Date de publication:

Visiter La Côte

  • Visualiser La Côte avant votre séjour
    •  Visualisation préalable en 3D
    • Applications de géolocalisation sur La Côte
  • Propos d’introduction
    • La Côte: une originalité par elle-même?!
    • Beaune et … Dijon
    • L’arrière-scène de La Côte
  • Visiter des producteurs
  • Tournées du vignoble
    • Tournée de la Côte de Nuits
    • Tournée de la Côte de Beaune
  • Excursions incontournables
    • Ballade dans les Hautes Côtes de Beaune
    • Dijon
  • Beaune
  • Cinq promenades dans les vignes
  • Varia
    • À propos de l’hébergement
    • Achats de vins, souvenirs et livres
    • Escapades

VISUALISER ‘LA CÔTE’ AVANT VOTRE SÉJOUR

Visualisation préalable en 3D

L’application Google Earth permet la visualisation du vignoble en 3D. Il suffit de cliquer répétitivement sur le symbole graphique (trait vertical) correspondant à la position ‘Nord’ de la boussole logée dans la partie supérieure droite de l’image. Celui qui n’a jamais visité La Côte peut ainsi s’en faire une première idée.

a6Cliquez sur la photo pour l’agrandir. Photos aériennes créées à partir de Google Earth. Un peu de tâtonnement est requis pour maîtriser cette application versatile: visionnage en 3D, calcul de trajet, cartographie, détermination de dénivelé, … ; bref une diversité de fonctions géographiques.
La photo du haut fournit un premier aperçu de La Côte en entrant à Beaune par la A6 depuis le Nord; l’autoroute contourne le Mont Battois avant la sortie 24 de Beaune/St-Nicolas. Lorsque vous apercevez les premières vignes, le panorama qui s’offre à vous du côté du conducteur embrasse au premier plan le versant Nord de Savigny-les-Beaune et en arrière-plan le versant Ouest de la colline de Corton. Aux abords de la voie de sortie d’autoroute, vous longez la limite septentrionale du finage de Beaune, nommément les climats Les Marconnets, Clos du Roi et ‘l’anonyme’ Blanche Fleur.

debutdelacoteCliquez sur la photo pour l’agrandir. Cette autre photo montre l’amorce de La Côte à la frange Sud de Dijon, à Chenôve en fait, laquelle commune loge le fameux climat Le Clos du Roy inscrit dans l’AOC Marsannay. Le climat Le Clos du Roy est au dessus de la mention ‘Dijon’, quelque peu sur la gauche. La mosaïque longiligne de petites parcelles resserrées constitue le vignoble de La Côte.
Le long versant qu’est La Côte est en quelque sorte le premier relief de ‘La Montagne’, son premier talus; La Montagne (en vert foncé) étant le nom attribuée à la contrée de plateaux montagneux qui s’étendent à l’Ouest. La plaine de la Saône (mosaïque de grandes parcelles en vert plutôt pâle en partie inférieure de la photo) est immédiatement à l’Est du grand versant.

Applications de géolocalisation
Des applications sont disponibles pour vous situer dans vos ballades, nommément celle développée par Sylvain Pitiot, auteur de l’atlas ‘Climats et lieux-dits des Grands Vignobles de la Bourgogne: ‘ClimaVinea’.

Toujours est-il …
Qu’il y a deux approches pour visiter La Côte:
Dans un cas, le passionné de vins de Bourgogne réalise un ‘pèlerinage’ dans un ‘sanctuaire’ du vin. Cet admirateur est épris, accaparé, par sa découverte ou redécouverte des climats de Bourgogne, son lieu de célébrations (Beaune) et ses officiants (intervenants du vin). L’ambiance lui procure une euphorie. Celle-ci brouille, voire inhibe, sa vision périphérique, ce qui entoure le ‘sanctuaire’, La Côte. Il n’y a pas de mal.
Dans l’autre cas, un pragmatisme modère la frénésie, la ‘climats-mania’. La vision périphérique est présente, sinon partiellement. Par son comportement plus rationnel ce visiteur adjoint des visites éclectiques et de villégiature.

PROPOS D’INTRODUCTION

La Côte: une originalité par elle-même?!
Certains auteurs hors du vin ont écrit que son paysage et sa région n’auraient que bien peu d’intérêt sans son vignoble. Il y a du vrai et du faux. En fait, la physionomie de La Côte est celle d’un talus ininterrompu qui démarque une plaine sans intérêt d’un côté, la plaine de la Saône à l’Est, et une contrée de plateaux montagneux de l’autre, à l’Ouest. Le talus en question ne laisse toutefois aucunement présager le charme de cet arrière-pays. Sous l’angle de la villégiature, le premier attrait d’une visite de La Côte est ainsi nommé: son arrière-pays, les Hautes Côtes.
Le paysage même du talus qu’est La Côte n’est tout de même pas banal, enfin il ne l’est définitivement pas pour l’admirateur de vins de Bourgogne. Est-il utile de le souligner: il y a bien peu de vignobles en France qui se montrent sur une longue, bien longue, bande de vignes disposée selon une inclinaison l’exhibant de façon assez magnifique. Aussi, ce talus de vignes contient des nuances apportées particulièrement par ses mosaïques de parcelles et de climats; d’ailleurs l’UNESCO n’a t-elle pas reconnu ce patrimoine en lui conférant en 2015 le titre de ‘Paysage culturel’. L’œnophile en visite sur La Côte doit s’imprégner de ce paysage. À notre avis, la Côte de Nuits se montre de façon plus ostensible que la Côte de Beaune. Notamment, entre Nuits-St-Georges et Gevrey-Chambertin, depuis la route nationale D974 qui longe le pied de La Côte, les perspectives de La Côte sont véritablement prenantes. Ce trajet est un incontournable.

Beaune et … Dijon
Beaune est un lieu de séjour privilégié. Son peuplement est bimillénaire (voir ‘Beaune, la ville‘). Quelques-uns de ses biens historiques et culturels sont impressionnants. Le lieu était et demeure le pivot de l’activité du vin sur La Côte. Aussi son hôtellerie et sa restauration ne sont rien de moins qu’impressionnantes eu égard à sa taille (population de ±20 000 habitants). Il serait ainsi regrettable que vous ne fassiez qu’y dormir et vous ravitailler.
De plus, il serait infiniment dommage que vous séjourniez assez longuement en Côte d’Or sans que Dijon ne soit un jalon essentiel de votre programme. Autrement dit, à moins que la ‘climats-mania’ ne vous restreigne qu’à une vue étroite des seuls climats et de quelques vignerons, négliger Dijon serait du tourisme mal avisé. Au Moyen Âge et jusqu’au 19e siècle, Dijon fut un pôle majeur d’activités viticoles en Côte d’Or. Certes, les marques, les témoins, de cette activité n’y sont actuellement guère nombreux, mais la ville est remarquable et elle ne se situe qu’à une trentaine minutes de Beaune.

L’arrière-scène de La Côte
Il a été mentionné ci-haut que La Côte inaugure une contrée de plateaux montagneux placés à l’Ouest, dont le coteau en question n’en laisse aucunement présager l’attrait. Nous affirmons que le principal attrait de villégiature entourant La Côte est incontestablement son arrière-pays, les plateaux qui la surmontent, où logent notamment les vignobles des Hautes Côtes de Nuits et de Beaune. Ces plateaux montagneux comportent des paysages remarquables de vallées, escarpements, vignobles, villages, et témoins des temps passés. Il s’agit quasiment d’un incontournable.

IMG_0363Bien que le circuit que nous recommandons plus bas dans ce texte s’articule essentiellement dans les Hautes-Côte de Beaune, quelques paysages des Hautes Côtes de Nuits n’en sont pas moins captivants. La photo du haut a d’ailleurs été prise aux abords d’Arcenant en Hautes Côtes de Nuits.
Un circuit en automobile d’environ 60 à 90 minutes dans les Hautes Côtes de Nuits vous fait partir de Pernand-Vergellesses vers Arcenant par la D18, puis la D25; d’ailleurs après un coude serré de la D18, avant d’accéder à la D25, vous verrez le lavoir de Fussey, village accroché au dessus du lieu du lavoir, lequel figure sur la photo suivante. Après un demi-tour au point de vue comportant l’affiche ‘Hautes Côtes de Nuits’ de la photo du haut, au carrefour avec la D25, vous prendrez la direction de Marey-les-Fussey. De Marey, vous retournerez vers Beaune via Villers-la-Faye, ou vers Nuits-St-Georges via Chaux. À apprécier.

img_0361Le lavoir de Fussey qui vous apercevriez sur le trajet indiqué ci-devant. Seul dans le paysage, il parait insolite à première vue. Construit il y a bientôt deux siècles, il servait aux habitants de Fussey, hameau perché, reclus, sur une cime à ±250 m du lavoir.


VISITER DES PRODUCTEURS

Les domaines de grande réputation, starisés, ne reçoivent que sur rendez-vous. Ces visites sont généralement réalisables que si elles sont initiées par des intermédiaires affiliés, tel un importateur ou un agent commercial.
De nombreux vignerons, dont certains de bonne réputation, font déguster leurs vins disponibles à la vente, lesquels vins sont aimablement servis de façon générale par des préposés à cette tâche. Assurez-vous de contacter préalablement ces producteurs de bonne notoriété.
Puisqu’il est concevable que vous rechercherez plutôt des rencontres avec le producteur même, devant inclure idéalement une dégustation sur fûts, sachez alors que vous devrez préférablement annoncer un groupe. Initiez de préférence vos contacts pour des appels téléphoniques, au début ou à la fin des quarts de travail.

Des maisons de négociants-éleveurs proposent des visites avec dégustation qui incluent des passages dans des caves multi-séculaires, nommément chez Joseph Drouhin et Bouchard Père et Fils.
La visite de l’œnothèque de Joseph Drouhin qui est située à l’épicentre de Beaune est particulièrement intéressante. Couvrant une superficie totale d’environ un hectare, les caves voutées de l’endroit sont enfouies sous terre dans le périmètre de l’ancien Castrum (voir le segment ‘Époque Gallo-Romaine’ de l’onglet ‘Beaune, la ville’). Maintenant raccordées l’une à l’autre, les caves de l’œnothèque ont été successivement acquises par la famille Drouhin. Le parcours de visite montre un pressoir antique. Le lieu est en quelques sorte un ‘cénacle’. Le prix d’entrée avec dégustation en fin de parcours est de 38€ (2016).

img_0715

Une section des caves de Joseph Drouhin au cœur de Beaune. Souterrain, le lieu est insoupçonnable en déambulant au dessus, dans la ville. L’ écriteau de l’illustration de droite indique que l’œnothèque a des fortes marques historiques, remontant à la fondation de l’agglomération au 4e siècle. À visiter entre autres pour fouler un lieu aménagé bien avant l’époque des Cisterciens et qui a par la suite servi de caves aux fameux Ducs de Bourgogne. Pas banal.

img_0749_2

JOSEPH DROUIN

DANS L’ENCEINTE GALLO-ROMAINE DU IVE SIÈCLE – CAVES ET CUVERIES DE LA COLLÉGIALE DE BEAUNE DU XIII E SIÈCLE – CAVES DES DUCS DE BOURGOGNE XIV E SIÈCLE – CELLIER DES ROIS DE FRANCE


TOURNÉES DU VIGNOBLE

La-Cote-climatsCarte extraite du site officiel des ‘Climats de Bourgogne’

Tournée de la Côte de Nuits
Aspect pratique
Que ce soit pour vous rendre plus rapidement à Chenôve ou à Marsannay-la-Côte, ou pour en revenir, depuis Beaune, n’hésitez pas à emprunter l’A 31.
Ayez des cartes des climats pour les finages traversés et dotez-vous d’une application de géolocalisation.
Bien entendu le circuit est parfaitement réalisable en inversant les étapes.


Étape 1: Chenôve

Certains climats de Marsannay seront gradués prochainement en Premiers Crus, dont au premier rang le fameux Clos du Roy de Chenôve. Ce climat est attenant aux Pressoirs des Ducs de Bourgogne situés à Chenôve. Vous longez le sentier attenant au bâtiment des pressoirs et Le Clos du Roy est à son extrémité. La pente du coteau n’y est pas très prononcée. En fait, c’est là que La Côte émerge, qu’elle développe, à son extrémité Nord, sa physionomie de coteau ininterrompu. Vous pourriez être quelque peu surpris en constatant que Chenôve est une banlieue de Dijon. Le secteur de Marsannay (Chenôve, Marsannay-la-Côte et Couchey) était rattaché autrefois à la Côte dijonnaise.
C’est notre avis; voir Le projet de Premiers Crus’.

Pour visiter les Pressoirs des Ducs, prenez préalablement connaissance des moments d’ouvertures.
À partir de Marsannay-la-Côte (face à l’église) vous emprunterez la Route des Grands Crus  (D122) jusqu’à Vougeot.

IMG_0352Des pressoirs des Ducs de Bourgogne logent à Chenôve, un des trois finages de l’AOC Marsannay. Le climat Le Clos du Roy est attenant au bâtiment des pressoirs.

Étape 2: Gevrey-Chambertin
Il est assez aisé de stationner au centre du village dont les artères principales ont fait l’objet d’une agréable réfection; opération qui n’a toutefois pas pu élargir celles-ci, toujours exiguës. Il s’agit ici d’une simple halte. La carte géologique de Gevrey-Chambertin est disponible à l’office de tourisme. Vous pourriez aussi vous approcher du Château de Gevrey, en retrait, qui fut un prieuré des moines de l’Abbaye de Cluny au début de l’ex-millénaire, modifié depuis.

De Gevrey à Morey, la Route des Grands Crus traverse le secteur des GC. C’est là le seul segment de cette route où des GC se trouvent des deux côtés de celle-ci.
Si vous êtes à Gevrey à de l’heure du midi, envisagez un déjeuner (dîner pour les québécois) au bistro Chez Guy. Vous y reconnaîtrez des vignerons du finage. Pour une curiosité analogue, optez autrement pour ‘Le Millésime’ à Chambolle-Musigny.

img_0699 img_0701

Quelque peu en retrait du village, adjacent aux climats Les Cazetiers et Clos St-Jacques, le Château de Gevrey apparait sur la photo de gauche.
Sur la photo de droite, aussi dans le quartier du château, le Cellier des Dîmes (stockage des impôts en nature de Gibriacois) des évêques de Langres (Gevrey était rattaché au diocèse de Langres) qui a été acquis en 1956 par la père de Claude Dugat (domaine) et l’église St-Aignan. La photo de droite est prise depuis la route D31 conduisant à Chamboeuf en parcourant la fameuse combe de Lavaux. Un parcours empruntant la route inscrite dans cette combe, cette gorge, est proposé plus bas.

img_0702Une enseigne de la Route des GC accrochée vraisemblablement depuis plusieurs décennies à un mur à la sortie de Gevrey vers Morey.

Étape 3: Chambolle-Musigny
Toujours sur la Route des Grands Crus vous traverserez Morey-St-Denis, puis rendu au cœur du village de Chambolle-Musigny vous vous arrêterez brièvement pour apprécier la belle résidence du Domaine Mugnier sur la minuscule rue de Vergy; elle est attenante à celle du Domaine Roumier. Il n’y a pas de lieu à mettre en évidence sur ce parcours à travers les finages de Morey et Chambolle. Chemin faisant, vous côtoierez successivement les GC Clos de la Roche, Clos des Lambray, Clos de Tart et Bonnes Mares.

IMG_0339Les ‘combes’ désignent les vallées qui découpent La Côte en plusieurs endroits. Des failles ont déterminé ces vallées à l’Oligocène. Les combes interviennent dans la géologie de La Côte. La Combe d’Ambin, ou Combe de Chambolle-Musigny, est une incision importante. Il est saisissant de la regarder avec un peu de retrait par rapport à la Route des Grands Crus; particulièrement en raison de ses forts escarpements à son embouchure. L’étape qui suit vous amène dans le talweg de la combe.

Étape 4: Parcours de deux combes et prise de contact avec les Hautes Côtes de Nuits
À Chambolle, vous faites un virage de 90o vers l’Ouest pour prendre la directement de Curley (D122H), dans les Hautes Côtes. Après 5 km de montée dans les méandres encaissés de la Combe Ambin, autrement nommée combe de Chambolle-Musigny, avant d’arriver à Curley, tournez à droite sur la D116 en direction de Chamboeuf; vous êtes alors sur le premier plateau de l’arrière-pays de La Côte. Avant Chamboeuf, tournez à droite sur la D31 en direction de Gevrey-Chambertin. La route qui vous y mènera dévale cette fois la magistrale Combe de Lavaux, aussi une gorge impressionnante. Les sections resserrées, en lacets, sont découpées dans le Calcaire de Comblanchien. À Gevrey, ne reprenez pas la Route des Grands Crus, empruntez impérativement la route nationale D974 au bas du village pour rejoindre votre prochaine destination, Vougeot. Ce segment la route D974 offre un panorama de La Côte ‘à ne pas manquer’ puisque qu’en longeant son piémont vous en aurez une perspective saisissante.

Vous pourriez être tenté d’esquiver cette étape, cette boucle. Ce serait dommage. Jusque là c’est surtout votre enthousiasme qui vous fera apprécier le parcours. Cette étape proposée requiert une trentaine de minutes de déplacement pour obtenir un dépaysement garanti. Vous parcourrez les talwegs de deux combes majeures, deux gorges impressionnantes. Ces vallées encaissées, appartiennent de façon intime à la scénographie de La Côte; celles-ci ont contribué concrètement à la mise en place de la pédo-géologie de La Côte.

 

IMG_0328La route menant de Chambolle-Musigny vers les Hautes-Côtes s’inscrit dans la Combe d’Ambin. Notre trajet proposé monte vers les Hautes Côtes (de Nuits) depuis cette route, pour ensuite revenir vers La Côte par route sillonnant la Combe de Lavaux, laquelle débouche à Gevrey-Chambertin.

Étape 5: Clos de Vougeot
La visite de cette icône de La Côte est un must; prévoyez un arrêt d’environ une heure pour la visite de l’enceinte du bâtiment.
La route des GC s’évanouit temporairement à Vougeot.

De là, si vous étiez tenté de vous rapprocher du Musigny et des Grands Échezeaux qui sont attenants à Vougeot, optez indiscutablement pour une randonnée pédestre.

Étape 6: Vosne-Romanée
Vous voudrez sans doute vous rapprocher des climats La Romanée-Conti et La Tâche. Vous examinerez un peu béatement ce paysage de vignes qui ne ravit pas tant l’œil que l’esprit. La contemplation est un phénomène abstrait. Le village en est un de vignerons et ne comporte que peu d’attrait. L’étroite rue des Communes pourrait vous impressionner davantage que le lieu du climat de la Romanée-Conti. La séquence de belles demeures identifiées à leur propriétaire y est fabuleuse: Mugneret-Gibourg, Anne Gros, Michel Gros, François Lamarche, …

Étape 7: Nuits-St-Georges
Des stationnements publics sont situés au cœur de la ville. Le nom de Fagon, un temps médecin principal de Louis XIV, prescripteur de Bourgogne au sens propre (vrai!), est associé à cette ville qui fut l’un des trois pôles viticoles de La Côte au Moyen Age. Des revitalisations ont maintenant rendu le cœur de cette ville plus agréable à marcher, laquelle n’a cependant pas de points d’intérêts significatifs pour le tourisme culturel ou de contemplation.

Un de nos cavistes recommandés sur La Côte s’y trouve, le Cavon de Bacchus. Préparez préalablement votre liste si vous concevez y faire des achats.


Tournée de la Côte de Beaune

Avoir à l’esprit:
À l’encontre de la Côte de Nuits et sa Route des Grands Crus, la Côte de Beaune n’a pas véritablement de ‘fil conducteur’ pour prendre l’œnophile presque par la main.
Ne priorisez pas que la Côte de Blancs (Meursault, Puligny-Montrachet, …). Les secteurs de la colline de Corton et de Pommard sont indubitablement intéressants. Puis à une extrémité méridionale, le secteur de St-Romain pourrait vous séduire. Enfin, même si vous deviez résider à Beaune, vous pourriez très bien ne pas penser vous rapprocher de son vignoble! Encore, ayez des cartes des climats par finage même si vous avez une application de repérage.

Étape 1: Corton et ses alentours
Le village de Corton est compact et bien charmant. Les emplacements du domaine du Comte Senard et du Château Corton C sont remarquables. À la frange au Nord du village, aux abords du climat Les Grèves, voisin des Bressandes du côté du village, le Domaine Louis Latour y a discrètement sa belle demeure familiale, le Château de Grancey, et un vaste chai, moins discret bien que non identifié à Latour. Les vignes enveloppent systématiquement le village. Les coteaux de vignes sont très impressionnants. Leur dénivelé est le plus fort de La Côte. Parcourez entre autres le chemin qui à partir du village longe Les Bressandes. L’étape aux abords du GC Corton est obligée.
Après un virage à 90o permettant le passage d’un seul véhicule (un miroir au mur permet de constater si un véhicule s’apprête à s’engager dans l’autre sens!), la discrète route (D115D) vous mènera d’Aloxe-Corton à Pernand-Vergelesses; que des vignes en pourtour; l’immersion est totale. Le village pittoresque de Pernand est accroché au bas d’un coteau pentu.

La Table du Comte Senard est une belle opportunité pour le déjeuner (diner pour les québécois). L’endroit est remarquable tel que déjà souligné et depuis quelques millésimes les vins y sont très bons. Demandez à saluer la charismatique Lorraine Senard, la jeune dirigeante du domaine.

IMG_0478IMG_0549Le Château de Corton C sur la photo du haut et celle du Château Grancey au bas, deux des trois résidences majeures d’Aloxe-Corton. La résidence Grancey n’est pas identifiée par la maison Latour, son propriétaire. Sa perspective la plus impressionnante, montrée sur la photo, exige de contourner la propriété par les chemins de vignes.

Étape 2: Savigny-les-Beaune
Une ballade (pédestre de préférence) doit y être réalisée impérativement. Celle-ci vous dirige vers Pernand à travers les vignes. Savigny n’exerçant pas l’attrait des villages ‘cultes’ (Vosne et autres), cette balade pourrait possiblement ne pas vous enthousiasmer d’emblée. Sachez alors qu’elle figure dans notre quatuor des plus belles balades sur La Côte (voir ‘Cinq promenades dans les vignes’ plus bas).

Étape 3: Beaune, le vignoble
La lisière Ouest de la trame urbaine de Beaune est en contact immédiat avec le vignoble. Allez constater les murets mitoyens, en escalier, dans Les Grèves. Depuis Beaune, la route menant à Bouze-les-Beaune démarque les deux parties du vignoble beaunois.

Contrairement au versant septentrional (celui entre autres du climat Les Grèves) qui est achalandé par une certaine circulation de transit, une ballade à pied sera nettement plus paisible sur les chemins de vignes du versant méridional, celui entre autres du climat Clos des Mouches. Adjacent au finage de Pommard, le grand climat Clos des Mouches peut être circonscrit à la marche. Portez alors une attention à une singularité de ce vaste climat: contrairement à la forte majorité des contextes de La Côte, sa physionomie est celle d’un monticule, donc convexe; du bas, vous n’apercevez pas le haut et vice versa; et du côté Nord vous n’apercevez pas le côté Sud et vice versa.

IMG_0260Les multiples murets du climat Les Grèves du finage de Beaune. Les murets atténuent l’érosion.

Étape 4: Pommard
À l’instar de Nuits-St-Georges et Savigny-les-Beaune, le finage de Pommard est carrément découpé en deux parties, Nord et Sud. Ce finage est singulièrement très étroit, soit un peu plus de deux kilomètres de longueur; celui de Nuits-St-Georges étant comparativement d’environ huit km. Très encaissée, la gorge creusée dans l’axe de la rivière Vendaine crée cette séparation. Les deux versants se font face en bonne partie.
Les deux principaux axes de transit en Côte de Beaune, les D 973 et D974, sont en retrait des villages vignerons. Pommard est cependant une exception puisque la D973 le traverse, de façon heureuse pour le touriste. La halte à Pommard n’est définitivement pas à esquiver. Son petit pôle de restauration et de ravitaillement est agréable. Vous voudrez faire le tour de l’église. Vous y verrez en pourtour des plaques bien suggestives: Domaine du Comte Armand, Domaine de Courcel, Domaine Parent, … Ne manquez toutefois pas de franchir la D974 pour vous approcher du Château de Pommard et de ses beaux jardins; un stationnement est d’ailleurs attenant.

img_0515_2Le clocher de l’église St-Pierre et Ste-Agnès de Pommard. img_0512L’enceinte extérieure du Domaine des Épeneaux dont l’entrée est attenante à la Place de l’Église. Les enseignes de plusieurs producteurs réputés s’observent autour de la Place de l’Église et les rues qui la circonscrivent.

IMG_0496Aux abords du point de départ de la ballade à Pommard qui vous est proposé à la suite (‘Cinq promenades dans les vignes’), un jeu de murets en escalier dans le climat Les Charmots de Pommard.

Étape 5: Volnay
La circulation  en automobile dans ce village resserré et collineux est difficile. Stationnez sur l’esplanade de la Place de l’Hôtel de Ville et marchez jusqu’au Domaine d’Angerville, au bas de la rue de Mont. Si la porte d’accès à la propriété devait être entrouverte et qu’une gêne ne vous immobilise pas, entrez et demandez la permission de jeter un regard sur le Clos des Ducs (Premier Cru), qui est intégré à l’enceinte murée de la propriété. Le lieu est magnifique et si vous êtes perspicace vous situerez l’endroit où fut prise la photo de notre héros principal de l’histoire de la Bourgogne, Sem d’Angerville. Aussi, la somptueuse propriété murée du Domaine de la Pousse d’Or vous captivera si vous avez eu la bonne idée d’y prendre préalablement un rendez-vous.

Étape 6: la Côte des Blancs
Allez au centre de Meursault. La place de la mairie et ses alentours ont été agréablement réaménagés pour offrir une aire ouverte prioritairement dédiée aux promeneurs; l’office du tourisme de Meursault voisine cette esplanade. À distance de marche du centre, la visite du Château de Citeaux est une opportunité pour l’appréciateur. Entouré de vignes, celles du Domaine Philippe Bouzereau, le château est bâti sur les fondations d’une des premières constructions des Cisterciens au 12e siècle. Il abrite un hôtel qui accueille des expositions ouvertes au public. Magnifique, l’endroit est sobre et chic à la fois. Deux belles demeures vigneronnes au tuiles vernissées lui font face.
Vous vous dirigerez ensuite vers Puligny-Montrachet en prenant la petite route D113b qui relie directement Meursault à Puligny-Montrachet. À un peu plus de 500 mètres après la sortie de Meursault, prenez le chemin à droite qui longe la D113b en s’en éloignant graduellement; une route étroite, à partager avec les cyclistes (balisage en ce sens), bordant les Premiers Crus, ceux de Meursault d’abord (Poruzot, Genevrières, Perrières, …), puis ceux de Puligny (Champs Canet, Combette, …); une application de localisation de climats y est essentielle. La route en question vous mènera au Montrachet. Aux abords du Montrachet, vous aurez la même réflexion qu’à Vosne: la nature y a privilégié le pédo-géologie, cependant moins le paysage.
Tournez immédiatement à gauche sur la D113a pour vous rendre au cœur de Puligny-Montrachet, peut-être le plus coquet des villages de La Côte. Faites une pause à la Place des Marronniers au centre du village. De Puligny-Montrachet, vous pourrez entreprendre un parcours incontournable, celui des Hautes-Côtes de Beaune.

Un stationnement public est attenant au Château de Citeaux, côté du centre de Meursault.
Nous apprécions la table du midi au restaurant Le Montrachet à Puligny-Montrachet, dont la salle à manger est vaste et remarquable.

img_0696L’hôtel de ville de Meursault et la fontaine de la nouvelle esplanade piétonne.


EXCURSIONS

Balade dans les belles Hautes Côtes de Beaune

Ce circuit peut bien entendu être entrepris à une extrémité ou l’autre.

arriere-paysCarte illustrant la Côte de Beaune et les Hautes Côte de Beaune. Les trois destinations de l’excursion proposée y sont indiquées: Meloisey, St-Romain et Orches.

IMG_0505_2

ÉTAPE 1: vers Meloisey

Depuis le centre de Pommard, engagez-vous sur la route D17 conduisant à Meloisey, en passant par Nantoux. Ce segment du circuit, réalisé en moins de quinze minutes, sera votre premier contact avec les Hautes Côtes, une contrée de vallées, de collines et d’escarpements, ou s’adossent ça et là des vignes dans les parties les moins hautes. À Meloisey, chouette village placé passablement en altitude et aux nombreuses résidences séculaires visiblement soigneusement entretenues, allez tout au haut de la montagne depuis la rue des Glacies. De là quittez votre auto pour apprécier le panorama se projetant jusqu’au Mont Blanc, par jour clair. Puis revenez sur  vos pas pour vous diriger vers St-Romain.

IMG_0556Le village de Nantoux qui est bordé de vignes en AOC Bourgogne Hautes Côtes de Beaune.

img_0559Sur la crête qui surmonte le village de Meloisey, vue de celui-ci avec en fond de scène la plaine de la Saône. Par temps clair on y voit jusqu’au Mont Blanc.

ÉTAPE 2: St-Romain
St-Romain est désigné appartenir au vignoble de La Côte. En y entrant depuis les Hautes Côtes, comme c’est le cas dans ce parcours accidenté, nul ne pourrait concevoir ce rattachement. Pernand-Vergelesses, en Côte de Nuits, produit un même sentiment de dépaysement lorsqu’on y pénètre par les Hautes-Côtes. L’indice de cette appartenance à La Côte n’est apporté que par les plaques aux noms des vignerons connus des vinophiles. À St-Romain, sachez que vous êtes engouffrés au confins d’une vallée qui, en aval, traverse le territoire d’Auxey-Duresses et débouche sur Meursault, à cinq kilomètres de St-Romain. En fait, les combes, les vallées, du secteur des finages entre autres de Monthélie, Auxey-Duresses et St-Romain sont évasées, radiculaires et pénètrent l’arrière-pays. Les paysages de St-Romain sont pittoresques.

St-Romain est aux confins d’une vallée qui, en aval, traverse le territoire d’Auxey-Duresses et débouche sur Meursault, à cinq kilomètres de St-Romain.

Court trajet pédestre à réaliser à tout prix pour des paysages inoubliables: allez à St-Romain-le-Haut. De là il est aisé de repérer le sentier qui circonscrit les ruines du seigneur qui régnait jadis sur cette contrée. Placé en surplomb, ce château, c’est à dire ses ruines puisque les pierres de son bâti ont été ‘réquisitionnées’ pour des constructions environnantes, offre un panorama sur près de 270o.

img_0697À St-Romain-le-Haut, votre point de départ à pied pour accéder au lieu du panorama circulaire situé aux ruines de l’ancien logis du féodal qui régnait jadis sur la contrée.

ÉTAPE 3: Orches
Mettez le cap sur Orches (10 minutes de route); via un court retour sur vos pas pour reprendre la D17 et accéder rapidement à la D17i afin de longer les falaises érigées en corniche, en surplomb de La Côte. Pour un frisson, chemin faisant sur la D17i, faites un arrêt en lisière des corniches à un des points de vue ‘informels’ (non aménagés). La partie haute de Orches, par laquelle vous entrez, est resserrée sur un plateau étroit accroché à une falaise. Si St-Aubin était désorientant, Orches est alors déroutant.

IMG_0567

IMG_0568Le village de Orches sur la photo du bas. Sur la photo du haut, dans la partie haute du village, la route de liaison avec les Hautes Côtes qui longe les falaises.

Incontournable Dijon

Lieu majeur d’histoire, de culture et autrefois du vin, la ville de Dijon n’est qu’à une trentaine de minutes de Beaune. Si bref soit-il, le contact avec son cœur historique doit s’inscrire impérativement dans un séjour sur La Côte. Bien que les marques, les témoins, en soient aujourd’hui bien peu nombreux, son passé viticole est aussi concret que celui de Beaune. Les fameux Ducs de Bourgogne, ces spécialistes avant-gardistes des relations publiques, y ont établi leur ‘pied à terre’ en Bourgogne après avoir siégé antérieurement à Beaune.
Jusqu’au 19e siècle, la Côte dijonnaise, avec bien entendu Dijon pour pôle, englobait entre autres les finages des communes alignées jusqu’à Gevrey-Chambertin inclusivement. L’émancipation des vignerons de La Côte au début du 20e siècle fut en large partie animée par l’élite intellectuelle de Dijon. Encore aujourd’hui, la nouvelle effervescence de la documentation de La Côte (historique, géologique, …) émane de Dijon, particulièrement d’intervenants de son université. Le rôle joué par les acteurs dijonnais dans l’inscription de La Côte au Patrimoine mondial consacré par l’UNESCO en 2015 a d’ailleurs été déterminant. Ceci dit, Dijon est belle et animée. Des marquages incrustés dans les trottoirs, des chouettes, jalonnent des circuits touristiques. Un livret, ‘Le parcours de la chouette’ est vendu pour 3,5€ (2016) à l’office du tourisme, situé près du Palais des Ducs.

Vous rendre sans stress à Dijon

Nous n’encourageons pas de vous y rendre en auto. Garez votre véhicule près d’une station périphérique du tram pour ensuite l’emprunter. Celui-ci est tout autant à la tendance urbaine du moment que celui de Bordeaux ou de Nantes dont on dit tant de belles choses.
Suggestions: stationnez votre auto aux abords de la station de Chenôve, commune voisine de Marsannay-la-Côte, pour y prendre le tram (station terminale d’un circuit menant au centre de Dijon); il est assez aisé de trouver un espace de stationnement en périphérie de cette station. Sinon, peut-être encore mieux, prenez le train depuis Beaune (au plus 30 minutes) ou de Nuits-St-Georges. Les gares de Beaune et de Dijon sont à cinq minutes de marche de leur épicentre respectif. Ne manquez pas de déjeuner à une des nombreuses terrasses de la Place (hémisphérique) de la LIberté. À lire au sujet du circuit touristique de Dijon:

6039-pavy-boucleL’emblème du ‘parcours de la chouette’. Le parcours du Dijon historique est indiqué par un marquage à cet effigie au sol. 3730-parcours-de-la-chouette-office-de-tourisme-de-dijon-2Un livret didactique sur le parcours est disponible à l’office du tourisme. Ne vous contentez pas que de la carte. Autrement, dotez-vous de lapplication mobile sur le circuit:

BEAUNE

Est-il à dire que l’Hôtel-Dieu de Beaune constitue une destination à lui seul. Les autres points touristiques ne rivalisent pas avec cette institution superlative. Nous recommandons: la ballade des remparts, la Collégiale Notre-Dame dont l’intérêt est davantage spirituel qu’architectural, aussi le beau parc de la Bouzaize, un orgueil à juste titre des beaunois, qui est généralement ignoré des touristes alors que ce parc jouxte les Premiers Crus de Beaune dont immédiatement Les Teurons. Quant aux musées, nous surprendrons peut-être en nommant en premier lieu le Musée des Beaux Arts et ensuite celui du Musée du Vin de Bourgogne, dont les pressoirs séculaires magistraux peuvent être vus sans avoir à débourser le droit d’entrée. En fait, Beaune est une ville à déambuler, depuis sa Place Carnot vers ses rues commerciales piétonnes et ses rues périphériques.



PROMENADES  DANS LES VIGNES (DE PRÉFÉRENCE À LA MARCHE)

Nos critères: immersion dans les vignes, panorama, caractère pittoresque, chemin praticable à la marche et proximité de Beaune.

À Savigny-les-Beaune: en approchant du centre de Savigny depuis la D2, prenez le chemin immédiatement attenant à l’emplacement (soigné) de la maison Henri de Villamont du côté du village. Bordé de mûrs de pierres, le premier tronçon de ce parcours est saisissant. Ce chemin vous conduit à Pernand (aller-retour: ±5 km) en longeant successivement, entre autres, les climats Aux Guettes, Aux Clous, Aux Serpentières, Les Lavières, Les Vergelesses, Ile de Vergelesses, … Vous y aurez notamment une vue jumelée du coteau Sud-Ouest de Corton et du village pittoresque de Pernand-Vergelesses.

img_0536Les premiers moments de ce parcours sur un chemin bordé de beaux murs de pierre. img_0718Une vue de Pernand-Vergelesses et de la section Sud-Ouest de la colline de Corton. Perspective obtenue de la route de transit située quelque peu en retrait du parcours proposé.

À Pommard: Sur son coteau Nord, un chemin de vignes longe la lisière supérieure des climats voisins Les Arvelets et La Chanière (lisière inférieure des climats Les Charmots et La Platière). Depuis la route D973 qui vous mène de Beaune à Pommard, tournez à droite à l’indication ‘Meloisey-Nantoux’ sur un chemin longeant d’abord le Clos des Épenots; tournez à droite au carrefour du deuxième stop, puis immédiatement à gauche à moins de 20 mètres pour parvenir au chemin de la promenade. Vous y aurez une vue en plongée du village de Pommard et un panorama complet du versant Sud du finage. Parcourez environ 1,5 km sur ce chemin de vignes tranquille pour mériter une vue étonnante de l’arrière-pays. Chemin faisant, vous serez titillé par une porte en pierres juchée en hauteur d’un clos dénudé de ses murs. Ce portail est identifié au Clos de la Platière (climat La Platière).

 

img_0750Ce portail identité au Clos de la Platière, extrait de ses murets, est situé dans la partie supérieure du versant Nord de Pommard. Si la perspective de la photo devait se prolonger vers la droite, on y verrait le flanc Sud de Pommard, dont les climats moins bien exposés sont homologués en appellation village.

À Aloxe-Corton: un chemin situé dans la partie haute du coteau de vignes ceinture la colline de Corton. Vous pouvez y accéder entre autres par le Chemin de Charlemagne (son accès se situe à environ 200 m à la sortie du village d’Aloxe par la route D115d conduisant à Pernand). Parcourez lentement environ deux cents mètres sur ce chemin de vignes en montée jusqu’à une fourche démarquée par un gros arbre; choisissez la gauche pour vous diriger vers le versant de Corton-Charlemange, sinon la droite pour le versant des Cortons rouges; vous n’aurez pas d’ennui à stationner près du gros arbre pour poursuivre à pied). Pour une ballade sérieuse, le site bouger-nature-en-bourgogne propose un tour de la butte de Corton, une randonnée en boucle de 7km, de niveau facile.

À Beaune: pour parcourir le vignoble beaunois à pied, choisissez le coteau méridional du finage qui est quadrillé de chemin de vignes nettement plus paisibles à parcourir que ceux du versant septentrional. Rendez vous d’abord au très beau Parc de la Bouzaize qui est limitrophe au climat Les Teurons du versant septentrional. De là rejoignez tout près le versant méridional, qui est démarqué du versant septentrional par l’avenue Charles Jaffelin, laquelle correspond à la route de Bouze-les-Beaune.


VARIA

À propos de l’hébergement
Un seul conseil sous cette rubrique: cherchez à localiser votre hébergement afin de n’avoir que des distances très courtes à parcourir après des repas accompagnés assez inévitablement de consommation de vin(s). Un hébergement à Beaune vous permettra de vous déplacer fréquemment à pied, alors qu’un emplacement pour plusieurs jours consécutifs dans un village de La Côte entraînera assez inévitablement un ou des déplacements motorisés, à fortiori si vous séjournez en villégiature.

L’intérêt d’un gîte à Beaune: En plus d’y ouvrir des bouteilles ‘sans majoration de prix’, s’y ravitailler est agréable. Voici quelques adresses:
√ Marché local du samedi matin: tout, tout, pour la bouffe, incluant un bon producteur de foie gras Pascal Laprée (emplacement discret);
√ Poissonnerie: Poissonnerie Virginie Brouant (la seule ‘Ouvrier de France’ de sa catégorie);
√ Fromagerie: Alain Hess sur la Place Carnot; vous y retournerez plusieurs fois, d’autant que l’endroit dispose également d’une large gamme d’excellents produits du terroir et de consommation régulière;
√ Pâtisserie: Millot (autrefois Bouché) à la Place Monge et depuis peu Fabien Berteau, 18 rue Monge;
√ Apéro hors du gîte: Maison du Colombier (1 Rue Charles Cloutier) qui appartient à Rolland Chanliaud autrefois maître du Jardin des Remparts et La Dilettante (11, rue du Faubourg Madeleine) où Laurent Brelin privilégie les producteurs de vins bio et ‘nature’.

Achat de vins, souvenirs et librairie
Acheter de belle bouteilles auprès de cavistes
Plusieurs cavistes de Beaune, établis sur les rues passantes du cœur de la ville, ciblent bien entendu les touristes. N’y perdez pas trop de temps et dirigez-vous vous plutôt vers une des adresses suivantes:

Recommandations de cavistes de vins de Bourgogne:
Le Cavon de Bacchus (Nuits-St-Georges): Si vous n’aviez qu’un seul caviste à visiter, ce serait celui-ci. Voyez le site de l’endroit et vous comprendrez.
CPH La Grande Boutique du Vin (rue du Moulin Noizé, Beaune): en retrait du cœur de Beaune, près de l’accès Sud de la A6. La gamme de Bourgognes est impressionnante, tout autant celle de Champagnes.
Athenaeum (Place Carnot au cœur de Beaune): cette boutique, unique au monde quant à sa formidable librairie, bénéficie d’allocations de domaines encensés. Les prix ne sont pas les plus sages, mais plusieurs bouteilles titilleront votre imaginaire d’œnophile. Souligner votre intérêt à devenir un client régulier afin d’obtenir une remise de 5%.
Maison Denis Perret (Place Carnot au cœur de Beaune): Cette boutique à l’accueil professionnel offre exclusivement les produits de cinq négociants-éleveurs: Joseph Drouhin, Chanson, Louis Latour, Jadot et Bourchard Père et Fils (aussi les Chablis de William Fèvre étant donné sa filiation avec la maison Bouchard Père et Fils).
La Route des Vins à Dijon (1, rue Musette): aussi des bouteilles alléchantes de toutes les régions de la France.

IMG_0470_2La ‘climats-mania’ a suscité l’instauration de nombreuses boutiques de vins à Beaune. Celle de la photo est à l’endroit d’un ex-boulanger. Dire que la boulangerie n’est pas un point fort de la gastronomie beaunoise!

Souvenirs et librairie
Un lieu qui n’est pas un commerce ‘pas comme les autres’: l’Athénaeum. La section librairie propose plausiblement le plus large éventail d’ouvrages sur le vin au monde.

Escapades
Châlon-sur-Saône, de préférence le dimanche matin, en raison de son marché animé et de l’ambiance des cafés aux abords de la cathédrale St-Vincent. Du centre de Beaune au centre de Châlon, le temps de déplacement est de moins de trente minutes de minutes par la A6. Accédez-y par l’impressionnante rue Général Leclerc, une allée d’allure hors norme considérant la taille de la ville. Chalon est la ville-centre de la Côte chalonnaise.

Autun fut une importante capitale gallo-romaine. Le trajet depuis Beaune pour s’y rendre, de près de 50 minutes, emprunte la route des crus (D973) et se prolonge dans une campagne vallonnée et très agréable. Des reliquats de son passé y subsistent. Le musée Rolin est situé dans l’ancien hôtel du chancelier du Duc Philippe Le Bon, Nicolas Rolin, le co-fondateur de l’Hôtel Dieu de Beaune avec son épouse Guigone de Salins.

Chablis est à 75 minutes de Beaune. Une journée y suffit pour découvrir adéquatement le vignoble si, et seulement si, vous avez un planning puisque sa géographie, un réseau routier en étoile avec Chablis pour centre, peut paraître labyrinthique. La ville de Chablis est certes sympathique mais a peu d’attrait. Les villages périphériques, ceux des vingt communes qui forment l’aire de l’appellation ‘Chablis’ ont peu de charme. L’intérêt se résume à l’appréciation du vignoble et sa villégiature; à moins que vous y associez une visite de Auxerre, ville à visiter immanquablement un jour.

BONNE TOURNÉE SUR LA CÔTE!