Date de publication:

Santenay: breffage

Mise en ligne: février 2020

CONTENU:
1 ⇒ Géographie et physiographie
1-A → Positionnement: extrémité Sud Côte de Beaune / adjacent extrémité Nord de la Côte chalonnaise
1-B → Aperçu général vignoble
1-C → Physiographie
2 ⇒ Santenay: varia
2-A → Quelques jalons
2-B → ‘Santenay-les-Bains’, feuilleton pluri-séculaire
2-C → Jacques-Marie Devault-Blochet: prospérité de Santenay à la Romanée-Conti / initiateur de la descendance de Villaine
3 ⇒ Le plus beau ‘coin’ de La Côte
3-A → Courte intro
3-B → Une commune, quatre hameaux
3-C → Son réseau de chemins et autres photos
4 ⇒ Données sur le vignoble
4-A → Encépagement

4-B → Superficies
4-C → Règles de conduite du vignoble
5 ⇒ Classements historiques des climats
6 ⇒ Les vins de Santanay
6-A → Catégorisation des vins rouges de Santenay?!
6-B → Quatre groupements de Premiers Crus
Bibliographie pertinente

1 ⇒ Géographie et physiographie

NB: Maintes données de ce volet sont tirées du rapport ‘Caractéristiques physiographiques, géologiques et pédologiques du vignoble de Santenay‘ (nommé ‘rapport ADAMA’ lorsque en référence dans ce texte) produit à l’échelle 1/10 000 par la société ADAMA (Françoise Vannier, géologue et Emmanuel Chevigny, géo-pédologue) et déposé auprès du commendataire, l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) de Santenay, en décembre 2018. Nous remercions l’ODG pour l’autorisation d’utilisation accordée.

1-A→ Positionnement: extrémité Sud Côte de Beaune / adjacent extrémité Nord de la Côte chalonnaise

Illustration A. Nous aimons cette carte (Pinterest) de la Côte de Beaune qui comporte une annotation en anglais que nous trouvons pertinente: « Les vins issus des trois communes incluant ‘Maranges’ en complément de nom − Dezize, Cheilly et Sampigny − sont désignées sous l’appellation communale ‘Maranges’, la plus méridionale de la Côte de Beaune, dans le département de Saône et Loire et non celui de la Côte d’Or.
Selon un axe ‘Nord-Nord-Est / Sud-Sud-Ouest’, la Côte de Beaune est assez linéaire de Ladoix à Chassagne-Montrachet, puis elle oblique vers l’Ouest, d’une vingtaine de degrés, à Santenay, du coup l’orientation du vignoble en est changée.

 

Illustration B.
Cliquez sur image en 3D pour l’agrandir et bien la visualiser.
Deux observations:
Le trait vert sur la carte délimite les départements de la Côte d’Or et de Saône et Loire.
La Côte de Beaune s’y constate de Meursault à Cheilly-les-Maranges. On peut notamment remarquer que le vignoble de Saint-Aubin, non loin de Santenay, s’appuie sur le flanc favorablement exposé d’une combe, une vallée sèche; même contexte pour Saint-Romain. Indiqué en partie inférieure gauche de l’illustration, Bouzeron est situé à l’extrémité septentrionnale de la Côte chalonnaise.

Illustration C-1.
Le trait rouge délimite la Côte de Beaune et la Côte Chalonnaise.
Parallèles au niveau de Santenay, le canal du Centre (indiqué à droite de ‘Couchois’) et la rivière La Dheune (celle-ci n’est toutefois pas mentionnée sur la carte) coulent entre l’extrémité méridionale de la Côte de Beaune et l’extrémité septentrionale la Côte Chalonnaise. En fait, ces deux cours d’eau s’inscrivent dans une ‘cuvette’ − nommée bassin houiller et permien de Blanzy et du Creusot, soit un ‘couloir’ érodé en forme de fond de bateau −.
Bouzeron (AOC), premier vignoble au Nord de la Côte Chalonnaise, est quasiment au même niveau latitudinal que Santenay. Bouzeron et Rully sont distancés respectivement de deux et quatre kilomètres à vol d’oiseau de Santenay.

Illustration C-2. Le trait rouge délimite le vignoble de Santenay. Le large trait orangé correspond à l’axe général de la Côte de Beaune; celui-ci pivote d’ailleurs vers l’Ouest sur Santanay. Les traits en jaune correspondent aux axes des vignobles de Bouzeron et Rully, à l’extrémité septentrionale de la Côte Chalonnaise.
Depuis les parties supérieures des vignobles de Chassagne-Montrachet, Puiligny-Montrachet et de tous les autres vignobles de la Côte de Beaune, c’est la plaine de la Saône qui est aperçue vers l’Est. Vers la même direction depuis le haut du versant de Santenay, ce sont plutôt les premières collines de la Côte Chalonnaise qui sont aperçues.


1-B → Aperçu général vignoble

Illustration D. Source: rapport ADAMA. Une combe (une vallée sèche) importante, la combe Saint-Jean, découpe le vignoble en deux secteurs. Le talweg de celle-ci traverse ‘Santenay-le-Haut’ (indication sur la carte). La combe se constate très bien à partir des lignes de niveau des illustration ‘F’ et ‘G’ à la suite.

Illustration E. Cliquez sur celle-ci pour l’agrandir et mieux l’observer.
Le vignoble de Santenay est circonscrit par le trait rouge, auquel il y a lieu d’annexer celui, minuscule (*) en orange qui appartient à la commune de Remigny.

Le trait en vert correspond à la limite commune des départements de la Côte d’Or et de Saône et Loire. Le lieu-dit ‘Les Champs Claude’ (appellation communale ‘Santenay’) est dans le périmètre de la commune de Remigny.
La combe Saint-Jean, qui sectionne au Sud le versant de Santenay se constate plus nettement dans les illustrations placées à la suite.


1-C → Physiographie

Illustration F. Source: rapport ADAMA. La couleur, du vert pâle au marron, s’accroît en intensité selon la valeur d’inclinaison de la pente, de la plus faible à la plus forte. Au pied du coteau, la pente est très faible (0 à 2%) et celle-ci gradue, de l’aval vers l’amont, progressivement de faible (2 à 5%), à modérée (5 à 10%), à forte (10 à 20%, voire à très forte (au dessus de 20%).

Illustration G. Nous aimons cette autre carte tirée de l’intéressant ‘Inside Burgundy’ (2010) de Jasper Morris qui illustre bien les lignes de niveau et fournit ainsi un bon aperçu de la physionomie de Santenay. La combe Saint-Jean découpe Santanay en deux parties.

Illustration H. Source: rapport ADAMA. Le texte d’accompagnement de l’illustration ‘A’ indique que ‘la Côte de Beaune est assez linéaire − selon un axe ‘Nord-Nord-Est / Sud-Sud-Ouest − de Ladoix à Chassagne-Montrachet, puis elle oblique vers l’Ouest, d’une vingtaine de degrés, sur Santenay. Du coup l’orientation du vignoble en est changée‘. Ainsi le vignoble est surtout exposé selon un spectre du Sud-Est au Sud.
Les Premiers Crus sont surtout exposés au Sud-Est. Les climats en appellation communale ont des expositions variables; notamment ceux logés sur le flanc septentrional de la combe Saint-Jean ont une exposition au Sud/Ouest, versus à l’Est pour ceux du flanc méridional.



2 ⇒ Santenay: varia

2-A →  Quelques jalons

• Le territoire de Santenay a une préhistoire. Des objets de peuples ayant vécu au néolithique ont été découverts aux alentours de la commune.
• Les bases d’une imposante villa romaine du premier millénaire, ont été retrouvées au lieu-dit ‘Les Caves’ de Santenay-le-Bas.
• Un castrum, un lieu de protection muré, était érigé au 9e siècle sur le site actuel du Château de Santenay. Celui-ci fut muté par la suite en forteresse, puis en maison-forte (château) doté d’un donjon, la pierre substituant alors le bois. Elle était habitée par la lignée De Cheilly des seigneurs de Santenay au 14e siècle.

À gauche: Après diverses transitions historiques sur plusieurs siècles, le Château de Santenay vers 1910.
À droite: Photo récente du Château, rénové il va sans dire, situé dans la partie haute de Santenay.


2-B → ‘Santenay-les-Bains’, feuilleton pluri-séculaire

Difficile de récapituler les multiples péripéties rattachées à l’exploitation de sources thermales et d’activités touristiques connexes pendant plus d’un siècle à Santenay. Le remarquable livre de Paul Charbon (‘Santenay et son histoire’, 2009) y consacre 120 pages d’un total d’un peu plus de 300! Quelques étapes en bref:
• L’exploitation de la fameuse source d’eau de Santenay remonte à l’époque romaine.
• En 1831 Denis Morelot (auteur notamment deStatistique de la Vigne dans le Département de la Côte d’Or ) a écrit « (Santenay) possède une fontaine salée … Un grand nombre de malades s’y rendent chaque année et se trouvent très bien de l’usage de cette eau qui est purgative. Il ne faudrait qu’un événement fortuit pour lui donner un succès de vogue. »
• Au milieu du 19e, la ‘Fontaine salée’ est exploitée de façon commerciale et attire 12 000 buveurs. Une station avec kiosque de service d’eau, restaurant et casino − table de Baccara et jeu de Petits Chevaux − y sont aménagés au tournant du siècle et inaugurés en 1904. L’établissement change de main à quelques reprises avant la Grande Guerre, laquelle en immobilise les activités. Redémarrage en 1921; le site ‘Fontaine salée’ est fermé définitivement en 1938.
• Un second projet est planifié vers 1890. Après de nombreux épisodes, l’exploitation du spa ‘Source Lithium‘ − est comme les autres une source artésienne dont l’eau émerge naturellement à la surface − qui comprend un hôtel et kiosque de service d’eau, est mis en route au tout début du 20e siècle. La Grande Guerre en interrompt également les opérations. Le site est abandonné par la suite.
• Toujours au tournant du 20e siècle, l’engouement entourant l’exploitation des sources suscite également la construction du ‘Kursall‘, un hôtel luxueux comprenant un casino. En dépit de fermetures lors des deux guerres, la durée de vie du Kursall atteint le demi-siècle. Il est fermé en 1948 par la Justice à la suite d’infractions.
• Le thermalisme est clairement à la mode à cette époque. Un autre projet est mis en route, celui de la ‘Source Carnot‘, lequel comprend un hôtel important nommé le Grand Hôtel des Bains. Des problèmes de construction s’ajoutent à d’autres de divers types. Le maire Roux dira « Il existe à Santenay un grand établissement thermal à la Source Carnot dont on annonce l’ouverture depuis plusieurs années, mais qui est fermé depuis bientôt six ans. » L’occupation des lieux sera comble … en période de guerre; les allemands l’occupent. La SNCF achète le Grand Hôtel, d’abord pour une école d’apprentis, ensuite pour une résidence de retraités, toujours bien en place.

Les quatre sources sont rachetées par la municipalité en 1956. En 1958, un nouveau site regroupant les sources Carnot et Lithium est construit et fermé par la suite.

• Le panneau de la gare indique encore aujourd’hui ‘Santenay-les-Bains’ (photo ci-contre). Un autre projet est mis en marche en 2018: « Après vingt-cinq années d’attente et une volonté continue des municipalités successives, la ville de Santenay va retrouver une activité thermale au pied de son vignoble à la renommée internationale. A vocation rhumatologique et digestive, les thermes accueilleront près de 3 000 curistes par an. » Propos de Henri Tudela, maire de Santenay (Vivre en Côte-d’Or, mars 2018)

1) Le kiosque de vente de l’eau minérale de la ‘Fontaine Salée’ 2) La terrasse des salles de jeu du site ‘Fontaine Salée’ vers 1910. 3) L’hôtel pour curistes du site ‘Lithium’.


2-C → Jacques-Marie Duvault-Blochet (1789-1874): prospérité de Santenay à la Romanée-Conti / ancêtre des de Villaine

La narration qui suit est extraite de deux ouvrages − ‘Romanée-Conti’ (1990) et ‘Le Vin de Bourgogne’ (1996) − de Jean-François Bazin (voir sur monocepage le deuxième personnage dans version Gevrey des 3M de Bordeaux)

« Ayant fait une grande partie de sa fortune en achetant tout le vin disponible en Bourgogne au lendemain de la révolution de 1848 − La révolution ayant bloqué le marché, le rusé négociant comprend qu’il faut acheter à la baisse. Il contacte son banquier parisien. « Je peux vous prêter quatre millions et même un peu plus si vous le voulez… Jusqu’à huit millions? Oui monsieur. Jusqu’à douze millions? Non monsieur. » − puis le revendant avec un énorme profit grâce au second Empire, Jacques-Marie Duvault-Blochet reste la grande figure de Santenay.
Né en 1789, négociant en vin depuis 1816, Jacques-Marie Duvault-Blochet épouse l’année suivante Sophie Blochet… Ce flamboyant personnage établi à Santenay sera … à la tête de 133 hectares vignes fines dans La Côte. À l’âge de 79 ans, il (…) achète la Romanée-Conti aux héritiers Ouvrard. À partir de 1870, ce vin (…) est transporté jusqu’à Santenay, où il est élevé dans les profondeurs du Château de Passe-temps.
Il est considéré, élu Conseiller général de la Côte d’Or. Il publie un ‘Traité sur les vins’ et en 1896 un intéressant opuscule ‘De la Vendange’. Il y étudie en effet à l’aide d’observations faites de 1822 à 1866, l’influence du moût sur la qualité du vin, plaidant pour la pleine maturité du raisin et exprimant une compétence professionnelle admirable.
(À sa mort), ses propriétés sont divisées en 341 lots entre ses deux filles. La Romanée-Conti leur est partagée de façon égale, de façon indivise. De successions en successions, dont des transaction au sein des deux descendances: Jacques Chambon cédera ses parts à la famille Leroy en 1942. Tandis que l’autre partie de la Romanée-Conti demeure au sein de la famille Gaudin de Villaine… »



3 ⇒ Le plus beau ‘coin’ de La Côte

3-A → Courte intro

Bien que plusieurs autres vignobles, ou ‘coin’,  de La Côte offrent de beaux panoramas, nous désignons Santenay en tant que ‘plus coin de La Côte’, pour trois raisons: Le vignoble en lui-même dont, entre autres, son déploiement de vignes sur les flancs de la Combe Saint-Jean. Son étalement de surprenants et remarquables hameaux. Finalement en raison de son réseau de chemins et routes en bon état, accessibles à vélo et en auto, qui permettent de le sillonner avec plaisir.

3-B → Une commune, quatre hameaux

Illustration I. Le bâti de Santenay regroupe quatre hameaux: Santenay même, ou Santenay-le-bas; et les trois hameaux Santenay-le-Haut: Narosse, La Crée et Saint-Jean-de-Narosse.

√ Le quartier de Santenay-le-Bas constitue le principal noyau de la commune. C’est celui des commerces, de l’église et du Château de Santenay. En retrait du côté Sud, se répartissent les trois hameaux réunis sous une dénomination générique de ‘Santenay-le-Haut’, où le temps semble s’y être arrêté.

Photo de Santenay-le-Bas depuis le Clos des Hâtes (cru en appellation village très prisé qui est muré et dont la porte en arche est bien visible sur la photo). La toiture du Château s’aperçoit à gauche de la porte du clos.

 

√ Resserré dans la combe, tout au haut du vignoble, le hameau de Saint-Jean de Narosse est un agréable et paisible cul de sac au pied du Mont de Sène. Avec grand charme, l’église, le cimetière et une poignée de bâtiments y sont resserrés.

Le cachet de Saint-Jean de Narosse s’ajoute à celui de quelques autres coins de Santenay.
Sur la photo de droite, l’étroite route conduisant à Saint-Jean de Narosse s’appuie côté Sud sur mur de pierre sèche.

√ Dans l’axe de la combe, en partie basse du coteau, de part et d’autre de la route menant en cul-de-sac à Saint-Jean de Narosse, sont positionnés deux hameaux. Côté Nord, le hameau de La Crée est refermé dans un quadrilatère comprenant quelques très belles demeures bourgeoises. Côté Sud, le périmètre du hameau Narosse a un bâti remarquable, rehaussé par son caractère discret. Vaut le détour, voire une destination pour les appréciateurs d’architecture.

Santenay-le-Bas n’étant pas en reste, les  trois hameaux de Santenay-le-haut − La Crée, Narosse, et Saint-Jean-de-Narosse − forment un ensemble époustouflant.

Une étape à Santenay doit compter les passages à l’emblématique moulin-à-vent Sorine, en retrait au Nord-Est du vignoble, près de la limite de Chassagne-Montrachet, et au Château de Santenay (photos plus au haut dans ce texte), au superbe toit de tuiles vernissées, dans la partie haute de Santenay-le-Bas.

3-C → Son réseau de chemins et autres photos

Son réseau accessible tant en vélo qu’en auto.

À droite ci-contre: à l’entrée de Santenay, pont traversant la rivière La Dheune.



4 ⇒ Données sur le vignoble

→ Date du décret d’appellation: 8 décembre 1936.

4-A → Encépagement

• Chardonnay et pinot blanc pour les vins blancs.
• Pour les vins rouges: pinot noir et accessoirement (maximum de 15%): chardonnay, pinot blanc et pinot gris.

4-B → Superficies

√ La superficie en appellation communale ‘Santenay’, est de 267 hectares et compte 37 lieux-dits, dont deux − Les Champs Claude (12,1 ha) et En Praron − sont situés sur la commune de Remigny qui est inscrite dans le département de la Saône et Loire. (Grille selon ‘Rapport ADAMA, indiquant INAO pour source.)
En appellation communale, cette taille place le finage de Santenay au troisième rang sur La Côte, après Gevrey-Chambertin (308 ha) et Meursault (316 ha).

√ La superficie en Premiers Crus, douze, est de 140 hectares, dans onze climats en ajoutant le Clos de Tavanne au tableau joint. Quant aux superficies en Premiers Crus, Santenay se positionne au cinquième rang sur La Côte, après les finages de Beaune (337 ha), Chassagne-Montrachet (159 ha), Saint-Aubin (156 ha) et Savigny-les-Beaune (142 ha).

Note aux ‘futés’: Les Premiers Crus sous ‘Nuits-Saint-Georges’ totalisent 148 hectares. Toutefois, le finage de Nuits-Saint-Georges même détient 101 hectares en Premiers Crus, Prémeaux-Prissey détenant les autres Premiers Crus.

Ci-contre, les Premiers Crus (selon ‘Rapport ADAMA, indiquant INAO pour source). Le lieu-dit ‘Clos de Tavannes’ est intégré au climat ‘Les Gravières’. ‘Clos de Tavannes’ est usuellement considéré en tant que climat.

√ Devons-nous préciser que Santenay n’a pas de Grands Crus.


4-C → Règles de conduite du vignoble

Exactement comme pour toutes les autres appellation de la Côte de Beaune, les vins rouges:
• Rendement autorisé par hectare pour les vins d’appellation communale: 50 hl/ha.
Rendement butoir par hectare pour les vins d’appellation communale: 57 hl/ha.
• Rendement autorisé par hectare pour les vins en Premiers Crus: 48 hl/ha.
• Rendement butoir par hectare pour les vins en Premiers Crus: 55 hl/ha.
• Degré naturel minimal de 10,5 degré pour les vins rouges d’appellation communale et de 11 degrés pour les Premiers Crus rouges.

Les vins blancs, correspondant à environ 15% de la production totale:
• Règles de rendements autorisés identiques à celles des vins rouges.
• Degré naturel minimal de 11 degré pour les vins blancs d’appellation communale et de 11,5 degrés pour les Premiers Crus blancs.


5 ⇒ Classements historiques des climats

Note: ‘Camille Rodier 1920’, crée de l’ambiguïté quant à savoir s’il classe Les Gravières en ‘Première Cuvée’ ou en ‘Tête de Cuvée’ (voir la note sous ‘Camille Rodier à la suite.)

Carte produite par Sylvain Pitiot et Jean-Charles Servant.

• Classement de Jules Lavalle (1855)

Le Dr Jules Lavalle a rédigé ‘Histoire et Statistique de la Vigne et des Grands Vins de la Côte d’Or’ en 1855. L’ouvrage est une référence majeure car il contient le premier essai de classement complet des climats de la Côte d’Or. Ce classement est réalisé par commune, par finage. La catégorisation comprend cinq classes: ‘Tête de Cuvée’, ‘Première’, ‘Seconde’, ‘Troisième’ et ‘Quatrième Cuvée’. Jules Lavalle utilise aussi la mention ‘Hors Ligne’ en certains endroits, notamment pour le Clos de Vougeot, Corton et sur Prémeaux-Prissey. Il indique en page 92 de son ouvrage que les ‘têtes de cuvée‘ et les ‘hors ligne‘ sont dans la même classe, sans toutefois mentionner les particularités ou circonstances associées aux attributions de la cote ‘hors ligne’. Sur un aspect délicat de son classement, celui de l’éventuelle comparaison de classes identiques d’un finage à l’autre (exemple: les climats en ‘Première Cuvée’ sur Gevrey versus les ‘Première Cuvée’ sur Beaune), Jules Lavalle a écrit « Je n’ai étudié les vins de chacune des communes de la Côte comme si les autres communes n’eussent pas existé et la classification que j’ai donnée n’est vraie que pour chacune d’elles prises isolément. » Le monumental travail de Jules Lavalle contient aussi le premier exercice, rigoureux, de cartographie de La Côte.

• Classement du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’Arrondissement de Beaune (1860)

Le Classement de 1860 du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’Arrondissement de Beaune fut produit pour la promotion des vins de Bourgogne lors de l’exposition universelle de Londres de 1862. L’arrondissement de Beaune est un des cinq arrondissements du département de la Côte d’Or. Voici quelques extraits des notices liées audit classement: « Non seulement chaque commune, mais encore chaque climat, et souvent chaque parcelle a été l’objet d’un examen consciencieux de la part de cette Commission qui a puisé ses renseignements aux meilleures sources. De plus, avant d’être définitivement arrêté, le classement de chaque commune a été soumis à une enquête publique par M. le Préfet de la Côte-d’Or. / Les observations recueillies dans les diverses localités ont été l’objet d’un nouvel examen très approfondi et le classement a été modifié en vertu des observations qui ont été reconnues fondées. Nous osons donc le dire, le plan que nous publions présente toutes les garanties désirables de sincérité et d’exactitude. / La première classe comprend les vignes qui ont paru réunir à un haut degré toutes les conditions voulues pour produire un vin de choix; ce qu’on appelle ordinairement les têtes de cuvées et premières cuvées. La seconde classe (vulgairement nommée secondes cuvées) comprend les vignes placées dans des conditions un peu moins favorables, par rapport à la nature du sol, à son exposition, à son inclinaison. La troisième classe (troisièmes cuvées) les vignes qui, tout en produisant des vins dignes d’être classés parmi les vins fins, se trouvent placées sur l’extrême limite des bons climats. »
L’arrondissement de Beaune regroupe les finages de Santenay à Vougeot; l’arrondissement de Dijon comprend les finages de La Côte situés au Nord de Vougeot, soit de Chambolle-Musigny jusqu’à Marsannay-la-Côte.

La section couvrant Santenay de la planche cartographique (produite en 1861) du classement de 1860 du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’arrondissement de Beaune. Première classe en rose / deuxième classe en jaune / troisième classe en vert.
Note: Le climat ‘Clos de Tavannes’ s’inscrit dans Les Gravières sur la carte.

• Classement de Camille Rodier (1920)

Dans son ouvrage important ‘Le Vin de Bourgogne’, Camille Rodier, co-fondateur, avec Georges Faiveley, de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, écrit « Nous tenons à ce qu’il soit établi que nous n’avons pas cherché à faire un classement nouveau, mais que le travail que nous présentons aux lecteurs résultent de deux classements faisant autorité à des titres différents, savoir … » et il nomme les classements de Jules Lavalle (1855) et du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’arrondissement de Beaune de 1860. Il n’en adapte pas moins de temps à autre ces deux classements, avec justesse(), d’autant que les valeurs des climats étaient certainement encore mieux connues quelques décennies après les classements historiques de Jules Lavalle et du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’arrondissement de Beaune de 1860. Le classement de Camille Rodier doit également être considéré tel une référence majeure.

(♦) Au sein des Premières Cuvées de son classement, Camille Rodier désigne, sobrement, les climats qu’il considère exceptionnel avec des majuscules, presque des ‘Têtes de Cuvées’; nommément, Les Gravières sur Santenay, le Clos de Tavanne (soit la partie Nord-Est des Gravières) et la partie inférieure de La Comme. Ceux-ci sont colorés en bleu sur la carte jointe à son classement.

Carte de Santenay associée au classement de Camille Rodier tirée de son ouvrage de 1920 ‘Le vin de Bourgogne' »

• Classement de Jasper Morris (2010)

Bien qu’il ne soit pas historique, nous avons jugé bon de mentionner ce classement. Dans son livre ‘Inside Burgundy’, Jasper Morris attribue un classement à tous les climats homologués en Grands Crus et en Premiers Crus. Si de façon générale il soutient leur rang formel, il apporte çà et là des ajustements, mais pas sur Santenay.

• Observations principales sur les classements

√ Les climats de la partie Nord (Gravières, Beauregard, Beaurepaire, …) sont classés nettement plus avantageusement que ceux de la partie Sud (Rousseau, Fourneaux).
√ Dans cette partie Nord, les climats Les Gravières et Clos de Tavannes sont les plus estimés, tel qu’en témoignent les cotes ‘Hors Ligne’  attribuées à ces deux climats par Jules Lavalle et Camille Rodier.


6 ⇒ Les vins de Santenay

6-A → Catégorisation des vins rouges de Santenay?!

Toujours est-il … part one
Que les nombreux clichés catégorisant les vins d’un finage et d’un autre sont à ‘mettre aux rebuts’. ‘Vins féminin’ pour ceux de Chambolle-Musigny, ‘masculins, virils’ pour ceux de Gevrey-Chambertin, ‘tanniques’ ceux de Pommard … et voilà que les vins de Santenay seraient une combinaison de Gevrey et Pommard selon l’Atlas des vignobles de France’ (2002) de Benoit France: ‘profonds, puissants et tanniques’. Si ces catégorisations étaient certainement réelles il y a quelques décennies, elles sont maintenant périmées. Longtemps les vignerons de chaque milieu ont respectivement entretenu des pratiques communes de vinification, donnant lieu à des types de vins, à des réputations. Ces pratiques par finage, par commune, étaient encouragés par les négociants en vin, leurs initiateurs au 18e et 19e siècles, tout aussi bien que soutenues par les coopératives de producteurs. Depuis une trentaine d’années, les futurs vignerons apprennent tous leur métier dans des écoles hors de leur milieu et réalisent des stages d’apprentissage généralement hors de leur région. Ils se sont affranchis des standards du passé; auquel phénomène il y a lieu d’ajouter celui du caractère ‘sans frontière’ de l’œnologie contemporaine, laquelle a d’ailleurs considérablement évolué au cours de la dernière trentaine d’années. En un mot, il n’y a pas réellement de description des vins rouges de Santenay. D’autant que …. voir ‘part two’ à la suite.
Consulter: Chambolle-Musigny: construit d’une réputation. Aussi Gevrey-Chambertin: construit/déconstruit d’une réputation. Également: Pommard: construit d’une réputation.

 

Toujours est-il … part two
… que si les anciennes pratiques communes à un finage sont largement tombées au cours des toutes dernières décennies, il importe alors de déterminer si le terroir de Santenay a une ‘disposition’ géologique et/ou pédologique et/ou physiographique à induire un certain type de vin. La réponse nous apparait assez simple: ‘Géo-pédologiquement’, Santenay est un ‘puzzle difficile’ de blocs de roches-mères, soit une douzaine de formations lithologiques, autant de calcaires que de marnes, relayées de façon assez éparses sur le territoire. Qui plus est, un climat donné peut comporter ‘plusieurs’ pièces du puzzle, autrement dit un climat peut être un composite géo-pédologique. Nous ne voyons donc pas comment pourrait découler un dénominateur commun, une typologie propre à Santenay, d’une géo-pédologie et d’une physiographie aussi hétéroclites.

 


6-B → Quatre groupements de Premiers Crus

Clos de Tavanne et Les Gravières du secteur Nord-Est: Certains auteurs réunissent  les crus du Nord − Clos de Tavanne, Les Gravières, La Comme, Beauregard, Passetemps, Clos des Mouches, Beauregard et Clos Faubard – dans un même regroupement apte à générer les vins les plus intéressants de Santenay. Nous concevons que Clos de Tavanne et Les Gravières doivent être détachés de cette grappe en raison de leur supplément de finesse. Ils sont orientés au Sud-Ouest, entre les altitudes 210 mètres et 240 mètres en pente modérée, soit tout de même un contexte assez inusité sur La Côte étant donné leur altitude assez basse.
Le Clos de Tavannes a un sol calcaire résultant de l’altération de colluvions, une ‘formation superficielle
Les Gravières a aussi un sol calcaire résultant de l’altération de colluvions, bien que la lisière dans sa partie haute comporte également la délitation de son substrat de Marnes de Chagny.

La Comme et Beauregard du secteur Nord-Est: Ils sont positionnés au dessus du Clos de Tavannes et de Les Gravières, en pente plus soutenu que ces derniers. Le Calcaire de Nantoux et des colluvions y constituent l’assise géo-pédologique. La nature des vins est certainement assez solide.

Beaurepaire et La Maladière (particulièrement en partie méridionle sur ce dernier climat), du secteur Nord-Est: Leur position en altitude est plus élevée que les autres Premiers Crus de ce secteur, jusqu’à ±350 mètres, en pente forte. Leur exposition est cependant presque plein Sud. Jasper Morris les dit ‘stilish’, même élégants, aux tannins peu agressifs. La description semble bonne en raison de leur dominante marneuse, la Marne de Chagny.

√ Les ‘Rousseau’ et Les Founeaux du secteur Sud-Ouest: L’important classement de l’arrondissement de Beaune de 1860 catégorise, à toute fin utile, les trois climats ‘Rousseau’ en Troisième Classe. Camille Rodier semble s’en désintéresser. Les Fourneaux ne se retrouve pas dans les classements historiques! Que dire? Les sols de ces Premiers Crus mixent des calcaires et des marnes. Nous n’avons jamais eu l’occasion de déguster des vins qui en sont issus.

Toujours est-il … part three
que bien qu’assez bien cotés, les vins de Santenay sont-ils reconnus à leur pleine valeur? Nous pensons que non. Leur localisation à l’extrémité de La Côte crée plausiblement une certaine forme de détachement auprès des oenophiles. D’autant qu’y resurgit à cette extrémité une production prédominante de vins rouges alors le long intervalle entre Volnay et Santenay est très majoritairement constitué de vignobles à vins blancs, fort nobles: Meursault, Puligny-Montrachet et Chassagne-Montrachet. Nous pensons également que l’absence de producteur(s) culte(s), chéris par les vinophiles, a une portée considérable sur la notoriété de Santenay. Cela découle éventuellement d’un cercle vicieux situationnel: produire un vin remarquable, encensé, à partir d’un bon terroir qui n’est toutefois pas un Grand Cru nécessite notamment du travail additionnel dans les vignes, des baisses de rendements et du coup un prix de revient plus élevé, alors que les prix peuvent ne pas augmenter en conséquence pendant une durée inconnue. Si bien que l’ambition et la ténacité du vigneron ambitieux doivent être hors de toutes épreuves avant que celui-ci accède à la célébrité; et encore faut-il qu’il ait des prédispositions de grand vigneron. Toujours est-il qu’il y a néanmoins une poignée de producteurs de Santenay produisant des vins très intéressants, à des prix raisonnables.

→ Bibliographie pertinente

Vannier Françoise et Emmanuel Chevigny, ‘Caractéristiques physiographiques, géologiques et pédologiques du vignoble de Santenay’, 2019
√ Bazin Jean-François, La Romanée-Conti, 1992
√ Bazin Jean-François, Le Vin de Bourgogne, 1996
√ Paul Charbon Paul, Santenay et son histoire, 2009
√ Danguy René et Aubertin Charles, Les Grands Vin de Bourgogne, 1892
√ Jacquet Olivier, Un siècle de construction du vignoble bourguignon, 2009
√ Larmat Louis, cartographie (du milieu milieu du 20e siècle)
√ Lavalle Jules, Histoire et statistique de la vigne et des grands vins de la Côte d’Or, 1855
√ Le Bien Public, articles divers
√ Morris Jasper, Inside Burgundy
√ Pitiot Sylvain, Climats et lieux-dits des grands vignobles de Bourgogne, 2011
√ Rodier Camille, Le vin de Bourgogne, 1920
www.vin.bourgogne.fr (diverses cartes)
√ décret d’appellation/cahier des charges de l’appellation Santenay (http://cavb.fr/wp-content/uploads/2011/12/CDC-Santenay-02-12-2011.pdf)
√ Classement du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’Arrondissement de Beaune, 1860

√ Bibliographie de base à toutes les couvertures sur La Côte: ICI.

Onglet suivant → Santenay: physiographie et géologie