesque, nommé ‘fossé bressan’, a été comblé depuis par des millions d’années d’alluvionnement et de colluvionnement.

Genèse géologique de La Côte / 3ème épisode:
Le phénomène de l’érosion agit incommensurablement en tout temps et en tout endroit. L’érosion a ainsi opéré avant et pendant l’Oligocène et sur les millions d’années suivantes jusqu’à une époque ‘récente’, le Quaternaire (capsule suivante). Cette érosion a ‘varlopé ‘le talus de La Côte et lissé une ‘marqueterie’, un puzzle de compartiments de calcaires divers et de marnes diverses. C’est cette ‘marqueterie’ qui caractérise la géologie des climats de La Côte, entre eux et au sein d’eux. Lillustration K ci-contre − extraite de la carte géologique de Fixin − montre la ‘marqueterie’ d’une partie du vignoble de Fixin.

 

Genèse géologique de La Côte / 4ème épisode:
À l’époque quaternaire, le paysage de La Côte subit un dernier remodelage: Il y a un peu plus d’une vingtaine de milliers années, au cours d’une période périglaciaire (climat actuel en Alaska), le sous-sol était gelé presque en permanence sur une épaisseur de vingt à trente mètres. Durant les périodes printanières et estivales une mince couche de surface était alors soumise à une alternance quotidienne de gels-dégels. Par phénomène de cryoclastie, des matériaux rocheux de tout format s’effritèrent ou se détachèrent du socle. Depuis les plateaux surmontant La Côte à l’Ouest, des torrents d’eau de fonte dévalèrent les pentes en charriant ces matériaux jusqu’au coteau si estimé. En plusieurs axes, ces puissants flots échancrèrent des vallées, maintenant asséchées et devenues les combes de La Côte. Aux débouchés des combes, les torrents s’apaisèrent et créèrent par délestage, ou encore par épandage, année après année, des deltas de ‘matériaux’, nommés ‘cônes de déjection’; ceux-ci sont de bons terroirs viticoles destinés surtout aux vins d’appellations régionales et communales.

⇒ 5. Géologie de Fixin: contexte général

Illustration L .Carte géologique de Fixin produite à l’échelle 1/10 000 par la géologue Françoise Vannier en 2017. L’information apportée est aussi inédite qu’essentielle sur la documentation de la Côte d’Or. Les cartes de Françoise Vannier font sortir La Côte de ‘l’âge de pierre’ quant à la documentation de sa géologie.
« Le vignoble repose sur un secteur intensément fracturé, avec de nombreux compartiments délimités par un réseau dense de failles. La direction des failles a guidé la mise en place des grands traits du paysage: le relief de côte entaillé par des vallées sèches (combes), l’agencement des différentes formations et par conséquent la répartition du vignoble. » Françoise Vannier.

Le contexte géologique de Fixin est globalement semblable à celui observé sur les autres finages de la Côte de Nuits. Les études géologiques produites à l’échelle de 1/10 0000  par la géologue Françoise Vannier au cours des dix dernières années dans les vignobles de Marsannay, Gevrey-Chambertin et Chambollle-Musigny, et récemment Fixin/Brochon exposent:
√ Un substratum formé d’une série de roches calcaires, surtout, et marneuses, datées du Toarcien (-170 Ms) au Callovien (-160 Ma), voir l’illustration ‘i’ plus haut;
√ Un long versant, La Côte, intensément fracturé;
√ Un réseau de failles majeures d’orientation générale Nord-Sud, correspondant à l’axe de la Côte de Nuits;
√ Des failles majeures comportent des rejets, c’est à dire des décalages le long des fractures;
√ D’autres failles de sens contraire ont configuré − étant donné les rejets et une longue période subséquente d’érosion, de ‘varlopage’ − une mosaïque de compartiments étroits;
√ Aussi, des failles également importantes se superposèrent transversalement, lesquelles furent échancrées au Quaternaire pour former les combes (voir les illustrations A et B);
√ « Ce sont d’ailleurs ces failles transversales qui permettent à chaque versant (finage) de présenter un agencement qui lui est spécifique. » (Françoise Vannier)
Le versant de Fixin comporte deux spécificités: d’une part, une prédominance, bien singulière, de ‘cônes alluviaux’ étalés sur le pied du versant; et d’autre part, la présence de marnes et argiles micacées (mica) et quartzeuses (quartz) dans la partie inférieure du versant viticole. Ce dernier type de substrat induit des sols très caractéristiques, singuliers.

Il est à préciser que la ‘mosaïque de compartiments étroits’ ne correspond pas à celle des climats ou lieux-dits. Dire ou écrire qu’il y a un correspondance relève de l’allégorie.

⇒ 6. Aperçu des trois secteurs géologiques

→ Caractérisation des secteurs

Pied de versant: prépondérance de la formation superficielle désignée ‘cône alluvial’.

 

Bas du versant du vignoble: prépondérance de la formation lithologique: marnes sableuses.

 

Haut du versant du vignoble: prépondérance de la formation lithologique Calcaire à Entroques

 

Pied de versant: prépondérance de la formation superficielle désignée ‘cône alluvial’

Les trois combes (voir l’illustration B plus haut) qui découpent le versant de Fixin et de Brochon expliquent une caractéristique dominante de la géologie de Fixin: la présence d’autant de ‘cônes alluviaux’(1) ou ‘cônes de déjection’; lesquels recouvrent au total près d’une centaine d’hectares du vignoble, essentiellement sur l’aire en AOP communale; soit sur approximativement 70% de cette aire.

(1) À l’époque périglaciaire, depuis les hauteurs des plateaux calcaires de l’arrière-pays de La Côte, les torrents d’eau issus des fontes printanières ont dévalé les axes des combes − ces ‘axes’ étaient des failles transversales à La Côte qui ont été ébréchées au fil du temps par lesdits flots  −  arrachant et charriant dans leur courant des matériaux rocheux de toutes tailles. La perte de puissance des flots aux débouchés des combes sur La Côte a amené le délestage, l’abandon − en forme de lobes se superposant année après année, jusqu’à cinq mètres de hauteur au total − des éléments charriés et créé du coup les cônes alluviaux; lesquels appartiennent au groupe de roches-mères nommées ‘formations superficielles’(2). Les cônes alluviaux du territoire de Fixin sont riches en galets et en pierres calcaires, surtout issus du Calcaire de Comblanchien.

(2) Des ‘formations superficielles‘, généralement de plus d’un mètre d’épaisseur, nappent le substratum en maints endroits sur le piémont de La Côte. Les ‘cônes alluviaux’ et les ‘grèzes litées’ (présence marginale sur Fixin, voir la légende de la carte géologique) sont entre autres des ‘formations superficielles’. Celles-ci constituent alors la ‘roche-mère‘ pour les géologues et les pédologues.

 


Un cône alluvial, ou cône de déjection, occupe un très grand périmètre du finage de Gevrey-Chambertin, Françoise Vannier, géologue, nous en explique l’origine des ‘cône alluviaux’. Son explication, portant sur le cône alluvial de Chambolle-Musigny s’applique tout autant aux cônes alluviaux de Fixin.

Bas de versant du vignoble: prépondérance de la formation lithologique: marnes sableuses (plus spécifiquement argiles noires silteuses)

Cette formation du Toarcien/Jurassique inférieur (-183 à -176 Ma) est épaisse de ±40 mètres. Le rapport ADAMA indique « argiles carbonatées, micacées, avec des lentilles plus calcaires. Les micas et grains de quartz de la taille des silts sont plus abondants en partie supérieure, formant localement des bancs indurées (psammites). Les marnes y sont oxydées, présentant des couleurs jaunâtres à verdâtres, avec de fréquents lits indurés, riches en micas. »

Extrait du rapport ADAMA. Coupe dans l’axe du quartier ‘Fixey’, soit au Nord du finage de Fixin. Les marnes sableuses forment le substrat du bas de versant. Sur la coupe montrée, cette formation est la roche-mère des lieux-dits Entre Deux Velles et En Combe Roy de l’aire communale, aussi de la partie inférieure du Premier Cru Les Harvelets.
La fine couche colorée en jaune − l’indication ‘Route D dite ‘du train » se situe approximativement au centre de celle-ci − correspond à un cône alluvial; lequel recouvre les lieux-dits La Mazière, Clémenfert, Les Chenevrières et Aux Cheminots sur la coupe.

Parmi les nombreux lieux-dits en appellation communale reposant en totalité ou en partie sur des marnes sableuses: Pommier Rougeot, Les Herbues, Les Entre-Deux Velles, En Combe Roy, Fixey, Au Pré et Aux Herbues.
Cette formation n’est observée en Côte de Nuits que sur une bande étroite, contrainte par des failles, du Sud de Couchey, dans l’appellation Marsannay, jusqu’au Nord du finage de Gevrey-Chambertin; toujours en partie basse du versant. Il s’agit d’une particularité, puisque à cette position sur le versant, les sols sont généralement issus de l’altération de formations calcaires.

Haut de versant du vignoble: prépondérance de la formation: Calcaire à Entroques

Cette formation du Bajocien/Jurassique moyen a une épaisseur de ±50 mètres. Le rapport ADAMA indique notamment « la formation est constituée principalement de calcaires riches en débris de crinoïdes, les entroques. La roche possède une couleur ocre caractéristique. »

L’illustration ci-contre montre un échantillon avec des spécimen de squelettes de crinoïdes en forme d’étoile ou roue de charrette.

 

 

Extrait du rapport ADAMA. Coupe dans l’axe du quartier ‘Fixin’, soit dans la partie Sud du finage de Fixin. Le Calcaire à Entroques forme le substrat du haut du versant du vignoble – tout au haut du versant, le Calcaire de Comblanchien forme le substratum d’une bande qui n’est pas colonisée par la vigne −. C’est la roche constitutive du Premier Cru La Perrière et de la moitié supérieure du Premier Cru Clos du Chapitre.

Ce calcaire domine la partie haute du versant de Fixin colonisé de vignes, nommément l’entièreté des Premiers Crus La Perrière et Clos Napoléon, la moitié supérieure du Clos du Chapitre et une proportion importante des Harvelets. Cette roche fut autrefois extraite de carrières sur place pour la construction de bâtiments locaux.