Date de publication:

Grands Crus de Morey-Saint-Denis

Mise en ligne: novembre 2020

CONTENU:
1 ⇒ Mise en situation
1-A→ Climats et lieux-dits de Morey-Saint-Denis
1-B → Grands Crus de Gevrey, Morey et Bonnes Mares de Chambolle: un continuum
1-C → Quatre GC et 1/10
1-D → Morey-Saint-Denis: une destinée ‘low profil’
2 ⇒ Aspects de physiographie
3 ⇒ Classements historiques
4 ⇒ Clos de la Roche
5 ⇒ Clos Saint-Denis
6 ⇒ Clos de Tart
7 ⇒ Clos des Lambray
8 ⇒ Géologie
9 ⇒ Bibliographie

 

1 ⇒ Mise en situation

1-A→ Climats et lieux-dits de Morey-Saint-Denis

À Morey-Saint-Denis, les climats en Grands Crus, et seulement les climats en Grands Crus, sont des fusions de lieux-dits. Le GC Clos de la Roche (16,9 ha) fédère huit lieux-dits. En Côte de Nuits, la fusion ‘record’ appartient au GC Echézeaux qui en agglomère onze. Le Clos Saint-Denis de Morey détient le troisième podium en amalgamant quatre lieux-dits.

Partie du finage de Morey-Saint-Denis englobant principalement les Grands Crus et les Premiers Crus. À gauche, carte des climats. À droite, carte des lieux-dits.
Cliquez respectivement sur celles-ci pour les grossir.
Illustration tirée du Rapport sur la géologie et la pédologie de Morey-Saint-Denis produit par la société ADAMA en décembre 2019.


1-B → Grands Crus de Gevrey, Morey et Bonnes Mares de Chambolle: un continuum

Les Grands Crus de Morey-Saint-Denis occupent la portion centrale de la guirlande quasiment ininterrompue − seul le Premier Cru Aux Combottes de Gevrey taraude un tantinet celle-ci − de Grands Crus s’étendant, au Nord, du Clos de Bèze de Gevrey-Chambertin jusque, au Sud, aux Bonnes Mares de Chambolle-Musigny (deux illustrations ci-bas). De cette succession s’étirant sur ±3,3 kilomètres sur le versant de la Côte de Nuits, entre les altitudes de ±275 m et ±310 m, Morey en couvre ±1,4 kilomètre. René Danguy et Charles Aubertin (voir Bibliographie) écrivirent d’ailleurs dans leur ouvrage considérable de rétrospective de 1891 que « à raison de sa situation sur le plan incliné de La Côte, Morey se trouve placés au milieu des meilleurs crûs de son territoire. » Plus de 35 ans avant l’avènement des AOC, ils ajoutent que « Morey produit d’excellents vins et ceux récoltés dans certains climats, comme le Clos de Tart, Saint-Denis, au Clos de la Roche, dans les Lambrays, jouissent d’une grande réputation. » Nul doute que ce seul énoncé a contribué à fixer les Grands Crus de la commune vers la fin des années 1930, particulièrement à déterminer que les lieux-dits Clos de la Roche et Saint-Denis allaient être les porte-étendard de regroupements de lieux-dits en climats.

Cliquez sur la carte pour la grossir.
A → Bonnes Mares, Chambolle-Musigny
B → Clos de Tart, Morey-Saint-Denis
C → Clos des LambraysMorey-Saint-Denis: lieux-dits: 1) Clos des Lambray  2) Les Bouchots 3) Meix-Rentier
D → Clos Saint-DenisMorey-Saint-Denis: lieux-dits: 1) Clos Saint-Denis  2) Maison Brûlée 3) Calouère 4) Les Chaffots
E → Clos de la RocheMorey-Saint-Denis: lieux-dits: 1) Clos de la Roche  2) Les Chabiots 3) Les Fremières 4) Les Mochamps 5) Monts Luisants  6) Les Genavrières  7) Les Froichots; et 8) une fine bande (0,07 ha) du lieu-dit Les Chaffots dont une autre partie de celui-ci (1,4 ha) est inscrite dans le Clos Saint-Denis.
F → Latricières-Chambertin, Gevrey-Chambertin
G → Mazoyères-Chambertin, Gevrey-Chambertin
H → Charmes-Chambertin, Gevrey-Chambertin
I  → Chambertin, Gevrey-Chambertin
J → Griotte-Chambertin, Gevrey-Chambertin
K → Clos de Bèze, Gevrey-Chambertin
L → Chapelle-Chambertin, Gevrey-Chambertin
M → Ruchottes-Chambertin, Gevrey-Chambertin
N → Mazis-Chambertin, Gevrey-Chambertin

CLIQUEZ SUR L’ILLUSTRATION POUR L’AGRANDIR


1-C → Quatre GC et 1/10

C’est là le réel nombre de Grands Crus de Morey: Clos de la Roche (16,9 ha), Clos Saint-Denis (6,6 ha), Clos des Lambray (8,8 ha), Clos de Tart (7,5 ha) et, à la limite méridionale du territoire Morey, une surface de 1,52 hectares du GC Bonnes Mares, lequel est grand de 15,05 hectares et dont la partie substantielle, 13,54 hectares, est sur Chambolle-Musigny).
La surface en Grands Crus de Morey-Saint-Denis, 41,4 hectares, surpasse celle des deux Grands Crus de Chambolle-Musigny (24,4 ha), le finage voisine au Sud, mais demeure nettement plus faible que la superficie totale des GC de Gevrey-Chambertin ( 102,4 ha), finage au Nord, sachant que le finage de Gevrey-Chambertin occupe un long segment de La Côte.


1-D → Morey-Saint-Denis: une destinée discrète

Il nous apparait pertinent d’insérer une introspection du caractère discret de Morey-Saint-Denis.
Pourtant voisin de Gevrey-Chambertin et Chambolle-Musigny, deux prestigieux villages, et doté d’un vignoble du même acabit qu’eux − physiographie et géo-pédologie assez analogues, plusieurs Grands Crus, … − , Morey-Saint-Denis obtient depuis longtemps un niveau d’intérêt et d’estime moindre. Jean-François Bazin (voir Bibliographie) mentionne que « le vin d’appellation Gevrey-Chambertin se vend en 1970 le double de celui de Morey-Saint-Denis » et, même si l’écart de prix s’est largement amenuisé depuis, celui-ci subsiste toujours.
Quels sont donc les motifs qui expliquent ce déficit de notoriété.
D’entrée de jeu, mentionnons que son court segment − ce finage n’accapare qu’un peu plus d’un kilomètre (±150 ha de vignes en AOC village, Premier Cru et Grand Cru) de la soixantaine de kilomètres de la ‘guirlande’ de villages de La Côte − le désavantage mais peut-être pas de façon importante car l’emprise de son voisin Chambolle (±180 ha de vignes nobles) sur cette guirlande n’est guère plus élevée  et que Morey a tout de même quatre Grands Crus. Considérons d’autres explications: Pour une, il est assez clair que le suffixe de son nom composé, ‘Saint-Denis’, n’est guère prestigieux, en tout cas il n’a pas l’autorité du Musigny (Chambolle-Musigny) ou du Chambertin (Gevrey-Chambertin). Aussi, Morey n’a pas de Premiers Crus qui, par leur solide réputation, élève la notoriété du finage, tels Clos Saint-Jacques et Cazetiers pour Gevrey ou les Amoureuses, Les Charmes et Les Fuées pour Chambolle. Notre dernière explication tient à un contexte passé qui, bien que celui-ci soit périmé depuis fort longtemps, n’en a pas moins conféré un handicap considérable et pérenne à Morey: du 18e siècle jusqu’à l’avènement des Appellations Contrôlées, contrairement à, entre autres, Gevrey et Chambolle, le nom de Morey ne figurait pas parmi la panoplie de dénominations, de ‘marques de produits’ − les vins de Morey étaient notamment replié sous les dénominations Chambolle ou Gevrey, ou autres dénominations − exploitées commercialement par les négociants en vin, alors les seuls acteurs de l’activité commerciale de vins de Bourgogne. Rien ne semble avoir avantagé Morey. Notamment, au 19e siècle, pour les services essentiels comme la poste ou le train, les gens de Morey devaient nécessairement sortir du village, se rendre à Gevrey (poste et gare) ou à Chambolle (poste) et Gilly (gare). Bref, Morey-Saint-Denis fut et demeure toujours ‘low profil’.

Extrait de l’ouvrage ‘Les Grands Vins de Bourgogne de 1750 à 1870 / Production, commerce et clientèle’ de Loïc Abric (2008). Un récapitulatif de tarification du début du 19e siècle de la maison de négociant Champy. Tout au long de ce siècle et du précédent, les négociants conviennent mutuellement des dénominations de vins de Bourgogne, des ‘marques’ exploitées. Le nom de Morey n’est alors pas une dénomination; ses vins sont repliés sous d’autres dénominations au gré des négociants. Même si ils ne figurent pas sur ce récapitulatif, les noms Gevrey et Chambolle sont aussi des dénominations commerciales. Durant tout ce temps, Morey n’obtient donc pas de visibilité, du coup pas ou peu de renom. Un aspect qui explique le caractère ‘low profil’ du vignoble de cette commune.



2 ⇒ Aspects de physiographie

→ La Combe de Morey-Saint-Denis: élément géomorphologique important

Le long versant de la Côte d’Or est tailladé de nombreuses combes, des vallées sèches. Chaque finage comporte une ou plusieurs combes. La Combe de Morey-Saint-Denis découpe son versant en deux parties. Clos de la Roche et Clos Saint-Denis se situent sur la partie septentrionale; Clos des Lambray et Clos de Tart sur la partie méridionale.
Illustration tirée du Rapport sur la géologie et la pédologie de Morey-Saint-Denis produit par ADAMA en décembre 2019.

→ Position des Grands Crus sur le versant

Les Grands Crus de Morey occupent occupent la bande médiane du versant de vignes, principalement entre les altitudes 275 mètres et 300 mètres.



3 ⇒ Classements historiques

Notes:
1 → Le lieu-dit Les Chaffots comprend une partie de 2,62 hectares en Premier Cru et une partie de 1,40 hectares en Grand Cru, dont une section de 1,34 hectares dans le Clos Saint-Denis et une autre de 0,07 hectare dans le Clos de la Roche.
2 → Une partie de 0,28 hectare est inscrite dans le lieu-dit Les Bonnes Mares car bel et bien à l’intérieur des murets du Clos de Tart.
3 → Une partie de 1,52 hectare du Grand Cru Bonnes Mares s’inscrit sur le territoire de Morey-Saint-Denis, la plus grande partie de ce GC, 13,54 hectares, s’inscrit sur la commune voisine de Chambolle-Musigny.
4 → Camille Rodier a conféré le rang de ‘Tête de Cuvée’ au Clos des Lambray. Il y a lieu de considérer avec réserve cette cote en raison du proche lien de parenté de Camille Rodier avec le propriétaire d’alors du Clos des Lambray.

→ Classement de Jules Lavalle (1855)

Le Dr Jules Lavalle. (voir Bibliographie) a rédigé ‘Histoire et Statistique de la Vigne et des Grands Vins de la Côte d’Or’ en 1855. L’ouvrage est une référence majeure puisqu’il contient le premier essai de classement, complet et consciencieux, des climats de la Côte d’Or. Ce classement est réalisé par commune, par finage. La catégorisation comprend cinq niveaux: ‘Tête de Cuvée’, ‘Première Cuvée’, ‘Seconde Cuvée’, ‘Troisième Cuvée’ et ‘Quatrième Cuvée’. Jules Lavalle utilise aussi la mention ‘Hors Ligne’ en certains endroits, entre autres pour classer le Clos de Vougeot et quelques climats d’Aloxe-Corton, Prémeaux-Prissey et Maranges. Il indique en page 92 de son ouvrage que les ‘têtes de cuvée‘ et les ‘hors ligne‘ sont dans la même classe, sans toutefois mentionner les particularités ou circonstances associées aux attributions des cotes ‘hors ligne’. Au sujet de l’éventuelle comparaison de climats de classe identique d’un finage à l’autre (exemple: les climats en ‘Première Cuvée’ sur Gevrey par rapport aux ‘Première Cuvée’ sur Beaune), Jules Lavalle a écrit « Je n’ai étudié les vins de chacune des communes de la Côte comme si les autres communes n’eussent pas existé et la classification que j’ai donnée n’est vraie que pour chacune d’elles prises isolément. » Le monumental travail de Jules Lavalle contient aussi le premier exercice, rigoureux, de cartographie de La Côte.

Bien que Jules Lavalle indique que les cotes qu’il a attribué aux climats d’une commune doivent être considérés que pour la dite commune, c’est à dire qu’une même classe (exemple: Première Classe) peut ne pas correspondre à une valeur équivalente d’une commune à l’autre, nous pensons néanmoins que les classes qu’il a attribuées sur Gevrey, Morey et Chambolle sont de valeurs comparables; les trois communes étant voisines et leur versant ayant une géologie et une physiographie assez similaires.

→ Classement de Camille Rodier (édition1920)

Dans son ouvrage important ‘Le Vin de Bourgogne’, Camille Rodier (voir Bibliographie), co-fondateur, avec Georges Faiveley, de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, écrit « Nous tenons à ce qu’il soit établi que nous n’avons pas cherché à faire un classement nouveau, mais que le travail que nous présentons aux lecteurs résultent de deux classements faisant autorité à des titres différents, savoir … » et il nomme les classements de Jules Lavalle (1855) et du Comité d’Agriculture et de Viticulture de l’arrondissement de Beaune de 1860. Il n’en adapte pas moins certains éléments de ces deux classements, généralement avec justesse, d’autant que les valeurs des climats étaient certainement mieux connues quelques décennies après ceux nommés.

Camille Rodier a conféré le rang de ‘Tête de Cuvée’ au Clos des Lambray. Il y a lieu de considérer avec réserve cette cote en raison du proche lien de parenté de Camille Rodier avec le propriétaire d’alors du Clos des Lambray.

→ Classement de Jasper Morris

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un classement historique, nous avons jugé bon de l’inclure. Dans son livre ‘Inside Burgundy’ de 2010, Jasper Morris attribue un classement à tous les climats homologués en Grands Crus et en Premiers Crus. Si de façon générale il soutient leur rang formel, il apporte çà et là des ajustements. Sur Morey-St-Denis, Jasper Morris effectue une seule adaptation, le repli du climat ‘Côte rôtie’ au rang de ‘village’.

 



4 ⇒ Clos de la Roche

Découpage des lieux-dits du Grand Cru Clos de la Roche produit par Winehog. Illustration si bien réussie qu’il n’y pas lieu de tenter d’en refaire autant.
Clos de la Roche, Morey-Saint-Denis: lieux-dits: 1) Clos de la Roche  2) Les Chabiots 3) Les Fremières 4) Les Mochamps 5) Monts Luisants  6) Les Genavrières  7) Les Froichots; aussi une fine bande (0,07 ha) du lieu-dit Les Chaffots dont la partie principale de celui-ci (1,4 ha) est inscrite dans le Clos Saint-Denis.

Au regard du classement de 1855 de Jules Lavalle, le maître des classements historiques, la valeur du Clos de la Roche serait assez équivalente aux Grands Crus secondaires de Gevrey-Chambertin, ceux portant le nom de Chambertin en suffixe, tel Chapelle-Chambertin. Se situant dans le prolongement septentrional du Clos de la Roche, ces Grands Crus de Gevrey ont une partie en ‘première cuvée’ et une autre en ‘deuxième cuvée’. Lavalle cote le lieu-dit Clos de la Roche en ‘première cuvée’, tandis que les sept autres lieux-dits formant le Grand Cru Clos de la Roche sont en ‘deuxième cuvée’. En 1920, Camille Rodier a coté tous les huit lieux-dits intégralement en ‘première cuvée’, sachant qu’il a fait de même pour pour les Grands Crus de Gevrey portant complémentairement le nom de Chambertin.

Le lieu-dit Clos de la Roche n’aurait jamais été cintré de murets selon Jean-François Bazin (voir Bibliographie).

Le Clos fut promulgué Grand Cru conjointement à la promulgation de l’Appellation communale ‘Morey-Saint-Denis’, du Clos Saint-Denis en décembre 1936. Ces décrets apparaissent d’autant hâtifs − qu’une quinzaine d’Appellations d’Origine Contrôlée furent promulguées en 1936 pour la Côte d’Or − que le finage de Morey-Saint-Denis était relativement anonyme avant l’avènement des AOC (voir 1-D: ‘Morey-Saint-Denis: une destinée ‘low profil’’).

Exposé directement à l’Est et placé au coeur du versant de vignes de Morey, entre les altitudes ±270 mètres et ±310 mètres, selon une pente croissant schématiquement de ±7% à ±15%, le Clos de la Roche s’inscrit au coeur de la bande continue d’un plus de trois kilomètres de Grands Crus s’étendant du Clos de Bèze de Gevrey-Chambertin au Bonnes Mares de Chambolle-Musigny.

Toujours est-il …
… Que, malgré la discrétion associée au nom de Morey au 17e et 18e siècles ( voir ci-haut ‘Morey-Saint-Denis: une destinée ‘low profile’) quelques unes de toutes premières AOC de Bourgogne, même de France, en décembre 1936, portèrent sur Morey-Saint-Denis, soit les AOC ‘Morey-Saint-Denis’, ‘Clos de la Roche’ et ‘Clos Saint-Denis’. C’est dire qu’un syndicat de vignerons de Morey − dans le contexte de la création des Appellations à partir de 1919, en Bourgogne les multiples ‘syndicats de défense’ regroupaient respectivement des vignerons dédiés à un territoire viticole spécifique (exemples: ‘syndicat de défense de ‘Morey-Saint-Denis’ ou du ‘Chambertin’, ou de ‘Corton’) furent des intervenants essentiels face à la justice et l’INAO) − fut l’instigateur des procédures d’obtention de ces AOC auprès de l’INAO. Un homme, ou une poignée d’hommes, ont mené ces démarches syndicales. La seule référence à ce meneur, ou meneurs, que nous avons trouvé est tirée du site internet du Domaine Ponsot, qui sous la rubrique ‘histoire‘, fait valoir que « juriste de formation, Hippolyte Ponsot (photo ci-contre) est un des instigateurs du classement des vignes de Bourgogne en Appellation d’Origine Contrôlée (A.O.C.) en 1935 et 1936. »

 

Nous n’avons pas trouvé d’informations sur le périmètre initial du Clos de la Roche en 1936. En vertu d’un décret de l’INAO de 1946 (no 1706 du 26 juillet) son périmètre aurait été révisé, couvrant alors 15,34 hectares, selon les surfaces par lieux-dits figurant sur l’illustration. Les justifications de la fusion n’ont pas été retrouvées. Jean-François Bazin convient que ce sont certainement les usages passés qui ont prévalu. Est-ce à dire que les jus du lieu-dit éponyme et ceux des lieux-dits qui lui sont adjoints depuis 1936 auraient été mis en valeur conjointement sous ‘Clos de la Roche’ durant les nombreuses décennies qui ont précédé l’homologation en Grand Cru?!

Au sujet des vins du Clos de la Roche, Clive Coates (voir Bibliographie)écrit qu’ils sont « ample and classy certainly is. But dignified? I think not. It definitly does’nt stand on its dignity. » Jasper Morris (voir Bibliographie) est plus nuancé: « The greatest wines which I have had from Morey-Saint-Denis have been from Clos de la Roche, but there as been plenty of experiences which scarcely merited grand cru status. » Le dernier commentaire de Morris s’avère pertinent pour la plupart des Grands Crus.

Le Clos compte une trentaine de propriétaires, dont une dizaine détiennent de jolis surfaces et procurent vraiment de la visibilité au vignoble par leur notoriété, nommément les noms suivants: Ponsot (3,33 ha), Dujac (1,95 ha), Armand Rousseau (1,48 ha), Pierre Amiot (1,20 ha), Coquard, Loison, Fleurot (1,17 ha), Georges Lignier (1,05 ha), Hubert Lignier (1,01 ha), Leroy (0,67 ha), Louis Remy (0,66 ha), Arlaud (0,43 ha), et d’autres.

Toujours est-il …
… Que, les viticulteurs présents sur le Clos de la Roche sont majoritairement des locaux. Le nom de Armand Rousseau de Gevrey-Chambertin se remarque toutefois particulièrement chez les producteurs établis hors de Morey-Saint-Denis avec une grande surface de 1,48 hectares. Nous avons rencontré en 2013 le viticulteur et historien Henri Magnin (1924-2016) de Gevrey-Chambertin. Ce dernier n’a pas manqué de souligner que Armand Rousseau était ambitieux à acquérir de belles vignes, que sur d’excellents terroirs, et opiniâtre, très opiniâtre, pour y parvenir. Clos de la Roche est le seul terroir qu’il a acquis hors du territoire de Gevrey-Chambertin. Est-ce une indication de la valeur du Clos de la Roche?!

À gauche: périmètres des climats.

À droite: périmètres des lieux-dits.


5 ⇒ Clos Saint-Denis

En condensé, ce clos a principalement appartenu au chapitre de chanoines de Saint-Denis qui fut initialement établi en 1023 sur le mont de Vergy, sur les plateaux des Hautes-Côtes, à une dizaine de kilomètres de Morey. Après la destruction de leurs lieux durant la guerre des religions, les chanoines se déplacèrent à Nuits-Saint-Georges en 1610, où ils demeurèrent jusqu’à la Révolution. Le vignoble fut vraisemblablement planté en vignes entre 1023 et 1240. Jean-François Bazin écrit qu’il est cité pour la première fois dans les archives en 1367. Le lieu-dit n’aurait pas été ceint de murets; le terme clos signifiant alors en Bourgogne une propriété foncière, un climat.

Denis Morelot (voir Bibliographie) ( l’avait d’abord écrit vers 1830 puis René Danguy et Charles Aubertin l’ont repris dans leur remarquable et considérable ouvrage de synthèse de 1891: « Le vin du Clos Saint-Denis n’est pas tout à fait aussi fin que ceux du Clos de la Roche et du Clos de Tart, quoi qu’il soit cependant dans les qualités les plus distinguées. » Bref, au 19e, il est le moins bien coté des Grands Crus actuels de Morey.

À l’instar des appellations ‘Morey-Saint-Denis’ et ‘Clos de la Roche’, le Clos Saint-Denis fut homologué par l’INAO très tôt, en décembre 1936. À la surface du Clos (2,15 ha) furent adjointes celles de lieux-dits connexes qui lui sont toujours associés: partie de 1,34 ha de Les Chaffots, Calouère (1,30 ha) et Maison Brûlée (1,82 ha).

Le corridor de la Combe de Morey détermine sa limite méridionale. Il est exposé plein Est, entre les altitudes de ±285 mètres et ±320 mètres, selon une pente s’accentuant de ±5% au bas à plus de 20% au haut. Il est donc un peu plus haut et plus pentu que le Clos de la Roche, son voisin immédiat.

Les domaines propriétaires de parcelles sur le Clos Saint-Denis: Georges Lignier (1,49 ha), Dujac (1,47 ha), Bertagna (0,51 ha), de Chézeaux (Ponsot 0,38 ha) et une douzaine d’autres possédant des surfaces réduites.

Toujours est-il …
… Que la commune de Morey a longtemps débattu le choix du suffixe à adjoindre au nom de Morey. Ce n’est donc que tardivement, c’est à dire bien après un grand nombre de communes de La Côte − Gevrey fut la première commune en 1847 à joindre un nom de climat, Chambertin, à son identité − que fut déterminé par le conseil municipal de greffer celui de ‘Saint-Denis’. Le nom de ce climat ne figurait pourtant pas dans la fine fleur des climats de ce finage. Le classement référentiel de Jules Lavalle en 1855 le désignait en Deuxième Cuvée, alors que le Clos de Tart obtenait le statut de Tête de Cuvée, et celui de Première Cuvée pour Clos de Roche et le Clos des Lambray. Tart et Lambray eurent été des noms de suffixes non harmonieux − Morey-de-Tart ou Morey-des-Lambray (Morey-délabré!) − et au surplus disqualifiés en raison de leur état de monopole, autrement dit sans caractère communautaire comme le Clos de la Roche et le Clos Saint-Denis qui comptaient respectivement alors plusieurs propriétaires-vignerons. Le climat de Saint-Denis fut certainement choisi par défaut et pour sa connotation religieuse et son contexte fédérateur malgré son rang de Deuxième Cuvée. Vu aujourd’hui, nous pensons que le nom de Morey-de-la-Roche aurait plus de panache.


6 ⇒ Clos de Tart

Le Clos de Tart aurait été complètement emmuré en pierres sèches, soit un périmètre de 1,1 kilomètre, vraisemblablement au 15e siècle. Le Clos comprend trois bâtiments (deux sont montrés sur la photo) dont les fondations de certains remonteraient au 12e siècle. L’accès à cet ensemble immobilier remarquable se fait directement depuis la Route des Grands Crus, au cœur même du village de Morey.

Considérant la superficie importante de son vignoble, le mur de pierres sèches qui le ceinture, ses bâtiments et équipements historiques, ses accès au cœur du village face à l’église, son statut historique de Tête de Cuvée, son contexte de monopole, le Clos de Tart est définitivement le plus important des Grands Crus de Morey.

En 1141, le nom du lieu se mute de La Forge en Clos de Tart lorsque les Hospitalières de Brochon le vendent à la jeune Abbaye Notre-Dame de Tart, implantée à une trentaine de kilomètres de Morey-Saint-Denis, à l’Est dans la plaine. Les moniales de l’Abbaye Notre-Dame de Tart sont alors rattachées à l’Abbaye de Cîteaux, non loin. L’abbaye en est dépossédée en tant que bien national à la Révolution. Il est alors acquis par Charles Dumagneux de Nuits-Saint-Georges, associé de la famille Marey/Marey-Monge. Celle-ci l’acquière formellement en 1879. Le Clos demeure dans la lignée de cette dynastie jusqu’à sa vente en 1832 à la maison Mommessin du Mâconnais. Contexte impensable aujourd’hui, Mommessin fut alors le seul éventuel acquéreur à se présenter le 25 octobre à l’hôtel de ville de Morey, lieu désigné pour la vente par encan. Le Clos fut alors acquis pour 400 000 francs de l’époque. Il s’agira de seule propriété de Mommessin sur la Côte. La dernière vente du Clos est assez récente, en 2018 au holding Artemis, propriété de François Pinault de LVMH, déjà propriétaire de vignobles prestigieux en France, nommément le Château Latour à Pauillac, le domaine d’Eugénie à Vosne-Romanée et le Château Grillet, de l’appellation de même nom, laquelle est enchâssée dans l’appellation Condrieu.
Les Marey sont parmi les premiers négociants importants sur La Côte. Ils possèdent un important patrimoine des vigne nobles notamment à Nuit-Saint-Georges, endroit de leur ‘siège social’, à Vosne et à Pommard dont le Château de Pommard et le vignoble attenant. Le nom de famille du célèbre mathématicien Gaspard Monge est associé en 1795 à celui de Marey à la suite du mariage Nicolas-Joseph Marey à Jeanne-Charlotte Émilie Monge, fille de Gaspard Monge.

Toujours est-il …
… Que, son nouveau propriétaire, François Pinault (Groupe Artemis), acquéreur ambitieux de vignobles célèbres, a indubitablement pris tous les moyens pour amener le vin de Tart à son état ultime. Le contexte comporte cependant un caractère désespérant pour l’amateur de Bourgogne … avec budget limité. Déjà solide, le prix du vin sera très certainement ‘tiré davantage vers le haut’, destiné du coup à une clientèle privilégiée. Le contexte du Château Grillet est en ce sens éloquent. Depuis l’acquisition de ce joyau du Rhône-Nord par François Pinault, le vin est redevenu prodigieux, aussi son prix.

Vers 1832, Denis Morelot le classe au sein de ses Têtes de Cuvées de la Côte de Nuits, avec les climats Chambertin, Clos de Bèze, Musigny, Les Amoureuses, Romanée-Conti, La Romanée, Richebourg et La Tâche. En 1855, l’important classificateur Jules Lavalle, le désigne également en Tête de Cuvée. Idem par Camille Rodier vers 1920/1930. Dans son livre ‘Inside Burgundy’ de 2010, Jasper Morris est toutefois plus réservé vis-à-vis le Clos de Tart alors qu’il ne lui accole pas de superlatif, ‘exceptionnal’ ou ‘outsanting’ comme il le fait pour les plus fameux crus.

Il est homologué en Grand Cru en janvier 1939, quinze mois après le Clos de la Roche et le Clos Saint-Denis. Les syndicats de vignerons de Morey-Saint-Denis avaient mené les premières démarches  en 1936 auprès de l’INAO, seulement pour les crus détenus par des vignerons. Les formalités administratives vis-à-vis l’INAO pour les Clos en monopole eurent ainsi à être conduites par leur propriétaire respectif.

Le Clos de Tart aurait été complètement emmuré en pierres sèches, soit un périmètre de 1,1 kilomètre, vraisemblablement au 15e siècle. Sa superficie actuelle est de 7,53 hectares, soit 7,22 hectares fixés par le décret de 1939 et une autre de une surface de 0,28 hectares du climat voisin Bonnes Mares qui, pourtant inscrite dans l’enceinte du Clos, ne fut adjointe formellement au Clos qu’en 1965. Le Clos comprend trois bâtiments dont les fondations de certains remonteraient au 12e siècle. L’accès à cet ensemble immobilier remarquable se fait directement depuis la Route des Grands Crus, au coeur même du village de Morey; cet ensemble immobilier est littéralement unique sur La Côte. Celui-ci comprend un remarquable cellier de deux étages, dont la partie inférieure fut partiellement creusée dans la roche vers 1860 par Ferdinand Marey-Monge. Le lieu loge un pressoir à ‘perroquet et corde continue’ (photo ci-contre) de 1570 qui demeura en fonction jusqu’en 1924.

Contexte assez inusité, les rangs du vignoble sont plantés non pas dans le sens, usuel, de la pente, mais Nord-Sud avec l’objectif de réduire l’érosion. De 1995 à 2015, le régisseur du Clos fut  Sylvain Pitiot, aussi bien connu pour ses ouvrages cartographiques minutieux sur les vignobles de Bourgogne.

Le domaine produit un deuxième vin, ‘La Forge de Tart’, qui résulte de lots n’entrant pas dans l’assemblage de la cuvée principale, sans doute notamment ceux issus de jeunes vignes.

Presque de forme carré, la superficie de 7,53 hectares du Clos s’étend de l’altitude de ±270 mètres à ± 300 mètres, selon une pente évoluant de ±15% à ± 20%. Son exposition est Est-Sud-Est.

En février 2019, Neal Martin a participé à une fantastique dégustation horizontale de vins du Clos: voici le compte-rendu

Toujours est-il …
« Quasiment aucune vigne bourguignonne ne porte un nom de famille, très peu font référence à un propriétaire, ancien ou actuel. L’ascendant exercé par le climat, sa préséance sur l’enseigne commerciale ou sur l’acte de propriété est ici une valeur constante. L’ordre de la nature passe toujours avant les péripéties de la vie des hommes et l’éternel précède toujours l’éphémère. Ainsi, le Clos de Cîteaux à Vougeot perd-il assez vite son nom pour devenir le Clos de Vougeot… Seules quelques propriétés religieuses ont fait souche: Clos de Vougeot, Clos de Tart rappellent ces abbayes. Les exceptions à cette règle sont assez rares: Corton-Grancey (unique exemple d’un Grand Cru ayant acquis par histoire et tradition le droit de porter un nom de famille, devenu une marque) … » Jean-François Bazin, ‘Le vin de Bourgogne’, édition 1996.

 



7 ⇒ Clos des Lambray

CLIQUEZ SUR LES ILLUSTRATIONS POUR LES GROSSIR. Dans la partie haute du Clos des Lambray, deux ouvrages, un petit pavillon et une arche, greffés au muret du Clos.
L’arche se perçoit sur la photo de gauche.

Jean-François Bazin: « Sans doute un ‘Clos de Lambrey’ est-il cité à Morey au milieu du 14e siècle. Il porte le nom d’une famille noble qui apparait souvent dans les archives aux 12e et 13e siècles, probablement originaire de l’actuelle Haute-Saône. Or le nom Lambrey connait ensuite à Morey une longue éclipse…. Le Clos des Lambray fut fractionné et partagé entre 74 propriétaires lors des encans des biens publics subséquent à la Révolution… Ni Denis Morelot (1831), ni Jules Lavalle (1855), ni Danguy et Aubertin (1892), ne citent ce cru comme un clos… Comme le Clos des Ruchottes à Gevrey, le Clos des Lambray est en réalité l’oeuvre assez récente d’un négociant de la région, Louis Joly, qui réussit à recoudre ensemble les quelques 75 parcelles figurant su le cadastre de 1828. Il aménage en outre dans la belle demeure construite en 1630 qu’il possède à Morey. En 1866, tout est vendu Albert-Sébastien Rodier. − Selon Henri Cannard, c’est ce dernier qui complète le remembrement du quasi-monopole. − Cette famille possède à Nuit-Saint-Georges la puissante maison Henry de Bahèzre, l’une des plus réputés dans le négoce du vin. Il poursuit la mise en valeur du cru et impose à la fin du 19e, la dénomination ‘Clos des Lambray’. À cette époque, les étiquettes se laissent imprimer sans trop protester. Jusqu’à la guerre de 1914, la famille Rodier mène grand train, puis des difficultés économiques et familiales éloignent les deux frères, Camille et Albert Rodier, petits-fis de l’acquéreur. Camille va créer avec Georges Faiveley la Confrérie des Chevaliers du Tastevin. Quant à Albert, il est épris de l’épouse d’un banquier parisien, Renée Cosson… Albert gère la maison Henry de Bahèzre qui se trouve confronté à de graves ennuis d’argent. Ayant reçu une importante fortune, Renée Cosson ‘dépanne’ Albert Rodier en achetant les Lambray ainsi que la demeure de Morey. C’est du moins l’une des explications de cette transaction survenue le 28 novembre 1938... »

Les 40 années rocambolesques sous la propriété de Renée Cossin:
Poursuite du texte de J.-F. Bazin: « Renée Cossin se comportera désormais en amante passionnée, furieusement attachée à sa vigne. Elle le maintient hors du temps. Ellle y fait régner des lois antiques. Elle ignore superbement la replantation, l’engrais et le sucre. Elle maudit les rendements surpassant les 10 hl/ha. Elle pratique le cuvage prolongé à l’extrême et garde son vin quatre ou cinq ans en fûts et daigne rarement le vendre… Cet archaïsme suscite toutefois des vins admirables… Quant il s’agit de monopoles, les dossiers de classements sont laissés à l’initiative de leur propriétaire. Renée Cosson ne sans soucie pas. Elle n’est pas femme à solliciter quelque chose alentour. … (À l’âge de 74 ans), elle met le Clos des Lambray en vente en octobre 1974 pour une somme de 18 millions de francs…. Cette offre fait la une de tous les journaux. Renée Cosson ne trouve aucune main assez ferme pour signer un tel chèque. En définitive, le Clos des Lambray est acheté en 1979 pour près de 10 millions de francs, à la suite du décès de Renée Cosson en mai 1977. Le Clos porte le surnom peu enviable de ‘clos délabré’. »

Ce Clos se compose de trois lieux-dits: Le Clos des Lambray même (5,72 hectares, soit 65% du climat), Les Bouchots (1,99 ha) et Meix-Rentier (1,13 ha). Les classements référentiels déterminent des cotes variables pour ces lieux-dits. Jules Lavalle les désigne respectivement en Première Cuvée, Quatrième Cuvée et Troisième Cuvée. Le Classement que leur confère Camille Rodier vers 1930 est à regarder avec une réserve puisque celui-ci était associé à la propriété du Clos des Lambray lors de l’établissement de son classement. Il désigne le climat même en Tête de Cuvée (généreusement?!) en précisant la superficie du climat (« 9 hectares d’un seul pourpris« ), puis il accole le rang de Deuxième Cuvée au lieu-dit Meix-Rentier. Retenons que dans le classement de Lavalle, les deux lieux-dits complémentaires, Les Bouchots et Meix-Rentier, atténuent nettement la valeur du climat. Bref, globalement le moins bien coté des GC actuels de Morey.
« Camille Rodier  apporte un soutien actif au Clos des Lambray. Il le met particulièrement à l’honneur dans son livre ‘Le Vin de Bourgogne (1920) …« , Jean-François Bazin.

Le Clos des Lambray est un quasi monopole. Une surface infime du lieu-dit Meix-Rentier appartient au Domaine Taupenot-Merme de Morey. Selon Jasper Morris, après avoir été un jardin potager, cet espace fut planté en vignes en 1974. Le domaine en produit une cuvée confidentielle bel et bien identifiée au Clos des Lambray.

Les frères Saier, alors propriétaires du groupe de distribution Félix Potin, et Roland de Chambure achetèrent le Clos-des-lambrays en 1979. Ce dernier décédera en 1988 et sa part sera reprise par la famille Saier. Entré en fonction en 1980, le régisseur Thierry Brouin entreprend un travail de remise en état du vignoble. Il doit aussi vinifier pendant une dizaine d’années à Mercurey, où les Saier possédait aussi un domaine. ll quitte sa fonction en avril 2018 après 38 années de service.

Après avoir étudié le dossier, l’INAO décrétait le 27 avril 1981 le rang de Grand Cru au Clos-des-Lambray, soit 45 ans après les Clos de la Roche et Saint-Denis et 43 ans après le Clos de Tart.

En 1994 est prononcé la liquidation judiciaire du groupe Félix Potin et le Clos-des-lambrays est du coup saisi. Le dossier va trainer en longueur pendant deux ans, et Günter Freund, industriel allemand en devient le ‘x’ième propriétaire en 1997. Terminons cette séquence de détenteurs du Clos par l’achat de celui-ci par le groupe LVMH de François Pinault en 2014.

Le domaine produit une cuvée dite de ‘second vin’, décliné en Premier Cru de Morey-Saint-Denis sous le nom de ‘Les Loups’. Il est plausible que celle-ci soit issue de jeunes vignes et de parties du Clos moins dignes, nommément des parties du lieu-dit Les Bouchots.

⇒ Géologie

À VENIR

⇒ Bibliograhie

voir http://monocepage.com/la-cote-dor-bibliographie/

Breffage  ← Onglet précédent.     Onglet suivant →  Physiographie/géologie/pédologie